Skip to content

La responsabilité civile de l’article 1382 (nouveau 1240) du Code civil

La responsabilité civile de l’article 1382 (nouveau 1240) du Code civil

Article 1382 du Code Civil (ancien) – Nouvel article 1240 : « Tout fait quelconque de l’homme, qui cause à autrui un dommage, oblige celui par la faute duquel il est arrivé à le réparer ».

L’article 1240 du Code civil – article 1382 jusqu’à la réforme du droit des obligations entrée en vigueur au 1er octobre 2016 – pose le principe de la responsabilité du fait personnel. « Tout fait quelconque de l’homme, qui cause à autrui un dommage, oblige celui par la faute duquel il est arrivé à le réparer » : en d’autres termes, lorsque la faute d’une personne cause un préjudice à un tiers, le responsable doit indemniser la victime.

 

Responsabilité contractuelle, quasi-délictuelle et délictuelle : quelles différences ?

Le droit français distingue la responsabilité civile – qui vise à réparer un dommage causé à un individu – de la responsabilité pénale – qui sanctionne une infraction de nature à troubler l’ordre public, soit la société dans sa globalité. Au sein de la responsabilité civile, le Code civil prévoit l’application de régimes distincts, en fonction de la nature du fait à l’origine du dommage :

  • L’inexécution ou le retard dans l’exécution d’une obligation contractuelle engage la responsabilité civile contractuelle de son auteur. La responsabilité contractuelle est mise en jeu sur le fondement de l’article 1231-1 du Code civil – ancien article 1147 – dans le cadre de l’exécution d’un contrat : une partie au contrat a subi un préjudice du fait de l’inexécution d’une obligation contractuelle à la charge de son cocontractant. Ce dernier doit indemniser le préjudice. Par exemple : un transporteur s’engage à livrer un colis ; le colis n’arrive pas à destination ; le cocontractant qui a subi un dommage peut mettre en jeu la responsabilité civile contractuelle du transporteur pour obtenir des dommages et intérêts.
  • La faute involontaire met en jeu la responsabilité civile quasi-délictuelle. La responsabilité quasi-délictuelle se fonde sur l’article 1241, ancien article 1383 du Code civil. Son régime se rapproche de celui de la responsabilité civile délictuelle, à la différence près que la faute à l’origine du dommage est involontaire, causée par une négligence ou une imprudence de son auteur. Par exemple : le propriétaire d’une maison n’entretient pas les arbres de son jardin, l’un d’eux tombe sur la maison voisine. Le défaut d’entretien constitue un quasi-délit sanctionné sur le fondement de la responsabilité civile quasi-délictuelle.
  • La faute volontaire engage la responsabilité civile délictuelle de son auteur.
À noter : les responsabilités civiles délictuelle et quasi-délictuelle des articles 1240 et 1241 du Code civil sont des responsabilités du fait personnel. Le droit français prévoit également la responsabilité du fait d’autrui et la responsabilité du fait des choses.

 

Les conditions de mise en œuvre de la responsabilité civile délictuelle.

Lorsqu’une personne estime avoir subi un préjudice, elle peut invoquer la responsabilité civile délictuelle de l’article 1240 du Code civil. La mise en œuvre de ce régime de responsabilité suppose l’existence de 3 conditions cumulatives : un fait générateur, un dommage et un lien de causalité entre les deux.

Un fait générateur : comment prouver la faute de l’auteur du dommage ?

Pour bénéficier du régime d’indemnisation prévu à l’article 1240 du Code civil, la victime doit pouvoir rapporter la preuve d’une faute d’un tiers.

À noter : si le dommage est causé par une chose – le poteau d’une barrière par exemple – la victime se fonde sur la responsabilité du fait des choses. Si le dommage est causé par une personne qui ne peut être considérée comme responsable aux yeux de la loi – un enfant par exemple – la victime se fonde sur la responsabilité du fait d’autrui pour se retourner contre la personne responsable de l’auteur du dommage.

La faute est un « fait quelconque de l’homme » : il peut s’agir d’une action ou d’une abstention. Il n’existe pas de définition légale de la faute : le fait générateur du dommage est apprécié au cas par cas par les juges, qui se fondent sur la notion d’écart de conduite, de violation d’une règle ou d’abus de droit.

Exemples de fautes civiles :

  • Le fait de rompre des pourparlers dans le cadre d’une négociation contractuelle peut constituer un abus de droit fautif, ouvrant droit à indemnisation sur le fondement de l’article 1240 du Code civil.
  • Le fait pour un alpiniste d’entraîner un autre grimpeur dans sa chute peut constituer une erreur de conduite fautive, ouvrant droit à réparation du préjudice de la victime sur le fondement de la responsabilité civile délictuelle.
À noter : la mise en œuvre de la responsabilité du fait personnel ne dépend pas du caractère intentionnel ou non-intentionnel de la faute.

Un dommage : quels préjudices peuvent être indemnisés ?

Ouvrent droit à réparation les préjudices suivants :

  • Un dommage corporel, c’est-à-dire une atteinte à l’intégrité physique de la victime. Par exemple : un équipement d’électroménager explose et fait perdre la vue à son utilisateur. Ce dernier peut demander à être indemnisé du fait de sa cécité.
  • Un dommage matériel, c’est-à-dire la destruction d’un bien. Par exemple : un arbre tombe sur le toit d’une voiture. Le propriétaire de la voiture peut demander des dommages et intérêts couvrant le montant des réparations.
  • Un dommage moral, c’est-à-dire une atteinte à l’honneur ou à un sentiment. Par exemple : une moto renverse et tue un chien. Son propriétaire peut demander réparation de son préjudice moral sur le fondement de sa tristesse.
  • Le dommage par ricochet. Par exemple : une mère de famille a un accident, elle ne peut plus travailler. Son mari qu’elle entretenait sur le plan économique est une victime par ricochet.
  • La perte de chance. Par exemple : un étudiant se fait renverser alors qu’il se rend à un examen important. Si la perte de chance d’obtenir son examen est considérée comme réelle et sérieuse, l’étudiant peut obtenir des dommages et intérêts sur ce fondement.
À noter : ne constitue pas un préjudice réparable le dommage futur, à moins qu’il soit certain.

Un lien de causalité entre le fait générateur et le dommage.

Pour être indemnisé sur le fondement de l’article 1240 – anciennement 1382 – du Code civil, la victime doit prouver que c’est bien la faute qui a causé son préjudice.

 

Comment obtenir réparation de son préjudice sur le fondement de l’article 1382 (nouveau 1240) du Code civil ?

Pour obtenir réparation de son préjudice, la victime peut opter pour la voie amiable ou la voie judiciaire.

  • La transaction amiable consiste pour la victime et l’auteur du dommage à se mettre d’accord entre eux, avec ou sans l’assistance d’un avocat, sur les modalités de réparation du préjudice. L’accord est conclu par écrit et a valeur de contrat. Autres modes de règlements amiables similaires, la conciliation fait intervenir un conciliateur de justice et la médiation implique le recours à un médiateur.
  • En cas de refus ou d’échec de la procédure amiable, la victime peut saisir le tribunal civil compétent. Le juge condamne l’auteur du dommage à verser à la victime des dommages et intérêts à hauteur de son préjudice.

 

Comment s’exonérer de sa responsabilité civile délictuelle ?

Pour s’exonérer de sa responsabilité civile délictuelle sur le fondement de l’article 1240 du Code civil, l’auteur du dommage doit prouver l’existence d’un cas de force majeure. La force majeure en tant que cause d’exonération est un événement imprévisible et irrésistible. Il peut s’agir d’un événement mais aussi du fait d’un tiers.

Par exemple : une coulée de boue provoque l’effondrement d’un mur qui blesse un passant. Le propriétaire du mur ne pouvait ni prévoir ni remédier à l’effondrement du mur, qui constitue un cas de force majeure l’exonérant de sa responsabilité civile délictuelle. A contrario, une tempête prévue ne constitue pas un cas de force majeure.

Autre cause d’exonération de la responsabilité civile délictuelle de l’auteur du préjudice : le fait de la victime. Le fait de la victime permet de s’exonérer totalement s’il présente les caractères d’imprévisibilité et d’irrésistibilité de la force majeure. A défaut, il permet une exonération seulement partielle.Modèle de bail commercialModèle de bail commercial

Samuel est co-fondateur de LegalPlace et responsable du contenu éditorial. L’ambition est de rendre accessible le savoir-faire juridique au plus grand nombre grâce à un contenu simple et de qualité. Samuel est diplômé de Supelec et de HEC Paris

Dernière mise à jour le 14/03/2020

S’abonner
Notifier de
guest
16 Commentaires
le plus ancien
le plus récent
Inline Feedbacks
View all comments
tom
tom
mars 9, 2018 9:25

Bonjour,
quelqu’un m’a poussé dans l’eau et mon téléphone était dans ma poche. Est ce que cette personne est responsable ? Peut-on faire marcher sa responsabilité civile ? La personne n’avait bien évidemment pas l’intention faire tomber mon téléphone dans l’eau.

Merci de votre aide

pauline
pauline
octobre 10, 2018 10:42

Bonjour,

je fais mon premier degré universitaire en loi sur le princip « non-cumul de la responsabilité contractuelle et délictuelle » à un université en Allemagne et malheureusement, notre bibliotheque universitaire n’a pas des literatures de la réforme de droit de 2016, seulment les livre de 1980-1999. Alors, le ancien art. 1382 c.c. est le art. 1240 c.c. Je vourdrais bien savoir si la réform a une conséquence sur le princip non-cumul? Je suis desolée pour ma francais, mais mon bac franco-allemade il y a quelque temps….:D

merci beaucoup

BOTTON
BOTTON
janvier 21, 2019 12:21

Bonjour,
Notre fille ce matin fait la bise à son amie et elle se prennent dans les bras, son amie avait son portable à la main et la fait tombé car l’écran est cassé.
Les parents souhaitent que l’on paye les réparations et on ne souhaite pas de notre côté.
Quelles sont nos droits car la mère menace de porter plainte.
Merci
Nathalie

Olivier Cichy
Olivier Cichy
avril 18, 2019 8:35

Bonjour,
Lors d’une soirée fin octobre 2018, une dame en dansant est tombée sur mon fils de 4 ans lui provoquant une hémorragie interne au niveau du foie. A ce jour soit 6 mois plus tard il se plein encore de douleurs. L’assurance de la dame nous mentionne que leur assurée n’est pas responsable au titre de la RC car elle ne pouvait pas prévoir que l’enfant était là. Comment faire pour que le préjudice causé par cette dame à mon fils soit reconnus.
Merci de vos réponses.

LegalPlace SAS
LegalPlace SAS
avril 29, 2019 10:25
Reply to  Olivier Cichy

Bonjour, Au vu des faits décrits, il semble que l’assureur souhaite invoquer la force majeure qui est une cause d’exonération totale de responsabilité. Néanmoins, il nous semble que le dommage n’était pas imprévisible, et qu’il y a lieu de le réparer étant donné que nous sommes en présence d’un préjudice, d’une faute de la personne mentionnée (même s’il s’agit d’une simple négligence) et d’un lien de causalité entre la faute et le préjudice. L’assureur tente vraisemblablement de vous dissuader d’intenter une action qui le contraindrait à réparer le dommage. Nous vous conseillons donc de tenter de le recontacter en mettant… Lire la suite »

Guyomarch Alain
Guyomarch Alain
juin 12, 2020 10:04

Bonjour,
Un voisin a decaissé son terrain pour créer un acces pour sa construction , à la limite séparative de nos propriété .
Celui ci ne veut pas faire de mur de soutenement , au plus haut 1 metre de difference avec le sol naturel .
Un article ou code existe t ilpour ce cas de figure ?
Merci pour votre reponse .
Cordialement .

Sadiah
Éditeur
Sadiah
novembre 3, 2020 4:23

Bonjour,

Votre question nécessite l’aide d’un avocat. Nous vous invitons à cliquer sur ce lien https://www.legalplace.fr/question-pour-avocat/formulaire/ , vous serez mis en relation avec nos avocats partenaires. Vous pourrez échanger en donnant plus de précisions sur votre situation.

Nous espérons que notre réponse vous sera utile.
L’équipe LegalPlace

Helene Frémy
juillet 16, 2020 11:06

un plaignant situé à la 3éme propriété n’étant pas le voisin direct s’est pris à nos arbres reconnus terrain boisé dans les normes par nos prédécesseurs; nous a fait abattre nos peupliers qui étaient à maturité ,la dame ayant des relation à la mairie de notre commune tout est classé en plus nous avons abattu 89 arbres ..on ajouté à notre procédure en commun avec un huissier malhonnête un faux constat bien démontré par les nôtres mais non retenus :condamné sur ce qui n’existe pas saisie effectué sans arrangement possible de 29 000 e étant agées nous devons rembourser ce… Lire la suite »

Filaudeau
septembre 9, 2020 7:47
Reply to  Helene Frémy

Vous parlez de procédure, quel type de procédure ? Avez-vous épuisé toutes les possibilités de recours ? Bon courage à vous.

Paul
Paul
août 28, 2020 1:24

Bonjour,

Au mois de juillet 2020 avec mon accord j’ai eu une semaine de congé une semaine travail et une semaine congé.
Je n’ai donc pas eu le minimum des douze jours ouvrable.
Est-ce que je peux faire condamner mon employeur?
https://www.legifrance.gouv.fr/affichCodeArticle.do?idArticle=LEGIARTI000006647859&cidTexte=LEGITEXT000006072050&dateTexte=19850726
C’est une question que je me pose et je me demande s’il y a une réponse?

Cordialement.

Pascal MARTIN
Pascal MARTIN
octobre 30, 2020 8:59

Bonjour, A la lecture de ces échanges, je me permets de mettre en ligne les faites suivants : Conseiller immobilier, mes clients nous ont donné mandat de vente de leur exploitation agricole sur 9ha qui est traversée par une ligne très haute tension de 400 kV. Un des pylônes est ancré à 20 m de l’habitation. Cette ligne existe depuis 1957, et à ce jour, à ce bien transmis entre les générations, face à notre mécontentement et la difficulté de vendre la propriété car personne ne souhaite habiter sous la THT, RTE nous oppose une convention de 1957 signée en… Lire la suite »

Diana
Diana
décembre 14, 2020 9:05

Bonjour , on m’a casser mon sac dans faire exprès et la personne ne veut pas le repayé que dois je faire svp ?

Adda
Éditeur
Adda
décembre 17, 2020 11:25
Reply to  Diana

Bonjour,
Vous pouvez essayer de trouver une solution à l’amiable avec la personne qui a cassé votre sac. Si aucune solution n’est trouvée, nous vous recommandons de vous tourner vers un professionnel qui vous conseillera sur la meilleure voie à suivre. Vous pouvez cliquer sur le lien https://www.legalplace.fr/question-pour-avocat/formulaire/ afin de pouvoir échanger sur votre situation avec un de nos avocats partenaires.
Nous espérons avoir su répondre à vos interrogations et vous souhaitons bon courage dans vos démarches.
L’équipe LegalPlace

Maguy
Maguy
avril 8, 2021 3:37

Bonjour,
Je suis à la campagne dans un petit village de 180 habitants, le Maire ne s’occupe absolument de rien; depuis plusieurs mois j’ai 4 chats et un chien qui viennent dans ma propriété les chats déterrent mes fleurs, crottes partout, entre chez moi vol la nourriture sur ma table dehors lorsque je prépare un barbecue, pêche les poissons dans mon bassin etc…comment me défendre et faire valoir mes droit ?

Lina Dinari
Administrateur
Lina Dinari
avril 11, 2021 10:50
Reply to  Maguy

Bonjour,
Il convient de démontrer l’existence d’un préjudice subi comportant un lien de causalité direct avec une faute commise par le propriétaire de l’animal pour obtenir l’application du régime de la responsabilité du fait des animaux.
Nous espérons avoir su répondre à vos interrogations et vous souhaitons bon courage dans vos démarches.
L’équipe LegalPlace

marie
marie
avril 21, 2021 11:17

Bonjour,
Mon véhicule, non assuré car en cours de réparation, mais sur ma propriété bien clôturée a été endommagé par de grosses projections de béton lors du coulage de la dalle béton du 1er étage de la construction de mon voisin, en limite de propriété, par son maçon. Je demande réparation, après constat huissier réalisé à ma demande, en m’appuyant sur l’article 1240 ai-je une chance d’avoir gain de cause malgré la réponse de l’assureur du tiers qui ignore le problème.
Merci bien pour votre réponse.