Skip to content

Cabinet comptable : rôle, atouts et choix

Dernière mise à jour le 03/08/2021

Le cabinet comptable occupe une fonction essentielle dans la vie courante d’une société, quelle que soit sa forme juridique. En effet, sa position lui donne accès à des données financières cruciales pour la prise de décisions et le pilotage de l’entreprise. Découvrez son rôle, ses atouts ainsi que les critères pour bien le choisir.

Quel est le rôle d’un cabinet comptable ?

Chaque société détermine le rôle qu’elle souhaite confier à son cabinet comptable. Pour ce faire, les prestations se définissent obligatoirement au sein de la lettre de mission qui lie le professionnel à son client.

Ses missions

Selon les besoins de l’entreprise qui le sollicite, un cabinet comptable peut prendre en charge les missions suivantes :

  • Démarches de création d’entreprise, y compris la rédaction des statuts ;
  • Réalisation d’un prévisionnel financier ;
  • Tenue de la comptabilité ;
  • Établissement des comptes annuels, à savoir le bilan, le compte de résultat et l’annexe ;
  • Déclarations fiscales et sociales, telles que la déclaration de TVA ou les cotisations sociales ;
  • Gestion des ressources humaines, comme la rédaction des contrats de travail ou l’établissement des fiches de paie ;
  • Tenue des registres légaux ;
  • Création de tableaux de bord pour le suivi de l’activité ;
  • Conseils pour la reprise ou la cession d’une société.

Ses obligations

Le métier d’expert-comptable fait partie des professions libérales réglementées. À ce titre, un cabinet comptable doit impérativement respecter l’ordonnance du 19 septembre 1945, mais également de se conformer au code de déontologie établi par le Conseil Supérieur de l’Ordre des Experts-Comptables (CSOEC).

Voici les principales obligations auxquelles doit se plier un professionnel de la comptabilité :

  • Conseiller et alerter les dirigeants, notamment en cas de prise de décisions pouvant avoir un impact négatif sur le patrimoine de l’entreprise ;
  • Délivrer des informations exactes sur les responsabilités légales de ses clients ;
  • Conserver un lien d’indépendance ;
  • Établir une lettre de mission ;
  • Ne pas démarcher les clients qui ne l’ont pas sollicité.
À noter : à l’instar du cabinet comptable, l’entreprise a également des devoirs à honorer conformément à la lettre de mission tels que :

  • La mise à disposition des ressources matérielles nécessaires pour l’exécution des prestations ;
  • Le respect des délais et des modalités de paiement.

Pourquoi faire appel à un cabinet comptable ?

La législation n’exige pas le recours à un professionnel pour la tenue de sa comptabilité. Néanmoins, se faire accompagner par un cabinet comptable présente de nombreux atouts, tels qu’une réduction d’impôt sur les frais de comptabilité sous certaines conditions.

Se concentrer sur le développement de son activité

Le respect des obligations comptables d’une entreprise accapare l’attention du dirigeant et constitue une véritable source de stress compte tenu des sanctions encourues en cas d’erreurs ou de retard.

Par conséquent, mandater un cabinet comptable pour gérer l’aspect comptable, fiscal et légal permet de soulager le chef d’entreprise. Ainsi, il se libère du temps qu’il peut consacrer à sa mission première : assurer la pérennité de l’entreprise et développer son business.

Bénéficier d’un accompagnement stratégique dans sa prise de décisions

La place qu’occupe un cabinet comptable au sein d’une société lui permet d’offrir au chef d’entreprise une vision objective pour la prise de décisions stratégiques. En effet, il s’appuie sur des données financières pertinentes et porte un regard extérieur sur le développement de l’activité.

De plus, sa formation professionnelle lui confère la maîtrise de domaines essentiels pour le pilotage d’une entreprise :

Par ailleurs, l’expérience que les collaborateurs emmagasinent sur le terrain constitue un véritable atout pour les dirigeants de l’entreprise. Ainsi, ils bénéficient des prestations réalisées auprès d’autres acteurs de leur secteur d’activité.

Réduire les risques de mauvaise gestion

Solliciter un cabinet comptable permet d’ajouter un intervenant externe pour contrôler le respect des obligations légales de l’entreprise. De plus, l’expert-comptable endosse la responsabilité en cas d’erreurs ou d’omissions, ce qui libère le dirigeant des risques suivants.

Rejet de comptabilité

Suite au dépôt de la liasse fiscale, le service des impôts des entreprises (SIE) peut rejeter la comptabilité de l’entreprise si elle présente des erreurs ou des omissions. L’administration fiscale sanctionne plusieurs cas de figure :

  • L’irrégularité qui se traduit par des balances inexactes ou des enregistrements comptables qui ne respectent pas la chronologie des opérations ;
  • L’insuffisance qui correspond au défaut de pièces justificatives ou l’émission de fausses factures ;
  • L’absence de sincérité qui a pour but de minorer les profits réalisés pour enrichir l’exploitant.

Le rejet de la comptabilité entraîne un redressement fiscal par le Trésor public. Pour ce faire, il va reconstituer le bénéfice brut de l’entreprise conformément à la méthode décrite dans la notification de redressement.

De plus, cette procédure implique l’application de pénalités :

  • Une majoration qui peut atteindre 40 à 80 % de l’impôt recalculé ;
  • Des intérêts de retard.
Bon à savoir : Dans certains cas, l’administration procède à une imposition d’office, en l’absence de dépôt de la déclaration fiscale par exemple.

Interdiction de gestion

Lorsque la mise en redressement ou la liquidation judiciaire d’une entreprise résulte de fautes de gestion, de fraudes ou d’incompétence de la part des mandataires sociaux, ces derniers s’exposent à l’une des deux sanctions personnelles suivantes :

  • La faillite personnelle ;
  • L’interdiction de gérer.

Prononcées par le tribunal de commerce chargé de la procédure collective, ces sanctions peuvent s’appliquer pendant une durée maximale de 15 ans. De plus, elles ont de lourdes conséquences pour les dirigeants.

En effet, une interdiction de gérer, diriger, administrer ou contrôler une entreprise écarte un chef d’entreprise du milieu des affaires pendant plusieurs années.

Quelles sont les entreprises concernées ?

Les prestations d’un cabinet comptable ne s’adressent pas à un type d’entreprise en particulier. En effet, chaque société est soumise à des obligations comptables, fiscales et légales plus ou moins contraignantes, y compris une micro-entreprise.

Petites entreprises

En règle générale, c’est le chef d’entreprise qui se charge de la comptabilité et de la fiscalité au sein d’une petite structure ou d’une entreprise individuelle. Or, le temps qu’il alloue à ces tâches ne participe pas au développement de l’activité et n’assure pas la pérennité de la société.

Par conséquent, faire appel à un cabinet comptable pour l’assister lui permet de se libérer de ces contraintes, mais également de bénéficier de conseils avisés en matière juridique, sociale et fiscale. Ainsi, il limite le risque d’erreurs aux conséquences dramatiques et renforce la crédibilité de l’organisation auprès de ses partenaires.

À noter : Le dirigeant dispose de plusieurs options pour réduire les honoraires du cabinet comptable :

  • Embaucher un salarié à temps partiel pour la gestion des tâches administratives ;
  • Faire appel à un comptable freelance pour se charger de la saisie des pièces justificatives.

Grandes entreprises

Généralement, les grands groupes disposent d’un service comptable en interne qui se charge des tâches quotidiennes, telles que l’encodage des factures ou la préparation des paiements, ainsi que des états financiers intermédiaires.

Néanmoins, faire appel à un cabinet comptable offre aux dirigeants un regard extérieur sur le développement de l’activité et les décisions stratégiques. En effet, son expérience sur le terrain lui permet de faire preuve d’objectivité dans son analyse.

De plus, il côtoie de nombreuses entreprises par le biais de son activité professionnelle ce qui lui confère une connaissance approfondie des spécificités comptables, fiscales et légales de certains secteurs d’activités.

Bon à savoir : Une grande entreprise dotée d’un service comptable en interne peut néanmoins confier certaines missions à un cabinet comptable lorsqu’elles requièrent des compétences particulières. Par exemple, la réalisation d’un audit contractuel ou l’accompagnement pour une opération de fusion-acquisition.

Comment choisir son cabinet comptable ?

Le cabinet comptable joue un rôle important dans le développement de l’activité de l’entreprise, car il fournit des informations financières cruciales pour la prise de décisions. Par conséquent, opter pour un professionnel qui répond à certains critères s’avère indispensable.

Cibler les besoins de l’entreprise

Avant de choisir son cabinet comptable, le dirigeant doit s’interroger sur les tâches qu’il désire lui confier. Par exemple :

  • La constitution de la société ;
  • La révision de la comptabilité ;
  • La gestion des ressources humaines.

Dès lors que le chef d’entreprise sait quelles missions il souhaite déléguer à un professionnel du chiffre, il sera en mesure de solliciter des devis précis qui répondent parfaitement à ses besoins.

Prendre en compte les caractéristiques de l’entreprise

Bien qu’ils suivent tous la même formation initiale, les experts-comptables se spécialisent au fur et à mesurequ’ils accumulent de l’expérience sur le terrain. Par conséquent, choisir un cabinet comptable qui maîtrise les caractéristiques de son entreprise s’avère essentiel.

Le statut juridique

Le statut juridique d’une entreprise détermine les obligations comptables auxquelles elle doit se conformer. En effet, les besoins d’une EURL, d’une SARL ou d’une SAS diffèrent, car elles ne répondent pas aux mêmes impératifs.

Par conséquent, il convient de choisir un cabinet comptable adapté à sa situation pour créer une relation professionnelle de qualité. Par exemple, un expert-comptable en ligne apparaît comme une excellente option pour une petite structure avec peu d’écritures à enregistrer.

Le secteur d’activité

Le gérant doit également tenir compte des spécificités de son secteur d’activité avant de sélectionner son cabinet comptable, car certains métiers requièrent une connaissance accrue de la réglementation qui les encadre.

C’est notamment le cas pour la tenue de la comptabilité d’une copropriété ou d’un restaurant. Par conséquent, faire appel à un professionnel qui travaille régulièrement avec d’autres entreprises de ce domaine constitue un véritable atout.

Définir son budget

Les tarifs pratiqués par le cabinet comptable figurent parmi les critères essentiels pour le choisir. Afin de s’assurer que ceux-ci correspondent aux attentes du dirigeant, ce dernier doit définir le budget qu’il alloue à la tenue de sa comptabilité.

Néanmoins, se faire accompagner par un professionnel compétent permet à l’entreprise de recevoir des conseils avisés et de bénéficier de données financières pertinentes. Par conséquent, la qualité de la prestation doit prédominer sur son coût.

Privilégier la proximité géographique

Pouvoir rencontrer régulièrement et physiquement le prestataire chargé de la comptabilité s’avère crucial en fonction des missions confiées au prestataire. Plus particulièrement si le chef d’entreprise n’est pas à l’aise avec les moyens de communication dématérialisés.

Par conséquent, choisir pour un cabinet comptable situé à proximité de l’entreprise facilite ces échanges et permet de créer un lien. De plus, cette option réduit les frais de déplacement.

🔎 Zoom : LegalPlace peut s’occuper de votre comptabilité. Votre bilan et vos obligations fiscales sont rédigées et attestées par votre expert-comptable LegalPlace. Pas de facture à trier ni de relevé de compte à imprimer. N’hésitez pas à demander votre devis !

Comment facture-t-il ses honoraires ?

Contrairement à d’autres professions réglementées, les cabinets comptables fixent librement leurs honoraires. Néanmoins, la méthode de calcul doit obligatoirement apparaître dans la lettre de mission établie avant toute intervention. En règle générale, les prestations se facturent soit sur base d’un taux horaire ou au forfait.

En fonction du temps passé

Généralement, le cabinet comptable pratique une facturation au temps passé pour des missions spécifiques ou ponctuelles telles que :

  • Le choix de la forme juridique la plus adaptée ;
  • L’élaboration d’un compte de résultat prévisionnel ;
  • La reprise d’une entreprise.

Le taux horaire pratiqué varie en fonction du type de prestation, mais également de l’intervenant. En effet, le prestataire facture un montant plus élevé pour une heure consacrée à un dossier par un expert-comptable que par un collaborateur.

Sur une base forfaitaire

Dans le cadre de missions récurrentes ou de longues durées, le cabinet comptable s’appuie sur une estimation du volume de travail nécessaire pour réaliser les prestations. Ainsi, il facture ses honoraires sur une base forfaitaire.

Une fois son tarif déterminé au sein de la lettre de mission, le prestataire ne peut pas le modifier de façon unilatérale. Par conséquent, l’expert-comptable doit obligatoirement obtenir l’accord de son client pour réviser ses honoraires. Cette validation se formalise à travers la signature d’un avenant au contrat initial.

Voir aussi : La fonction du comptable de copropriété 

FAQ

Comment est organisé un cabinet comptable ?

L’organisation du cabinet comptable varie selon sa taille :

  • Moins de 10 salariés, les tâches principales se répartissent entre les comptables et l’expert-comptable ;
  • Entre 10 et 50 salariés, les collaborateurs sont spécialisés selon leur niveau de compétence ;
  • Plus de 50 salariés, la gamme de prestations est très développée.

Quels sont les différents interlocuteurs dans un cabinet comptable ?

Généralement, un cabinet comptable regroupe trois types d’interlocuteurs :

  • Le chef de mission comptable qui gère un portefeuille de clients et réalise les opérations de base ;
  • L’expert-comptable qui dirige l’équipe et bénéficie de l’assurance responsabilité civile professionnelle ;
  • L’expert-comptable stagiaire qui finalise sa formation sur le terrain.

Comment créer un cabinet d’expertise-comptable ?

La création d’un cabinet d’expertise-comptable s’effectue en plusieurs étapes. Elle nécessite de :

  • Être enregistré auprès de l’Ordre des Experts-Comptables ;
  • Choisir sa forme juridique, son régime fiscal et son régime social ;
  • Établir son budget ;
  • Trouver son local ;
  • Définir sa clientèle cible.

Devis d'expertise comptableDevis d’expertise comptable

Samuel est co-fondateur de LegalPlace et responsable du contenu éditorial. L’ambition est de rendre accessible le savoir-faire juridique au plus grand nombre grâce à un contenu simple et de qualité. Samuel est diplômé de Supelec et de HEC Paris

Dernière mise à jour le 03/08/2021

S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments

Rédigé par

Samuel est co-fondateur de LegalPlace et responsable du contenu éditorial. L'ambition est de rendre accessible le savoir-faire juridique au plus grand nombre grâce à un contenu simple et de qualité. Samuel est diplômé de Supelec et de HEC Paris