Attestation de travail

Modèle d'attestation de travail

téléchargé + 50,000 fois

AVIS

  • Créez votre contrat
  • Enregistrez et imprimez
  • Signez et partagez
Remplir ce modèle (Word, PDF)

A propos de l'attestation de travail

Définition de l’attestation de travail

On appelle communément “attestation de travail” un document émis par un employeur au bénéfice d’un salarié pour attester du travail de ce dernier au titre d’un contrat de travail (CDI ou CDD). Toutefois, cette notion est confuse car elle recoupe deux types de documents bien différents qui ne sont pas émis au même moment et qui n’ont pas la même finalité : l’attestation d’emploi et le certificat de travail. Selon le cas, le régime et les mentions obligatoires ne sont pas les mêmes.

Il convient donc de bien vérifier dans quelle situation on se trouve pour choisir le bon modèle d'“attestation de travail”.

Distinction entre l’attestation d’emploi et le certificat de travail

L’attestation de travail n’est pas à proprement parler un document juridiquement encadré. Il peut en général faire référence à une attestation d’emploi ou à un certificat de travail.

L’attestation d’emploi (à ne surtout pas confondre avec l’attestation pôle emploi) est simplement une attestation émise et signée par l’employeur pendant que le salarié encore sous contrat de travail, pour attester que ledit salarié est bien en poste et qu’il exerce bien telle ou telle fonction.

Il ne s’agit pas d’un document exigé par la loi à la charge de l’employeur (sauf dispositions spécifiques d’une convention collective). Toutefois, ce document peut s’avérer utile, dans l’intérêt du salarié, lorsqu’il doit prouver qu’il a bien un contrat de travail ou qu’il occupe bien un poste déterminé. Dans ces situation, il peut en principe simplement fournir des fiches de paie. Toutefois, il arrive que le salarié souhaite tenir confidentiel le montant de son salaire. Alors, l’employeur pourra utilement lui délivrer une attestation d’emploi. L’établissement d’une attestation d’emploi relève ainsi davantage d’une relation cordiale entre l’employeur et le salarié que d’une quelconque obligation.

Il peut également arriver que le salarié demande à son employeur de lui établir une attestation d’emploi alors qu’il est en préavis de départ, en fin de CDI, afin qu’il prouve vis-à-vis d’un tiers qui le demande qu’il effectue bien son préavis.

Il ne faut pas confondre ce document avec l’attestation dite “pôle emploi” qui doit être remise au salarié par l’employeur en fin de contrat, en indiquant les 12 derniers mois de salaires, afin que pôle emploi puisse calculer les allocations chômages dues au salarié le cas échéant.

Le certificat de travail est un document légal imposé par l’article l’article L. 1234-19 du Code du travail qui dispose qu’”à l'expiration du contrat de travail, l'employeur délivre au salarié un certificat dont le contenu est déterminé par voie réglementaire”.

Ainsi, contrairement à l’attestation d’emploi, le certificat de travail est une forme d’attestation de travail que l’employeur a l’obligation de remettre au salarié en fin de contrat de travail, qu’il s’agisse d’une fin de CDI ou un fin de CDD et quelle que soit la cause de la rupture (licenciement, démission, rupture conventionnelle ou autre).

Le salarié en aura besoin au cours de son parcours de vie, pour pouvoir prétendre à différents droits, concernant notamment la retraite, mais également le fait de simplement pouvoir attester (par exemple auprès d’un nouvel employeur potentiel) qu’il a occupé te ou tel poste.

Si l’employeur refuse de remettre un certificat de travail au salarié, ou s’il refuse de corriger un certificat de travail erroné, alors le salarié pourra saisir le conseil des prud’hommes en référé ou l’inspecteur du travail pour obtenir la communication de ce document de manière forcée. L’employeur s’exposera par ailleurs à devoir verser des dommages-intérêts au salarié dans un tel cas.

Le certificat de travail doit être remis par l’employeur au terme du contrat, donc en fin de préavis du salarié (même si le salarié est libéré de son préavis de manière anticipée).

Les mentions obligatoires de l’attestation de travail

La question des mentions diffère selon qu’on parle d’attestation d’emploi ou de certificat de travail.

L’attestation d’emploi ne comporte pas de mentions obligatoires ni de forme imposée (sauf dispositions spécifiques d’une convention collective) puisqu’elle ne ressort d’aucune obligation légale. Toutefois, si l’employeur veut qu’elle soit utile au salarié, il devra mentionner les éléments qui lui donne une valeur juridique : identité de l’employeur, identité du salarié, poste occupé par le salarié, date et signature.

La réglementation prévoit en revanche un certain nombre de mentions obligatoires dans le certificat de travail qui sont notamment, outre les identités de l’employeur et du salarié, les dates d’entrée et de sortie du salarié, les périodes pendant lesquelles le salarié a occupé ses différentes fonctions le cas échéant, le maintien gratuit des garanties prévoyance le cas échéant, la date et la signature du certificat de travail.

Modèle d’attestation de travail

Le modèle d’attestation de travail proposé par LegalPlace prévoit les deux situations : certificat de travail ou attestation d’emploi, selon que le contrat de travail du salarié concerné est encore en cours ou non.

On appelle communément “attestation de travail” un document émis par un employeur au bénéfice d’un salarié pour attester du travail de ce dernier au titre d’un contrat de travail (CDI ou CDD). Toutefois, cette notion est confuse car elle recoupe deux types de documents bien différents qui ne sont pas émis au même moment et qui n’ont pas la même finalité : l’attestation d’emploi et le certificat de travail. Selon le cas, le régime et les mentions obligatoires ne sont pas les mêmes.

Il convient donc de bien vérifier dans quelle situation on se trouve pour choisir le bon modèle d'“attestation de travail”.

L’attestation de travail n’est pas à proprement parler un document juridiquement encadré. Il peut en général faire référence à une attestation d’emploi ou à un certificat de travail.

L’attestation d’emploi (à ne surtout pas confondre avec l’attestation pôle emploi) est simplement une attestation émise et signée par l’employeur pendant que le salarié encore sous contrat de travail, pour attester que ledit salarié est bien en poste et qu’il exerce bien telle ou telle fonction.

Il ne s’agit pas d’un document exigé par la loi à la charge de l’employeur (sauf dispositions spécifiques d’une convention collective). Toutefois, ce document peut s’avérer utile, dans l’intérêt du salarié, lorsqu’il doit prouver qu’il a bien un contrat de travail ou qu’il occupe bien un poste déterminé. Dans ces situation, il peut en principe simplement fournir des fiches de paie. Toutefois, il arrive que le salarié souhaite tenir confidentiel le montant de son salaire. Alors, l’employeur pourra utilement lui délivrer une attestation d’emploi. L’établissement d’une attestation d’emploi relève ainsi davantage d’une relation cordiale entre l’employeur et le salarié que d’une quelconque obligation.

Il peut également arriver que le salarié demande à son employeur de lui établir une attestation d’emploi alors qu’il est en préavis de départ, en fin de CDI, afin qu’il prouve vis-à-vis d’un tiers qui le demande qu’il effectue bien son préavis.

Il ne faut pas confondre ce document avec l’attestation dite “pôle emploi” qui doit être remise au salarié par l’employeur en fin de contrat, en indiquant les 12 derniers mois de salaires, afin que pôle emploi puisse calculer les allocations chômages dues au salarié le cas échéant.

Le certificat de travail est un document légal imposé par l’article l’article L. 1234-19 du Code du travail qui dispose qu’”à l'expiration du contrat de travail, l'employeur délivre au salarié un certificat dont le contenu est déterminé par voie réglementaire”.

Ainsi, contrairement à l’attestation d’emploi, le certificat de travail est une forme d’attestation de travail que l’employeur a l’obligation de remettre au salarié en fin de contrat de travail, qu’il s’agisse d’une fin de CDI ou un fin de CDD et quelle que soit la cause de la rupture (licenciement, démission, rupture conventionnelle ou autre).

Le salarié en aura besoin au cours de son parcours de vie, pour pouvoir prétendre à différents droits, concernant notamment la retraite, mais également le fait de simplement pouvoir attester (par exemple auprès d’un nouvel employeur potentiel) qu’il a occupé te ou tel poste.

Si l’employeur refuse de remettre un certificat de travail au salarié, ou s’il refuse de corriger un certificat de travail erroné, alors le salarié pourra saisir le conseil des prud’hommes en référé ou l’inspecteur du travail pour obtenir la communication de ce document de manière forcée. L’employeur s’exposera par ailleurs à devoir verser des dommages-intérêts au salarié dans un tel cas.

Le certificat de travail doit être remis par l’employeur au terme du contrat, donc en fin de préavis du salarié (même si le salarié est libéré de son préavis de manière anticipée).

La question des mentions diffère selon qu’on parle d’attestation d’emploi ou de certificat de travail.

L’attestation d’emploi ne comporte pas de mentions obligatoires ni de forme imposée (sauf dispositions spécifiques d’une convention collective) puisqu’elle ne ressort d’aucune obligation légale. Toutefois, si l’employeur veut qu’elle soit utile au salarié, il devra mentionner les éléments qui lui donne une valeur juridique : identité de l’employeur, identité du salarié, poste occupé par le salarié, date et signature.

La réglementation prévoit en revanche un certain nombre de mentions obligatoires dans le certificat de travail qui sont notamment, outre les identités de l’employeur et du salarié, les dates d’entrée et de sortie du salarié, les périodes pendant lesquelles le salarié a occupé ses différentes fonctions le cas échéant, le maintien gratuit des garanties prévoyance le cas échéant, la date et la signature du certificat de travail.

Le modèle d’attestation de travail proposé par LegalPlace prévoit les deux situations : certificat de travail ou attestation d’emploi, selon que le contrat de travail du salarié concerné est encore en cours ou non.