Tout savoir sur le lexique d’entreprise

Tout savoir sur le lexique d’entreprise

Il peut arriver qu’en lisant un article par exemple vous rencontriez un mot issu du vocabulaire d’entreprise ou financier avec lequel vous n’êtes pas familier. Notre lexique vous fournira alors une définition claire et précise.

sommaire

Action à dividende prioritaire

Une action à dividende prioritaire fait partie de la catégorie des actions dites de préférence. Elle assure au détenteur un versement prioritaire du dividende si l’entreprise dégage assez de résultat ou dispose de suffisamment de réserves pour cela. Cet avantage est parfois donné en échange de la suppression du droit de vote.

 

Actionnariat familial

On désigne par actionnariat familial, un actionnariat constitué par les membres d’une même famille depuis plusieurs générations qui exercent une influence sur le management. Malgré son déclin, cela reste un modèle important en Europe.

 

Agence de notation

Il s’agit d’une agence qui attribue des notes sur des titres de dettes émis par des entreprises, par des banques, par des investisseurs. La note dépend de l’estimation par l’agence de notation de la solvabilité de l’émetteur, c’est-à-dire sa capacité à payer en heure et en jour ce à quoi il s’est engagé dans le contrat de dette, compte tenu des caractéristiques de ce contrat et compte tenu de la situation financière de l’émetteur et de son évolution prévisible dans son secteur d’activité. Les principales agences de notation sont Standard & Poor’s, Moody’s, Fitch, Dominion.

 

Annual Premium Equivalent

L’Annual Premium Equivalent, ou équivalent de primes annuelles, est un système permettant de convertir une prime unique en primes annuelles récurrentes. C’est le cas par exemple pour la plupart des polices d’assurance.

 

Assemblée générale

Les assemblées générales sont le lieu où les actionnaires peuvent exercer leur pouvoir de décision. Ces décisions sont classées en 2 types suivant leur importance. Les règles de prise d’adoption de la résolution dépendent de cette classification : l’assemblée générale ordinaire (AGO) prend, à la majorité simple des décisions concernant la gestion ordinaire de la société. L’assemblée générale extraordinaire (AGE) prend des décisions modifiant les statuts à une majorité renforcée.

 

Augmentation de capital

L’augmentation de capital est, d’un point de vue financier, une vente d’actions dont le produit revient à l’entreprise. Elle peut se faire de différentes manières : être en numéraire ou par apport d’actifs, consécutive à l’exercice de bons ou à la conversion de dette, être réservée ou non, avec ou sans droit préférentiel de souscription.

 

Autorité des marchés financiers (AMF)

L’AMF est une institution française indépendante qui surveille les acteurs et les produits financiers français. Elle a pour mission de veiller à la protection de l’épargne investie dans les instruments financiers, à l’information des investisseurs et au bon fonctionnement des marchés d’instruments financiers.

 

Aversion au risque

Caractéristique de celui qui ne souhaite pas courir un risque et qui sera prêt à le transférer à un tiers en échange d’une rémunération, ou qui refusera tout actif ou toute action présentant un risque qu’il perçoit comme trop important compte tenu de sa capacité à le supporter.

 

Back office

Le back office est l’unité administrative au sein d’une entreprise, qui vise à assurer le traitement des opérations réalisées. Plus généralement, et en particulier au sein d’une banque, un back office désigne toutes les fonctions administratives nécessaires à la bonne exécution d’une transaction ou d’un ordre.

 

Bail in

Le bail in octroie aux autorités de contrôle des établissements financiers le pouvoir d’imposer à certains créanciers d’un établissement qui aurait des problèmes de solvabilité la conversion de leurs créances en actions de cet établissement et/ou la réduction du montant de ces créances. Cela permet de limiter les éventuels concours de fonds publics à un établissement en difficulté encore en activité ou en cours de liquidation. Le bail in permet de résoudre des problèmes de solvabilité mais pas de liquidité.

 

Banque commerciale

Une banque commerciale collecte les ressources du public, principalement par le biais de la tenue des comptes, et prête aux entreprises. Les banques commerciales se distinguent ainsi des banques d’affaires ou des banques d’investissement. Cette distinction est moins vraie aujourd’hui car les banques commerciales ont développé des activités de banques d’investissement.

 

Banque d’affaires

Une banque d’affaires est une banque qui a un rôle d’intermédiaire dans les opérations financières. Elle ne prête quasiment pas. et a donc des besoins en capitaux propres plus réduits que les banques commerciales. En revanche, il peut lui arriver de prendre des participations minoritaires ou majoritaires dans des affaires industrielles ou commerciales afin de les aider à se développer et de réaliser à terme une plus-value en cédant cette participation.

 

Banque de détail

La banque de détail s’adresse aux particuliers et aux PME. Elle sert d’intermédiaire entre les agents à excédents financiers dont elle collecte les ressources et les agents à besoins financiers à qui elle prête ces ressources.

 

Banque de financement et d’investissement

La banque de financement et d’investissement apporte des services sur-mesure à des grandes entreprises, notamment pour l’accès aux marchés actions/obligataire/taux, les conseils en fusions et acquisitions, l’accès aux financements bancaires plus ou moins complexes…

 

Banque privée

La banque privée se spécialise dans la gestion de fortune ou de patrimoine de clients fortunés à qui des produits et des services spécifiques sont proposés : déclaration d’impôt, accès à des hedge funds ou fonds de private equity, conseils patrimoniaux, conseils pour l’achat d’oeuvre d’art, architecture du patrimoine personnel, organisation des successions, etc.

 

Bitcoin

Le bitcoin est une monnaie électronique conçue par Satoshi Nakamoto en 2009 et créée en dehors de toute autorité étatique. Elle n’a toutefois qu’une partie des attributs d’une monnaie classique : le bitcoin n’a de valeur que pour ceux qui l’acceptent, et il n’est pas possible d’imposer le paiement en bitcoin en dehors de la communauté.

 

Business Angels

Les Business Angels sont des investisseurs. Souvent anciens dirigeants et actionnaires d’entreprises, ils investissent quelques dizaines ou centaines de milliers d’euros, apportent leurs conseils et aident par leurs relations des entreprises en phase de démarrage.

 

Business plan

Lors d’un projet d’investissement, le business plan doit modéliser l’avenir le plus probable pour l’entreprise. Il doit notamment permettre de pointer les éléments susceptibles de faire varier la valeur de l’investissement et donc d’en appréhender les risques.

 

Capitalisation boursière

La capitalisation boursière d’une société est la valeur de marché de ses capitaux propres. Elle résulte de la multiplication du nombre d’actions composant le capital de la société par le cours de bourse. Un investisseur désirant acheter d’un seul coup la majorité des actions de la société dans le but d’en détenir le contrôle devra payer un montant supérieur à cette capitalisation, la différence correspondant à la prime de contrôle.

 

Capital risque

Il s’agit de fonds d’investissement en capitaux propres spécialisés dans le financement de start-up. Auprès des fonds de capital-risque, l’entrepreneur peut trouver des financements plus conséquents qu’avec le love money ou les business angels, de 0,50 M€ à plusieurs dizaines de millions d’euros. Ces fonds permettent notamment de profiter des avantages fiscaux prévus pour l’investissement dans des start-up ou PME.

 

Cash-flow

On distingue plusieurs types de cash-flows. Les deux plus importants sont le cash-flow from operations et le free cash-flow.

Le cash-flow from operations ou le flux de trésorerie d’exploitation représente le résultat net + dotations nettes aux amortissements et aux provisions sur actifs immobilisés – plus-values de cession d’actifs + moins-values de cession d’actifs – variation du besoin en fonds de roulement

Le free cash-flow ou flux de trésorerie disponible correspond au flux de trésorerie généré par l’actif économique, flux qui est ensuite réparti entre ceux qui ont financé cet actif économique, à savoir les actionnaires et les prêteurs. Il se calcule ainsi : excédent brut d’exploitation – impôt normatif sur le résultat d’exploitation – variation du besoin en fonds de roulement – investissements nets des désinvestissements.

 

Chaîne de valeur

Une chaîne de valeur (ou filière) est constituée de l’ensemble des entreprises qui interviennent dans le processus de fabrication, de la matière première au produit final. Elle sera différente selon les produits, les entreprises et les filières.

 

Chambre de compensation

La chambre de compensation est un organisme financier ayant pour but d’éliminer les risques de contrepartie sur les marchés dérivés. Concrètement, la chambre de compensation est la contrepartie unique de tous les opérateurs. Elle assure la surveillance des positions et exige la formation dans ses livres d’un dépôt de garantie le jour de la conclusion d’un contrat. En cas de perte potentielle d’un intervenant, elle procède à un appel de marge.

 

Chiffre d’affaires

Le chiffre d’affaires est constitué par l’ensemble de la production vendue. Son évolution l’un des indicateurs majeurs de performance d’une entreprise. Il se calcule en multipliant les quantités vendues par leur prix de vente.

 

Comptabilisation à l’avancement

La comptabilisation à l’avancement est une des deux méthodes de comptabilisation des travaux de longue durée. Elle consiste à comptabiliser, à la clôture de chaque exercice, le chiffre d’affaires et les bénéfices ou les pertes sur le projet en cours proportionnellement à l’avancement des travaux constatés.

 

Consommer

La consommation est une forme d’allocation du revenu disponible. Elle correspond pour les ménages à l’achat de biens ou de services.

 

Consortium

Un consortium est un ensemble d’entreprises ou d’investisseurs qui se réunissent pour entreprendre une action ponctuelle : acquisition d’une entreprise, réalisation d’un investissement, réponse à un appel d’offre, etc.

 

Création de valeur

La création de valeur est le résultat d’un investissement dont le taux de rentabilité s’avère être supérieur aux taux de rentabilité exigés. La création de valeur est l’objectif rationnel de tout dirigeant de société. Cependant dans un monde concurrentiel, il est très difficile de trouver durablement des investissements qui rapportent plus que leur coût du capital compte tenu de leurs risques, car de telles opportunités attirent naturellement de nombreux candidats qui ont pour effet de faire baisser la rentabilité.

 

Croissance externe

La croissance externe est le fait pour une entreprise d’acquérir des sociétés concurrentes ou complémentaires pour augmenter ainsi son volume d’activité.

 

Crowdfunding

Le crowdfunding, ou financement participatif, est une méthode de financement de projets faisant appel à un grand nombre de personnes. Le principe est de faire un appel public à des individus, sans passer par les acteurs classiques du financement et de l’investissement.

 

Cycle de vie

C’est l’ensemble des phases par lesquelles passe un produit ou une entreprise : idée, conception, mise au point, lancement, décollage, croissance forte, croissance ralentie, maturité, déclin, disparition.

 

Dépôt de bilan

Il s’agit de l’action des dirigeants d’une entreprise auprès du tribunal de commerce, qui déclarent la cessation de paiement.

Dette avec recours

C’est une dette qui permet aux porteurs de celle-ci de se retourner vers les actionnaires de l’emprunteur pour en demander le remboursement dans le cas où l’emprunteur ne serait plus capable de faire face au remboursement de cette dette.

 

Dette sans recours

C’est une dette qui n’est remboursée que par l’emprunteur, sans qu’il ne soit possible de se retourner contre ses actionnaires, dans le cas où l’emprunteur serait en défaut sur ses obligations de remboursement. Elle ne sera donc remboursée que grâce aux flux générés par l’emprunteur.

 

Droit de préemption

Proche de la clause d’agrément, la clause de préemption permet à des actionnaires de se porter acquéreurs en priorité d’actions en cas de vente. Cette clause répond au désir des associés existants d’augmenter leur participation dans la société ou de maîtriser l’évolution du capital.

 

Droit de propriété

Un droit de propriété désigne un droit détenu par une personne physique ou morale sur un bien. Matériellement un droit de propriété se manifeste par un titre de propriété, qui peut être vendu, prêté ou gagé comme n’importe quel actif. Une action par exemple est une certaine forme de titre de propriété dans une entreprise.

 

Due diligence

La due diligence est le degré de jugement et d’information qui peut être attendu de la part d’investisseurs ou d’acquéreurs. Cela regroupe notamment l’ensemble des vérifications que l’acquéreur potentiel d’une entreprise va réaliser pour se faire une idée précise de la situation de l’entreprise.

 

Effet de levier

L’effet de levier consiste pour une entreprise à utiliser l’endettement pour augmenter son investissement, avec l’objectif que la croissance qui en résulte permette de rembourser l’emprunt.

 

Etat actionnaire

L’Etat actionnaire est celui qui intervient en tant qu’actionnaire, majoritaire ou non, dans des entreprises. Le rôle de l’État actionnaire est en Europe moins important que par le passé même s’il reste impliqué dans quelques grandes entreprises.

 

Excédent brut d’exploitation

L’excédent brut d’exploitation est la différence entre les produits d’exploitation et les charges d’exploitation qui se traduiront par un mouvement de trésorerie. Il diffère du résultat d’exploitation dans la mesure où il ne prend pas en compte les dotations aux amortissements et provisions pour dépréciation d’actifs immobilisés.

 

Fitch

Fitch est l’une des trois principales agences de notation.

 

Flux de trésorerie

Un flux de trésorerie est un mouvement de liquidités, soit une entrée soit une sortie. Tout titre financier est évalué grâce à ses flux de trésorerie. L’ensemble des flux de trésorerie d’une entreprise peut par ailleurs être rattaché à l’un des trois cycles suivants : l’exploitation, l’investissement et le financement. Ils sont recensés dans le tableau de flux de trésorerie.

 

Fonds commun de placement

Les fonds communs de placement (FCP) sont des copropriétés de valeurs mobilières. Le nombre de parts augmente grâce à la souscription de nouvelles parts et diminue avec les rachats de parts effectués par le FCP à la demande des porteurs. La valeur liquidative des parts est calculée au moins deux fois par mois, le plus souvent de manière hebdomadaire.

 

Fonds de commerce

Le fonds de commerce est une notion juridique définie en France par la jurisprudence comme une «universalité», un bien meuble incorporel composé d’éléments corporels et incorporels mais juridiquement distinct de ces éléments. En pratique il s’agit de l’ensemble des actifs incorporels (enseignes, clientèle, droit au bail, marques, licences) et corporels (matériel, outillage, mobilier) qui sont mobilisés pour une activité commerciale.

 

Fonds d’investissement

Les fonds d’investissements ont pour objectif d’investir dans des sociétés qu’ils ont sélectionnées selon certains critères. Ils sont le plus souvent spécialisés suivant l’objectif de leur intervention, c’est-à-dire le stade de maturité de l’entreprise auquel ils interviennent.

 

Fonds de pension

Les fonds de pension sont des investisseurs institutionnels qui gèrent les sommes qui leur ont été confiées par des entreprises et leurs salariés en vue d’assurer à ces derniers un revenu sous forme de pension lors de leur retraite.

 

Fonds souverain

Les fonds souverains sont des fonds d’investissement contrôlés par un Etat, le plus souvent alimentés par des recettes provenant de revenus de matières premières comme le pétrole. Ces fonds investissent dans une logique normalement financière afin de procurer des ressources à cet Etat une fois que la matière première en question aura été épuisée.

 

Gestion d’actif

La gestion d’actifs est synonyme de gestion de portefeuille, c’est-à-dire la gestion de fonds confiés pour obtenir un revenu et d’enregistrer des plus-values sur une durée plus ou moins longue en investissant dans les actions, obligations, etc.

 

Gestion des risques

La gestion des risques dans l’entreprise passe par leur identification, la détermination des contrôles existants, du risque résiduel, son évaluation et enfin le choix d’une stratégie de couverture.

 

Hedge fund

Les hedge funds sont des fonds d’investissement non cotés à vocation spéculative. Ils recherchent des rentabilités élevées et utilisent abondamment les produits dérivés, en particuliers les options. Les hedge funds servent à diversifier les portefeuilles « classiques » car leurs résultats sont théoriquement déconnectés des performances des marchés d’actions et d’obligations.

 

Incubateur

Les incubateurs sont à la fois des fonds d’investissement et des accompagnateurs de start-ups. Ils pourront proposer en complément de l’investissement des locaux, des services rémunérés, des conseils.

 

Indice boursier

L’indice boursier sert à refléter le plus fidèlement possible les fluctuations de la bourse sur laquelle sont cotées leurs valeurs. Leur précision et leur fidélité avec les variations de leurs bourses dépendront de la manière dont ils sont construits.

 

Information financière

Les éléments essentiels de l’information financière sont : le compte de résultat, le bilan, l’annexe et le tableau de flux ou de financement. En France, comme dans la plupart des pays, il y a une obligation légale d’établir des comptes annuels, réguliers et sincères donnant une image fidèle du patrimoine, de la situation financière et du résultat de l’entreprise.

 

Introduction en Bourse

L’introduction en Bourse consiste à mettre en vente des titres d’une société. Cela permet d’avoir accès aux marchés de capitaux et d’extérioriser la valeur de l’entreprise. Pour une société, être cotée en Bourse présente de nombreux avantages (notoriété accrue, possibilité de faire appel aux marchés financiers si nécessaire, liquidité potentielle pour les actionnaires…) mais aussi des contraintes (obligations de transparence et de communication, fluctuations de cours parfois déstabilisantes, …)

 

Investisseur institutionnel

Le terme d’investisseurs institutionnels désigne les banques, compagnies d’assurance, caisses de retraite, fonds communs de placement ou SICAV. Dans la plupart des cas, ces actionnaires ne détiennent que des participations très minoritaires (moins de 10%) dans des entreprises cotées. Leur rôle est cependant majeur car ils ont une forte influence sur la valeur boursière des entreprises.

 

Leveraged Buy Out

Un Leveraged Buy Out (LBO) est le rachat des actions d’une entreprise financé par une très large part d’endettement. Une société de holding est constituée, qui s’endette pour racheter la cible. Le holding paiera les intérêts de sa dette et remboursera celle-ci grâce aux revenus procurés par la société rachetée.

 

Livret A

Le livret A est l’exemple le plus connu des produits financiers à taux prédéterminé : son taux est fixe et ne dépend que des révisions des pouvoirs publics. Les fonds placés sur des livrets A sont gérés par la Caisse des dépôts et des consignations et servent notamment à financer le logement social.

 

Mandataire ad-hoc

En France, un mandataire ad hoc, ou conciliateur, est désigné par le tribunal de commerce afin d’encadrer ou de faciliter les négociations privées d’entreprises en restructuration. Cela concerne généralement les PME. Les banques créancières demandent de plus en plus fréquemment la nomination d’un mandataire en cas de difficultés.

 

Marché de capitaux

Les marchés de capitaux sont l’endroit où se rencontrent ceux qui ont un excédent de capitaux et ceux ayant des besoins de financement. Concrètement, les entreprises s’adressent aux investisseurs des marchés de capitaux par l’émission d’actions, d’obligations ou de billets de trésorerie.

 

Marché obligataire

Le marché obligataire correspond à la partie du marché financier où s’échangent les titres de créances à moyen et long terme.

 

Marge brute

La marge brute est le résultat du retrait du coût de fabrication des produits au chiffre d’affaire.  Il s’agit donc de la part du chiffre d’affaire qui n’a pas servi à financer la production du produit.

 

Marge opérationnelle

La marge opérationnelle ou marge d’exploitation est égale à : résultat d’exploitation / chiffre d’affaires.

 

Moins-value

La moins-value est la manière dont on appelle la différence entre le prix de vente d’un actif et son prix d’achat initial, lorsque cette différence est négative.

 

Montage financier

Dans le cadre de la cession d’une entreprise, très souvent, il faut mettre en place un montage financier destiné à surmonter des barrières, qu’elles soient financières, économiques, etc. Il peut s’agir par exemple du rachat par une holding de reprise, le paiement d’une partie de la transaction par échange de titres, etc.

 

NASDAQ

Crée en 1971, le NASDAQ est le système de cotation électronique qui a donné son nom au marché des PME innovantes américaines. Son succès a été tel que certaines entreprises sont devenues des grands groupes comme Microsoft, Intel ou Apple mais sont malgré tout restées cotées au NASDAQ. Environ 3 500 sociétés sont cotées au NASDAQ.

 

Nouveau marché

Créé en 1996, le Nouveau Marché a été remplacé par Alternext. Il était destiné aux entreprises à fort potentiel de croissance cherchant à financer leur plan de développement. Pour être admise, une société devait posséder des capitaux propres d’un minimum de 1,5 millions d’euros et offrir 4,5 millions d’euros de titres dont 50% par augmentation de capital. Ce réseau était fondé sur des règles communes qui permettaient aux entreprises européennes d’être cotées sur le marché de leur choix peu importe leur nationalité d’origine.

 

Obligation assimilable du Trésor

Les obligations assimilables du Trésor sont des titres de dettes émis par l’Etat français. Elles représentent la référence pour le taux de l’investissement sans risque, puisque le risque de défaut de l’Etat français est considéré comme quasi-inexistant.

 

Offre publique d’achat (OPA)

L’offre publique d’achat consiste à proposer aux actionnaires d’une société cotée l’acquisition de la totalité des titres pendant une période donnée et pour un prix fixe. Cette procédure doit se faire dans le respect des principes de transparence, de bonne information et d’égalité de traitement des actionnaires, et est surveillée par les autorités compétentes.

 

Orthodoxie

Les règles d’orthodoxie financière sont censées garantir la solvabilité de l’entreprise qui les respecte. Elles sont fondées sur la supposition que certains seuils ne doivent pas être dépassés dans le cadre d’une activité saine. Ces règles ont pour but l’évaluation de la nature et du risque des besoins de financement.

 

Outil industriel

L’outil industriel désigne l’ensemble des éléments permettant de produire des biens. La performance et l’état actuel de l’outil industriel se mesure par le ratio : immobilisations corporelles nettes / immobilisations brutes. Ce ration doit tendre vers 1, ce qui signifie que l’effort d’investissement vient d’être fait.

 

Part de marché

La part de marché d’une entreprise correspond à la part d’activité réalisée par l’entreprise (en volume ou en valeur) sur son marché. La part de marché permet en général d’évaluer pour l’entreprise la fidélité de sa clientèle, sa position de force vis-à-vis de ses clients, de ses concurrents et de ses fournisseurs, ainsi que son attractivité.

 

Partenariat Public Privé

Les partenariats public privé correspondent à la situation dans laquelle l’Etat ou un établissement public confient une mission de service public à une entreprise privée.

 

Plan de financement

Un plan de financement consiste, pour un investissement donné, à mettre en place une structure de financement et à établir un échéancier de remboursement en fonction des flux de trésorerie dégagés.

 

Plan d’épargne en actions

Un plan d’épargne en actions est un produit financier destiné à inciter les particuliers à accroître la part de leur épargne investie en actions. Les revenus en sont exonérés d’impôt sur le revenu si aucun retrait n’est effectué durant les cinq années suivant son ouverture, mais restent soumis aux prélèvements sociaux.

 

Plus-value

La plus-value est la différence entre le prix de vente d’un actif et son prix d’achat initial lorsque cette différence est positive.

 

Point mort

Le point mort est le niveau d’activité pour lequel l’ensemble des produits couvre l’ensemble des charges. A ce niveau d’activité, le résultat est donc nul.

 

Price earning ratio

Le Price Earning Ratio d’une action est égal au rapport du cours de cette action sur le bénéfice par action. Il dépend essentiellement de trois facteurs : la croissance future des bénéfices de la société concernée, le risque associé à ces prévisions et le niveau des taux d’intérêt.

 

Procédure de redressement judiciaire

Cette procédure est un plan arrêté par décision de justice. Elle intervient après une période d’observation et a pour objectif de sauvegarder l’entreprise. Généralement, on demandera aux créanciers d’accorder des délais de paiement voire des réductions de créances. L’intérêt pour ces créanciers est de se donner une chance d’en récupérer le solde.

 

Produit dérivé

Les produits dérivés sont des instruments de gestion des risques financiers. Ils couvrent 4 types de risques (marché, liquidité, contrepartie, politique). Ils sont négociés soit sur des marchés de gré à gré, soit sur des marchés organisés.

 

Produit financier

Les produits financiers correspondent aux revenus issus du placement de la trésorerie dans l’entreprise.

 

Protocole d’accord

Lors de la négociation d’une transaction, le protocole d’accord engage irrévocablement les parties, sauf s’il existe des conditions suspensives. Il concrétise la négociation des modalités pratiques de la cession.

 

Protocole d’intention

Il s’agit d’un engagement qui intervient lorsque le cadre de la négociation d’une transaction a été défini. Il permet très souvent d’entamer un processus dont l’aboutissement sera la transaction elle-même.

 

Quantitative easing

Le quantitative easing désigne des mesures de politique monétaire non conventionnelles. Ces mesures ont principalement émergé après la crise, en 2008, par exemple avec le rachat d’actifs douteux par les banques centrales afin de sauver les banques en danger.

 

Rachat d’actions

Le rachat d’actions est la situation dans laquelle une entreprise rachète ses propres actions, soit pour les garder à son actif, soit pour les annuler et réduire son capital. Cela permet notamment de rendre des fonds aux actionnaires, mais garde un caractère ponctuel contrairement au dividende.

 

Régressions

L’application de la méthode des multiples peut être sophistiquée en réalisant une régression linéaire de certains ratios sur les comparables. Par exemple la régression Multiple d’EBE – Croissance de l’EBE permettra de corriger la prise en compte de comparables avec des dynamiques de croissance différentes.

 

Régularisation (compte de)

Les postes «comptes de régularisation» qui figurent à l’actif et au passif du bilan concernent les charges et produits comptabilisés pendant l’exercice et qui concernent un exercice ultérieur. Ce sont généralement des charges ou produits constatés d’avance puisque dorénavant les charges à répartir sur plusieurs exercices qui figuraient avant en comptes de régularisation font partie du coût des immobilisations ou des charges de l’exercice.

 

Remboursement anticipé

Il s’agit d’un remboursement d’un emprunt avec de l’avance sur son échéance contractuelle. Il peut être assorti d’une pénalité financière au profit du prêteur.

 

Ressources financières

Les ressources financières sont les deux types de capitaux qui financent l’actif économique : les capitaux propres et l’endettement net.

 

Résultat d’exploitation

Le résultat d’exploitation, ou résultat opérationnel, traduit l’augmentation des richesses dégagées par les activités de l’entreprise. Il prend en compte le processus d’exploitation et d’investissement de l’exercice.

 

Résultat financier

Le résultat financier exprime le résultat réalisé par l’entreprise en fonction de sa stratégie de financement. Il traduit donc l’impact du mode de financement (endettement, placements financiers, etc.) sur le compte de résultat.

 

Résultat net

Le résultat net représente l’enrichissement ou l’appauvrissement de l’entreprise lors de l’exercice. Il s’agit de la part restante du résultat d’exploitation une fois que les créanciers et l’Etat ont perçu leur part.

 

Risque financier

Les risques financiers sont par exemple les risques de liquidité ou de change. Ils sont le résultat d’événements financiers externes et ne sont pas imputables à l’entreprise.

 

Risque politique

Ce sont les risques liés à une situation politique ou une décision du pouvoir politique : nationalisation sans indemnité suffisante, révolution, exclusion de certains marchés, fiscalité discriminatoire, etc.

 

Risque systémique

Un risque systémique est un risque qui peut entraîner des événements en chaîne et mettre en danger l’intégralité d’un système, comme la faillite de Lehman Brothers en 2008. Le risque systémique se caractérise par sa difficulté à le mesurer et le prévoir, entraînant généralement un constat du risque systémique a posteriori.

 

Rumeur

En finance, une rumeur est la diffusion d’une information destinée à manipuler un marché. L’objectif est de manipuler le cours d’une action. La société victime de rumeurs peut demander à l’AMF d’intervenir et de sanctionner l’assaillant par exemple en exigeant une déclaration d’intention.

 

Scissions

Une opération de scission consiste à séparer en sociétés distinctes les différentes branches d’activité d’un groupe. Les actions des sociétés nouvellement créées sont distribuées aux actionnaires en échange des actions du groupe d’origine.

 

Security Exchange Commission (SEC)

La SEC est l’équivalent aux Etats-Unis de l’AMF en France, c’est-à-dire l’institution qui veille à la bonne application des règles qui régissent le marché boursier des Etats-Unis.

 

Sell and purchase agreement (SPA)

Le sell and purchase agreement, ou share purchase agreement est le contrat de vente d’une entreprise.

 

Sensibilité

La sensibilité d’une obligation mesure la variation de sa valeur en pourcentage provoquée par une variation du taux d’intérêt. Mathématiquement, elle est égale à la valeur absolue de la dérivée de la valeur de l’obligation par rapport au taux d’intérêt, divisée par la valeur de l’obligation.

 

Service de la dette

Le service de la dette est composé du principal à rembourser et des intérêts. Il s’agit donc de la somme nécessaire chaque année pour rembourser sa dette. Il s’agit d’un terme équivalent à une annuité.

 

Société cotée

Une société cotée est une société dont les actions ont été introduites en bourse.

 

Sous-traitance

La sous-traitance est la situation dans laquelle une société délègue à une autre une partie de ses activités, qu’il s’agisse d’un produit ou d’une tâche. Le sous-traitant effectue cette production ou cette tâche selon les instructions et les conditions de l’entreprise qui l’a engagée. Cela permet pour une entreprise de concentrer ses ressources sur les autres parties de son activité qu’elle juge plus stratégiques.

 

Spéculation

La spéculation est un pari sur l’évolution future d’une valeur. Elle se caractérise par l’acceptation d’un risque. Il existe ainsi une part de spéculation dans tout investissement.

 

Spread

La marge actuarielle ou spread d’une obligation (ou d’un emprunt) est l’écart entre le taux de rentabilité actuariel de l’obligation et celui d’un emprunt sans risque de durée identique. Plus la solvabilité de l’émetteur est considérée comme bonne, moins le spread sera important.

 

Start-up

Une start-up est une entreprise qui vient d’être lancée. Elle n’a pas de passé, et généralement pas d’actifs corporels importants. Ses flux de trésorerie disponibles sont négatifs pour quelque temps. Elle évolue souvent dans un environnement technologique très mouvant.

 

Stock-options

Les stocks options sont des options d’achat ou de souscription d’action à un prix fixe distribuées généralement aux gestionnaires d’une entreprise. L’objectif est de leur donner un intérêt financier direct pour l’accroissement de la valeur de l’entreprise.

 

Système financier

Le système financier permet de mettre en relation ceux ayant des ressources économiques avec ceux qui en ont besoin.  Cette mise en relation peut se faire directement ou indirectement.

 

Taux de change

Le taux de change est le prix auquel il est possible d’acheter ou de céder une devise en échange d’une autre devise.

 

Taux de croissance

Le taux de croissance représente le taux d’évolution d’une donnée par rapport à l’année précédente. En général, cela concerne le chiffre d’affaires ou le résultat. Le taux de croissance est influencé par la variation du prix des produits ou services, la variation en volume de la production, et les effets de périmètre (par exemple lors de l’acquisition de nouvelles filiales).

 

Taux d’intérêt

Dans le cas de créance, le taux d’intérêt représente la rémunération du préteur. D’une manière générale, le taux d’intérêt, rémunère la renonciation à une consommation immédiate, et donc rémunère le temps pendant lequel cette renonciation a lieu.

 

Taux fixe

Comme son nom l’indique, un taux fixe indique indique que le taux de rémunération du titre est fixé au moment de l’émission de ce titre.

 

Taux de rentabilité interne (TRI)

Le taux de rentabilité interne d’un investissement est le taux d’actualisation pour lequel la valeur actuelle nette de l’investissement est nulle. Cela permet de juger de l’intérêt d’un investissement en fonction de son risque.

 

Taxe sur la Valeur Ajoutée (TVA)

Il s’agit de la taxe perçue sur le prix de vente des biens et services. Elle est payée par le consommateur final. En effet, dans son fonctionnement, les entreprises collectent la TVA lorsqu’elles vendent des produits et des services et déduisent de celles-ci la TVA qu’elles ont elles-mêmes payée lorsqu’elles ont acheté des produits et des services à d’autres entreprises. Elles en reversent ensuite le solde à l’Etat.

 

Valeur ajoutée

La valeur ajoutée est le supplément de valeur donné par l’entreprise, dans son activité, aux biens et aux services en provenance des tiers. Il s’agit donc de l’apport de l’entreprise au produit ou service par rapport à ses fournisseurs. Elle est égale à la somme de la marge commerciale et de la marge sur consommation de matières, diminuée des consommations de biens et de services en provenance des tiers.

 

Valeur de marché

La valeur de marché de tout titre financier est le prix auquel il peut être acheté ou vendu.

 

Valeur faciale

La valeur faciale ou valeur nominale d’un emprunt est, dans les cas simples, égale à ce que l’emprunteur perçoit et à ce qu’il rembourse. Elle sert au calcul des intérêts versés.

 

Valeur mobilière

Une valeur mobilière est un titre financier négociable, interchangeable et fongible qui peut être coté en bourse. Ils s’agit par exemple des actions, des obligations, ou encore des titres de créances négociables.

Cet article vous a-t-il été utile ?