Skip to content

Accéder au métier de consultant financier : ce qu’il faut savoir

Accéder au métier de consultant financier : ce qu’il faut savoir

Le consultant financier a pour rôle de venir en aide aux entreprises qui font face à des problématiques délicates telles que  :

  • La gestion des transactions financières complexes ;
  • Le redressement d’un déficit budgétaire ;
  • L’évaluation du potentiel économique d’un marché.

Il dispose de compétences avérées en matière :

En quoi consiste le métier de consultant financier ?

C’est un expert dont l’intervention est très sollicitée à l’heure actuelle, car le marché en constante mutation affiche une économie assez peu sûre et sujette à des fluctuations. À elles seules, les sociétés ne parviennent que rarement à prévenir ces aléas et risques.

Le consultant financier apporte une réelle plus-value aux sociétés. Celles-ci le sollicitent pour son savoir-faire, notamment pour répondre de façon ponctuelle et pertinente à des problématiques précises relatives à la comptabilité et aux finances.

Grâce à son appui, les structures parviennent beaucoup plus aisément à atteindre leurs objectifs. Le consultant expert en finances possède aussi de fortes capacités d’anticipation et d’analyse. Ces facultés le rendent perspicace dans la recherche de solutions valorisantes qui aident réellement les entreprises à rentabiliser et à pérenniser leurs affaires.

Les missions

Elles s’articulent autour :

  • De la comptabilité ;
  • Des finances ;
  • De la fiscalité des entreprises.

Pour ces pôles de compétences, le consultant financier possède un haut niveau de savoir-faire. Cela le rend suffisamment apte à remédier aux problèmes des entreprises dans :

  • L’optimisation de flux financiers ;
  • La détection d’opportunités d’affaires liées à un secteur spécifique ;
  • Le choix d’une fiscalité avantageuse ;
  • La définition d’une stratégie budgétaire fiable à long terme ;
  • La réduction significative des risques d’échec dans le pilotage d’un projet marketing d’envergure.

Audit financier

Pour une entreprise, assurer la bonne tenue de la comptabilité relève de la plus haute importance. Le dressage du compte annuel et l’audit financier constituent aussi deux étapes incontournables pour chaque année d’exercice. L’accompagnement et le soutien d’un conseiller expert en finances sont nécessaires dans ces situations.

L’audit financier, lorsqu’il est mené à bien, permet d’assainir la situation financière d’une société et d’optimiser ses conditions fiscales. Tout ceci donne la possibilité d’améliorer le rendement de l’entreprise, d’accroître sa rentrée de chiffre d’affaires à long terme et de rationaliser au mieux ses coûts.

Établissement des comptes annuels

Au fur et à mesure qu’un conseiller financier acquiert de l’expérience, il renforce ses capacités en matière d’analyse décisionnelle. Au-delà du contrôle de régularité des comptes, son intervention sera davantage sollicitée en matière d’orientation stratégique. Lors du dressage de comptes annuels, l’entreprise pourra ainsi faire appel à ses compétences.

Outre son savoir-faire poussé dans le domaine financier, il doit aussi posséder de très grandes facultés d’anticipation. En préparant l’entreprise à faire face aux fluctuations du marché, il l’aide à :

  • Mieux prévenir les aléas économiques ;
  • Gérer ses ressources financières de façon objective et plus responsable ;
  • Poursuivre ses objectifs stratégiques de façon beaucoup plus sûre et fiable ;
  • Mesurer l’ampleur de ses projets d’entreprise le plus rationnellement possible pour en tirer au mieux parti et maximiser sa rentrée de revenus.

Étude des subventions et financements

L’analyse prévisionnelle et opérationnelle du plan budgétaire d’une société requiert un savoir-faire dans le domaine financier. Or, il arrive fréquemment qu’un consultant financier soit invité à préconiser des solutions à des professionnels qui évoluent dans le même secteur :

  • Les banquiers ;
  • Les opérateurs de change ;
  • Les boursiers ;
  • Les investisseurs.

Face à une clientèle qui justifie de compétences avérées en finances, le conseiller financier se doit d’être persuasif dans la proposition de ses solutions. Il faut qu’il soutienne ses arguments de la façon la plus fiable et pertinente possible pour la convaincre de suivre ses recommandations.

Les domaines d’expertise

Les compétences du consultant financier tendent à se développer. En effet, même si son expertise est pointue, elle évolue parallèlement en fonction des besoins d’un marché :

  • Concurrentiel ;
  • Plurisectoriel ;
  • En mutation permanente.

Cette situation l’incite à se spécialiser et à exceller dans différents domaines :

  • Orientation stratégique ;
  • Planification de ressources budgétaires ;
  • Comptabilité et analyse financière ;
  • Fiscalité d’entreprise ;
  • Droit bancaire ;
  • Science boursière ;
  • Investissement immobilier ;
  • Technique des assurances ;
  • Économie d’entreprise.

Pour qui travaille le consultant ?

Le consulting en finances est une spécialité qui requiert une intervention auprès des sociétés de divers secteurs. Celles-ci sont constamment à la recherche de solutions innovantes et plus sûres pour mieux réagir face aux demandes du marché et être à même d’anticiper les besoins de leurs clients.

L’optimisation du process financier en interne et l’instauration de procédures plus fiables dans la mise en place d’un projet d’envergure requièrent aussi une expertise très pointue. Parmi ses clients, on distingue :

  • Les sociétés d’investissement ;
  • Les organismes de microfinance ;
  • Les gestionnaires de patrimoine ;
  • Les bureaux de change et les sociétés boursières.

Comment parvenir à être consultant en finance ?

Le métier du consultant financier requiert différentes qualités. Pour l’exercer, il est également nécessaire de suivre les formations appropriées et d’acquérir de l’expérience.

Formations

Ce métier exige de suivre un cursus d’études supérieures orienté vers des filières liées à la gestion et aux finances. Le niveau de diplôme requis pour le poste doit être au moins équivalent au Master (Bac + 5). Pour réussir à intégrer un cabinet de consulting financier, le postulant doit détenir l’un des diplômes suivants :

●      Master en management d’entreprise ou en ingénierie et conseils ;

●      Master en finances, en droit, en économie ou en sciences politiques ;

●      Master professionnel en gestion des ressources humaines ;

●      Master en management stratégique ou en conseils organisationnels.

Qualités requises

Le consulting financier est un métier dans lequel la perspicacité et les capacités d’anticipation comptent autant qu’un grand savoir-faire dans ce domaine pointu. Pour réussir à devenir un bon conseiller financier, il faut détenir les qualités suivantes :

  • Des capacités d’analyse accrues et de grandes facultés de perception pour déceler les problèmes et parvenir à les résoudre le plus adéquatement possible ;
  • Une parfaite aisance dans la communication et une forte aptitude à s’adapter à des conditions de travail assez rudes auprès d’une pluralité de grands comptes.

Expérience exigée

La détention d’un diplôme d’études supérieures, bien que requise, ne permet pas à elle seule de forger une solide carrière dans le consulting financier. Il faut occuper ce poste pendant au moins 5 ans soit dans un cabinet d’expertise, soit dans une société en tant qu’assistant de direction.

Quel statut adopter pour devenir consultant ?

Il est impossible de démarrer sa carrière en tant que consultant financier indépendant dès la sortie d’une école supérieure, aussi prestigieuse soit elle. Il convient d’acquérir de l’expérience en travaillant pour le compte d’une société ou d’un bureau d’études agréé avant de se lancer dans l’auto-entrepreneuriat.

Salariat

Ce statut fait profiter de nombreux avantages qui dépassent le cadre du soutien de l’entreprise. Le salariat offre au conseiller financier une certaine sécurité dans l’exercice de sa profession.

Portage salarial

À mi-chemin entre le salariat et l’auto-entrepreneuriat, ce statut permet au conseiller financier de continuer à profiter de son statut de salarié. En même temps, il lui donne la possibilité d’exercer sa profession en toute indépendance.

Cabinet de conseil

Il s’agit du parcours le plus sûr pour pouvoir acquérir de l’expérience et gérer sa carrière en tant que consultant financier. Travailler au sein d’un cabinet limite la possibilité d’exercer son métier en toute autonomie, mais demeure nécessaire pour favoriser la montée en compétences.

Indépendance

Pour le conseiller financier, ce statut fait perdre les bénéfices du salariat, surtout du point de vue fiscal.

Auto-entreprise

Le statut d’auto-entrepreneur est à la fois avantageux et risqué. Il confère des avantages pour simplifier les formalités relatives au lancement de ses activités. Son inconvénient réside dans le fait qu’il engage le patrimoine du consultant auto-entrepreneur en cas d’endettement professionnel.

Société unipersonnelle

Afin de limiter ses responsabilités aux apports en entreprise, il est recommandé d’opter pour ce statut. Du point de vue fiscal, la société unipersonnelle offre également beaucoup plus de sûreté.

Dernière mise à jour le

Samuel est co-fondateur de LegalPlace et responsable du contenu éditorial. L'ambition est de rendre accessible le savoir-faire juridique au plus grand nombre grâce à un contenu simple et de qualité. Samuel est diplômé de Supelec et de HEC Paris

Laisser un commentaire

avatar
  S’abonner  
Notifier de