Skip to content

Comment ouvrir un restaurant

Comment ouvrir un restaurant

Ouvrir un restaurant ou devenir coach sportif, c’est créer une entreprise. Pour réussir ce projet, il convient de s’informer sur différents points, notamment :

  • Démarches à entreprendre et les formalités administratives ;
  • Bonnes pratiques pour l’ouverture d’un restaurant ;
  • Réglementations en vigueur sur la restauration ;
  • Budget à prévoir ;
  • Aides disponibles pour l’ouverture d’un restaurant.

 

Comment ouvrir un restaurant étape par étape ?

Pour ouvrir un restaurant, il faut réaliser quelques étapes entre l’élaboration du projet et les démarches à faire pour la création de l’entreprise de restauration. Le choix du statut juridique, par exemple, viendra par la suite, que l’on s’oriente vers soit la (création SAS, la création SASU, la création de SARL, la EURL), une entreprise individuelle à responsabilité limitée(EIRL) une micro-entreprise ou auto-entreprise (régime auto-entrepreneur). Avant cela, il faut penser au restaurant dans sa globalité, en matière d’implantation ou bien encore de concept.

Ouvrir un restaurant : les généralités

Avant d’entamer les procédures de création d’entreprise pour l’ouverture d’un restaurant, il est conseillé de définir les paramètres du projet. Pour ce faire, il est important de réaliser ces quelques étapes.

Élaboration du concept

L’élaboration du concept de l’établissement constitue une étape essentielle dans sa création. Il s’agit de définir les grandes lignes du projet d’ouverture de restaurant. Dans cet objectif, l’entrepreneur peut choisir un concept qui relate une origine, une préférence, un voyage. Il est, par exemple, possible d’ouvrir un restaurant italien. Le concept peut aussi se baser sur les préférences de la clientèle de la zone géographique. Il peut également s’avérer intéressant de proposer un concept novateur dans la ville ou la région : restauration rapide, restaurant haut de gamme.

Après avoir choisi le concept, il ne reste plus qu’à définir plusieurs points essentiels comme :

  • Dénomination sociale du restaurant ;
  • Menu à proposer ;
  • Prix ;
  • Décoration du restaurant et l’ambiance ;
  • Type de service à proposer ;
  • Emplacement du local.

Étude de marché

Dans le but de déterminer les différents éléments cités ci-haut, il est recommandé de faire une étude de marché. Sa réalisation se montre aussi efficace pour vérifier la viabilité du projet d’ouverture d’un restaurant dans la zone prévue à l’installation. Pour ce faire, il est nécessaire :

  • Analyser le secteur de la restauration dans la zone choisie comme emplacement ;
  • S’informer sur les offres proposées par les concurrents ;
  • Connaître les fournisseurs potentiels ;
  • Se renseigner sur les clients potentiels, leurs attentes et leurs exigences ;
  • Etablir le profil des clients locaux : habitudes de consommation, de préférence gastronomique, budget alloué au repas.

Les informations ainsi obtenues sont d’une aide importante en vue de définir les prix à appliquer, les types de plats à proposer, la stratégie de communication, les services à offrir.

Choix de l’emplacement

Après la réalisation de l’étude de marché, il est temps de choisir l’emplacement du restaurant, en se basant sur les analyses effectuées. En théorie, un bon emplacement se situe :

  • Non loin d’un axe passant ;
  • Dans une zone de chalandise suffisante ;
  • Dans un endroit garantissant un stationnement facile ;
  • Dans un lieu bien desservi par les transports en commun ;
  • Dans une zone comptant des lieux de vie à proximité.

Choix du local

Le choix du local du futur restaurant est important. Il doit répondre à deux critères principaux :

Être en bon état afin de faciliter les travaux d’aménagement et d’économiser sur la remise en état du local ;

Avoir une bonne superficie pour accueillir les équipements, le matériel et les clients : 20 % du local doit suffire pour la cuisine, 30 % pour les locaux privés et 50 % pour la salle.

Rédaction d’un business plan

Afin de mesurer le potentiel du projet et obtenir un prêt auprès d’une banque pour ouvrir un restaurant, il est primordial de rédiger un business plan. Ce document doit présenter en détail le projet en question, prouver sa viabilité et prévoir sa rentabilité. Il est conseillé d’y insérer des tableaux financiers comme le budget de trésorerie, le bilan prévisionnel, le compte de résultat prévisionnel et le plan de financement afin de convaincre le banquier.

Quelles sont les démarches pour ouvrir un restaurant ?

Pour ouvrir son restaurant, il est nécessaire d’effectuer les démarches et les formalités de création d’entreprise selon le statut choisi. De manière générale, il faut :

  • Rédiger les statuts de l’entreprise ;
  • Former le capital social de l’entreprise ;
  • Publier un avis de constitution d’entreprise sur un journal d’annonces légales ;
  • Constituer le dossier de création d’entreprise ;
  • Réaliser les formalités d’immatriculation.

En plus de ces procédures, il faut demander un permis d’exploitation, une licence (si le restaurant propose des boissons alcoolisées) et les autorisations nécessaires, selon le concept du restaurant. Afin d’ouvrir un restaurant, l’entrepreneur doit réaliser une formation sur l’hygiène. Lors de l’installation, il convient d’effectuer une déclaration auprès de la Direction Départementale en Charge de la Protection des Populations (DDCPP).

 

Choisir le bon statut juridique pour ouvrir un restaurant

Comme cité précédemment, les statuts juridiques sont nombreux, et peuvent parfois en déstabiliser certains. C’est la raison pour laquelle nous allons aborder les différents statuts juridiques possibles pour toute personne souhaitant ouvrir un restaurant, quel qu’il soit.

Ouvrir un restaurant en créant une société commerciale

La société commerciale, SARL, SAS ou EURL, constituent une alternative intéressante pour ouvrir un restaurant avec un ou plusieurs associés. La responsabilité limitée au montant de l’apport fait partie des principaux avantages de ces statuts. Le patrimoine du restaurant et le patrimoine personnel seront séparés.

Ouvrir un restaurant en créant une entreprise individuelle

Afin d’ouvrir un restaurant et assurer sa gestion tout seul, tout en unissant le patrimoine personnel et professionnel, il est conseillé d’opter pour une entreprise individuelle. Pour limiter la responsabilité, le statut d’Entreprise Individuelle à Responsabilité Limitée constitue une solution efficace.

Ouvrir un restaurant en tant qu’auto-entrepreneur

Ouvrir un restaurant en tant qu’auto-entrepreneur est adapté à la création d’une petite structure. En fait, ce statut n’est pas recommandé pour l’ouverture d’un restaurant nécessitant un investissement de départ important. Il ne convient pas non plus s’il est nécessaire d’embaucher des salariés, ce qui est cependant nécessaire pour faire fonctionner le restaurant. L’existence d’un plafond de chiffre d’affaires peut également freiner le développement de l’activité de restauration.

Le choix de la forme juridique pour ouvrir un restaurant dépend donc de l’ampleur du projet et de ses paramètres.

 

Ouvrir un restaurant : quel budget ?

Ouvrir un restaurant demande un budget important. En moyenne, il faut prévoir entre 300 000 et 400 000 €. Toutefois, ce montant peut facilement varier selon l’étendue du projet.

Ouvrir un restaurant : les investissements

Le budget prévisionnel pour ouvrir un restaurant comprend les investissements. Il s’agit des dépenses liées au coût du matériel et des matières premières, ainsi que le salaire du personnel nécessaire lors du développement de l’activité.

Les investissements vont former un actif pour le restaurant. En général, ils rassemblent le coût de la transformation du local, des meubles, de la décoration et du matériel de cuisine.

Ouvrir un restaurant : les charges

Afin d’établir le budget en vue de l’ouverture d’un restaurant, il faut aussi considérer les charges. Elles correspondent aux dépenses nécessaires à la création de valeur et aux formalités de création de l’entreprise. Les principales charges d’un restaurant sont :

  • Les frais de création de l’entreprise ;
  • Les frais d’exploitation du restaurant : achats de nourriture, caution pour le local, souscription à un abonnement, frais d’énergie. ;
  • La masse salariale : recrutement du personnel, cotisations sociales et salaire.

Ouvrir un restaurant : les frais de fonctionnement

Dans le cadre du projet d’ouverture de restaurant, il est aussi recommandé de prévoir les frais de fonctionnement en cours de vie de l’entreprise, notamment les fonds de roulement. Cela permet d’estimer les sommes à réinjecter dans les caisses du restaurant jusqu’à ce qu’il devienne financièrement autonome.

 

Quelles sont les aides disponibles pour ouvrir un restaurant ?

Afin d’ouvrir son restaurant, il est possible d’obtenir des aides financières et de bénéficier d’un accompagnement professionnel à la mise en place du projet. Pour le financement, Pôle Emploi met à la disposition des créateurs d’entreprise trois sortes d’aides :

  • L’ACCRE: Aides aux Chômeurs Créateurs et Repreneurs d’Entreprise ;
  • L’ARCE : Aide aux Repreneurs et Créateurs d’entreprises ;
  • Le prêt NACRE (Nouvel Accompagnement à la Création et la Reprise d’Entreprise) : prêt à taux zéro.

En ce qui concerne l’accompagnement en vue de l’ouverture d’un restaurant, Pôle Emploi propose :

  • Une assistance assurée par des conseillers experts ;
  • Des ateliers ;
  • L’EPCE, ou Évaluation Préalable à la Création d’Entreprise ;
  • Des bilans de compétences : évaluation du projet d’ouverture d’un restaurant par un consultant extérieur ;
  • Le CAPE, ou Contrat d’Appui au Projet d’Entreprise : un accompagnement par une entreprise pour ouvrir un restaurant ;
  • Le dispositif NACRE (Nouvel Accompagnement à la Création et la Reprise d’Entreprise).

 

Ouvrir un restaurant : les normes et règles à respecter

Avant d’ouvrir son restaurant, il est important de prendre connaissance des règles et des normes à respecter dans le domaine de la restauration. Ils concernent plusieurs points : normes de sécurité, normes sanitaires, normes d’hygiène et obligations diverses.

Les normes de sécurité

L’ouverture d’un restaurant se fait en respectant les normes de sécurité pour les établissements recevant du public (ERP). Sinon, l’établissement peut faire l’objet d’une fermeture en cas d’accident, ou suite à contrôle. Les normes de sécurité dans les cuisines concernent l’installation de plusieurs équipements comme la ventilation des fumées et le coupe-gaz à vanne dite à coup de poing. Dans la pièce, il faut utiliser de la peinture alimentaire et un revêtement de sol antidérapant. En qui concerne la salle de restauration, elle doit comprendre un plan d’évacuation, une issue de secours et une solution d’éclairage des issues.

Pour s’assurer que le restaurant respecte les normes de sécurité ERP, il est conseillé de faire appel à la commission de sécurité à la préfecture, en vue d’une mise à la norme de l’établissement.

Les normes sanitaires et d’hygiène

Les normes sanitaires et d’hygiène applicables dans un établissement de restauration doivent également être respectées. Les normes sanitaires sont définies par le règlement 852/2004 du 29 avril 2004 sur la sécurité sanitaire, arrêté du 21 décembre 2009 portant sur la conservation des produits périssables. Pour ce qui est des règles d’hygiène, elles concernent les locaux, les équipements, le personnel et le fonctionnement.

Les règles et normes relatives aux locaux

Pour ouvrir un restaurant, il faut s’assurer que les locaux respectent certaines normes. Ils doivent comprendre :

  • Des solutions de ventilation ;
  • Des sanitaires avec des toilettes disposant d’accès intérieur et extérieur pour les personnes à mobilité réduite. Les sanitaires ne doivent pas être directement liés aux locaux prédisposés à la manipulation de denrées alimentaires ;
  • Des penderies ou des vestiaires ;
  • Des systèmes d’évacuation des eaux de lavage ;
  • Des lave-mains à commande automatique avec eau chaude et eau froide et du savon bactéricide ;
  • Des dispositifs permettant le séchage hygiénique des mains ;
  • Des dispositifs spéciaux pour laver les denrées alimentaires ;
  • Des solutions de stockage des déchets ;
  • Des solutions de stockage du matériel d’entretien et des produits de nettoyage.

Il faut également s’assurer que les murs, les plafonds et le sol de la cuisine peuvent être nettoyés et désinfectés facilement. Il est aussi nécessaire de séparer les zones de plonge, les zones d’épluchage et les zones de manipulation des denrées propres.

Les règles et normes relatives aux équipements

Selon les règles relatives aux équipements, le restaurant doit comprendre au minimum un lave-mains avec du savon et des essuie-tout jetables et des chambres froides fonctionnelles équipées d’un thermomètre.

À noter : Il ne faut pas utiliser du bois nu dans les salles de préparation et la cuisine.

Les règles et normes d’hygiène relatives au personnel

Le personnel du restaurant est tenu de respecter certaines règles d’hygiène, à savoir :

  • Le port d’une coiffe ;
  • Le port de vêtements de travail propres et de gants lors des préparations des denrées alimentaires ;
  • L’usage d’un ustensile pour saisir un aliment comme les snacks ou un sandwich ;
  • Le lavage régulier des mains ;
  • La présentation : ongles courts, sans anneaux ni bagues.

Le personnel travaillant aux postes de préparation et de vente de snacks ou de sandwichs ne doit pas travailler si leurs mains se sont infectées des suites d’une blessure.

Les règles et normes d’hygiène relatives au fonctionnement

Après l’ouverture du restaurant, des règles et normes d’hygiène doivent être appliquées. Il est entre autres nécessaire de :

  • Conserver les produits frais et certains aliments à température réfrigérée, surtout en dehors du service ;
  • Nettoyer le plan de travail après chaque utilisation ;
  • Respecter la chaîne froide ;
  • Ranger les produits et le matériel d’entretien dans un local à part ;
  • Se servir de poubelles fermées.

Néanmoins, il n’est pas permis de poser les marchandises à même le sol, de congeler les produits restants, ni de mettre en vente des produits dont la date limite de consommation est dépassée.

Les réglementations en vigueur

Ouvrir un restaurant, cela consiste aussi à respecter les réglementations sur la pratique d’une activité dans le domaine de la restauration.

Les déclarations obligatoires

Lors de l’ouverture d’un restaurant, il faut réaliser quelques déclarations obligatoires, à savoir :

  • La déclaration d’ouverture du restaurant auprès de la Direction Départementale pour la Protection des Populations (DDPP) : à réaliser dans un délai de 1 mois après l’ouverture de l’établissement ;
  • La déclaration d’existence, auprès des services vétérinaires de la préfecture, du lieu d’implantation ;
  • La déclaration à la mairie lors de la demande du permis d’exploitation.

La formation obligatoire

Un restaurant doit compter au moins une personne qui a effectué une formation en hygiène alimentaire depuis le 1er octobre 2012. La formation se fait auprès d’un organisme régional déclaré. À défaut de formation, il faut avoir une personne ayant une expérience de trois ans en tant qu’exploitant ou gestionnaire dans l’équipe.

Les affichages obligatoires

En plus des normes sanitaires et de sécurité, les déclarations à faire et les règles d’hygiène à respecter, il faut mettre en place les affichages obligatoires. Elles concernent :

  • Les prix : le prix de 5 vins ou de 5 boissons couramment servies doit être mentionné sur l’affichage extérieur pendant tout le service. Pour l’affichage intérieur, il faut que les prix correspondent à ceux affichés à l’extérieur. Il faut mentionner de manière claire « boisson comprise » ou « boisson non comprise » avec la contenance et la nature des verres ;
  • Les boissons : il faut afficher la licence à l’extérieur et respecter les obligations d’affichage du débitant de boissons. L’affichage pour la répression de l’ivresse publique et la protection de mineurs doit être effectué ;
  • L’origine des viandes : si le restaurant propose de la viande hachée ou de la viande bovine, il faut afficher sa provenance, le lieu de naissance et d’élevage de l’animal ainsi que son origine.

Les licences à avoir

Afin d’ouvrir son restaurant, il faut avoir les licences adaptées à l’activité :

  • Licence de restaurant : si le restaurant propose des boissons uniquement lors des repas ;
  • Petite licence : si le restaurant veut servir des boissons fermentées non distillées, ou des boissons sans alcool à consommer sur place au cours des repas ou à emporter ;
  • Grande licence : si le restaurateur veut servir toutes les boissons à consommer sur place.

Les obligations diverses

D’autres obligations rentrent en considération lors de l’ouverture d’un restaurant. Le restaurateur est tenu de les respecter.

Les horaires du restaurant

Les heures d’ouverture d’un restaurant sont fixées par un arrêté préfectoral. Il faut donc se renseigner auprès de la préfecture du département du lieu d’implantation de l’établissement.

La diffusion de musique dans un restaurant

La diffusion de musique ou d’une chaîne de télévision dans un restaurant est soumise à des règles. Le restaurateur doit demander une autorisation auprès de la SACEM.

L’accès aux handicapés

Ouvrir un restaurant, c’est aussi respecter les normes de sécurité et d’accessibilité applicables pour les établissements recevant du public (ERP). Les normes concernent surtout la configuration des locaux et des équipements.

L’affichage pour les fumeurs

L’intérieur du restaurant doit comporter une signalisation officielle à l’entrée sur l’interdiction de fumée. Elle doit être claire et bien visible. Il est important de préciser qu’il est interdit de fumer dans les lieux couverts et fermés (hors terrasses) depuis le 1er janvier 2008.

Le bruit et le tapage nocturne

Une fois le restaurant ouvert, il faut faire attention à respecter la législation sur la nuisance sonore, fixée à 105 décibels maximum, pour la tranquillité du voisinage.

À noter : Le non-respect des normes et des réglementations en vigueur peut entraîner des sanctions telles qu’une amende, la fermeture de l’établissement ou encore la prison en cas de fautes graves.

 

Ouvrir un restaurant : les taux de TVA applicables

Afin de se préparer aux dépenses liées au fonctionnement du restaurant après son ouverture, il est important de s’informer sur les taux de TVA applicables dans l’exercice d’une activité de restauration.

TVA sur les ventes de produits alimentaires

Le taux de TVA qui s’applique dans le domaine de la restauration dépend du produit alimentaire en question :

  • 10 % de taux de TVA sur les produits alimentaires : entrées, desserts et plats ;
  • 10 % de taux de TVA sur les produits alimentaires en restauration rapide consommés sur place ou non ;
  • 5,5 % de taux de TVA sur les produits alimentaires dont la consommation n’est pas immédiate ;
  • 5 % de taux de TVA sur les boulangeries, les pâtisseries, les viennoiseries et le pain.

TVA sur les ventes de boissons

Les ventes de boissons dans les restaurants sont aussi soumises à la TVA. Le taux de TVA applicable est :

  • 20 % pour les ventes de boissons alcoolisées ;
  • 10 % sur les ventes de boissons non alcoolisées destinées à une consommation immédiate ;
  • 5,5 % pour les ventes de boissons non alcoolisées conditionnées dans des contenants garantissant leur conservation.
À noter :Il faut ventiler les différentes catégories de produits facturés selon leur taux de TVA.

Ouvrir un restaurant : les règles de comptabilité

Les restaurants sont soumis à des règles de comptabilité assez spécifiques, à connaître avant d’ouvrir le restaurant. Le suivi comptable se fait sur plusieurs niveaux :

  • La gestion des stocks ;
  • La marge brute ;
  • La tenue de la caisse ;
  • L’optimisation de trésorerie ;
  • Le respect de la réglementation.

Afin de bien tenir la comptabilité du restaurant, il est conseillé de se faire aider par un expert-comptable.

 

Ouvrir un restaurant : FAQ

Beaucoup de questions peuvent se poser en vue de l’ouverture d’un restaurant. Les réponses.

Est-il possible d’ouvrir un restaurant à domicile ?

Oui, il est possible d’ouvrir un restaurant à domicile. Dans ce cas, il s’agit surtout d’une table d’hôte. Il est tout de même important de préciser que les normes et réglementations sur l’activité de restauration restent applicables.

Est-il possible d’ouvrir un restaurant sans diplôme ?

Oui, ouvrir un restaurant sans diplôme est possible. À dire vrai, la loi n’exige aucun diplôme pour réaliser le projet. Toutefois, la législation du 1er octobre 2012 veut que l’équipe du restaurant compte au moins une personne qui, soit :

  • A effectué une formation en hygiène alimentaire ;
  • Justifie de trois ans d’expérience en tant qu’exploitant ou de gestionnaire dans le domaine de la restauration ;
  • Dispose d’un diplôme de niveau 5 au minimum inscrit au RNCP.

Est-il possible d’ouvrir un restaurant sans apport ?

Il est possible d’ouvrir un restaurant sans apport, mais cela présente des risques majeurs. Pour ce faire, il faut faire appel à des investisseurs externes, ou emprunter de l’argent sans investir un bien personnel. Cette solution présente cependant des inconvénients. Ouvrir un restaurant sans apport, cela revient à s’endetter dès le début de l’activité. L’entrée d’investisseurs externes dans l’entreprise peut faire perdre au restaurateur le pouvoir de décision.

Comment ouvrir un restaurant en couple ?

Pour ouvrir un restaurant en couple, il est tout à fait possible de créer une entreprise (créer une entreprise de transport de colis, par exemple) à deux associés. Il faut donc choisir d’exercer l’activité de restauration en SARL ou en une autre société commerciale à plusieurs associés. Puis, il suffit de se partager les tâches.

Quelle est la liste de matériel nécessaire pour ouvrir un restaurant ?

La liste de matériel pour ouvrir un restaurant est assez longue. De manière générale, il faut :

  • Un réfrigérateur et un congélateur pour entreposer les ingrédients et les produits frais ;
  • Des ustensiles de cuisson : grill, plaque, four et friteuse ;
  • Un rayonnage et un stockage à sec pour ranger et stocker les différents éléments de la cuisine ;
  • Des postes de lavage des mains et lave-vaisselle pour l’hygiène ;
  • Petit électroménager.
  • Des ustensiles de cuisine : couverts, outils à main, ensembles de couteaux de chef ; ;
  • Du linge de maison et de table ;
  • Un système de point de vente de restaurant ;

À lire également :

Dernière mise à jour le

Samuel est co-fondateur de LegalPlace et responsable du contenu éditorial. L'ambition est de rendre accessible le savoir-faire juridique au plus grand nombre grâce à un contenu simple et de qualité. Samuel est diplômé de Supelec et de HEC Paris

Laisser un commentaire

avatar
  S’abonner  
Notifier de