Skip to content

Le refus de rupture conventionnelle peut résulter de la décision de l’employeur ou du salarié. Toutefois, le consentement des deux parties est obligatoire pour entamer la procédure. Face à cette situation, plusieurs solutions s’offrent à l’employé en CDI. Ce dernier peut :

  • Essayer de convaincre son employeur ;
  • Présenter sa démission ;
  • Recourir à l’abandon de poste.

Que faire face à un refus de rupture conventionnelle ?

Selon l’article L1237-13 du code de travail, la rupture conventionnelle fait partie des modes de rupture de contrat de travail à durée indéterminée (CDI). Elle ne peut cependant aboutir que par le biais d’un accord commun entre l’employeur et le salarié. L’une ou l’autre partie a le droit d’accorder ou de la refuser.

Les raisons du refus de l’employeur

Le refus de rupture conventionnelle par l’employeur peut résulter de différentes raisons liées au salarié ou à l’entreprise :

  • Le contrat de travail du salarié (un salarié en CDD ne peut signer une rupture conventionnelle) ;
  • L’importance du salarié dans l’entreprise ;
  • La situation du salarié (en congé maternité ou en congé maladie) ;
  • Le coût de l’indemnité de rupture, plus élevé pour l’entreprise.

En effet, le recours à la rupture conventionnelle concerne uniquement un salarié en CDI dont le contrat n’est pas suspendu pour congé maternité ou maladie.

Bon à savoir : Depuis les ordonnances macron de septembre 2017, une rupture conventionnelle de type collective est possible.

Comment s’opposer au refus du salarié ?

Le refus par le salarié s’explique le plus souvent par son désir de rester dans l’entreprise. Parfois, l’indemnité de licenciement est plus importante que l’indemnité de rupture.

L’employeur ne peut en aucun cas obliger un salarié à accepter une rupture conventionnelle. Il lui est cependant possible de s’entretenir avec l’employé pour s’informer sur ses motifs et arriver à un accord commun.

À noter : Le salarié peut refuser la rupture conventionnelle même s’il a déjà signé la convention si le document n’a pas encore été envoyé pour homologation. Il bénéficie également d’un délai de rétractation de 15 jours calendaires.

Convaincre son employeur face au refus de rupture conventionnelle

Pour convaincre son employeur, il convient de trouver les bons arguments. Il est important de préciser que le salarié ne peut pas exiger la signature de la convention, quel que soit le motif de son départ. Si les deux parties n’arrivent pas à trouver un accord commun, le salarié devra se tourner vers d’autres solutions.

Quels sont les meilleurs arguments ?

Le salarié souhaitant mettre fin à son contrat de travail par une rupture conventionnelle doit obtenir l’accord de son employeur. Si celui-ci refuse, il est toujours possible de le convaincre lors d’un entretien. Les meilleurs arguments face au refus par l’employeur concernent l’indemnité, la date de départ et la situation du salarié.

Évoquer l’indemnité de rupture conventionnelle

L’employeur peut être réticent à accepter la rupture conventionnelle à cause de l’indemnité à payer. Pour le convaincre, le salarié doit prouver que le garder dans l’entreprise coûte plus cher à l’entreprise que le laisser partir. Il s’agit surtout d’expliquer que l’indemnité à verser n’est pas si importante.

Parler de la date de départ

Dans le cadre d’une rupture conventionnelle, aucun préavis n’est exigé. Les deux parties peuvent donc convenir de la date de départ permettant à l’employeur de trouver un remplaçant. Dans ce cas, il faut montrer sa motivation à former le nouvel employé et à effectuer la passation en bonne et due forme. L’employeur peut alors exposer ses arguments pour convaincre l’employeur d’accorder la rupture conventionnelle.

Évoquer les avantages de l’entreprise par rapport à son départ

Face au refus de rupture conventionnelle par l’employeur, il peut être efficace de parler des avantages qu’apporte le départ du salarié de l’entreprise : par exemple l’embauche d’une personne plus qualifiée ou justifiant d’une plus grande expérience sur le poste.

Quelles autres possibilités ?

Si l’employeur refuse toujours d’accorder la rupture conventionnelle, il existe d’autres solutions pour quitter l’entreprise. Les alternatives sont :

  • L’abandon de poste :
  • La démission.

Avant de démissionner ou d’abandonner son poste, il est vivement recommandé de peser les pour et les contre.

Quelles sont les solutions pour remplacer la rupture conventionnelle ?

Si l’employeur ou le salarié persiste à refuser la rupture conventionnelle, il est possible de se tourner vers d’autres solutions. L’employé peut choisir entre la démission ou l’abandon de poste. L’employeur peut procéder au licenciement. Avant d’entreprendre les démarches, il convient de s’informer sur les avantages et inconvénients de chaque solution.

La démission

La démission est une forme de rupture de contrat de travail à l’initiative du salarié. Elle ne nécessite pas l’accord de l’employeur qui ne peut pas la refuser. Sa réalisation doit suivre une certaine procédure légale.

Démission : conditions

La démission ne peut être entreprise que par les salariés sous contrat à durée indéterminée (CDI). Cette procédure relève de la décision unique de l’employé qui souhaite rompre son contrat. Aucune justification n’est nécessaire lors du dépôt de la lettre de démission.

Démission : points de vigilance

Une démission posée pour nuire l’employeur est qualifiée d’abusive. Dans ce cas, le salarié peut être tenu de verser des dommages et intérêts par décision du conseil des prud’hommes. Aussi, si la démission résulte d’une menace ou d’une contrainte quelconque de la part de l’employeur, elle sera assimilée à un licenciement ou qualifiée de démission déguisée.

Démission : procédure

Le salarié qui souhaite démissionner doit prévenir son employeur à l’oral ou à l’écrit. La rédaction d’une lettre de démission est cependant recommandée pour disposer d’une preuve.

À noter : Le salarié peut se rétracter et rester dans l’entreprise.

Démission : allocation de chômage

Le salarié qui démissionne de son poste peut bénéficier des allocations de chômage si celle-ci est justifiée par des motifs légitimes :

  • Démission d’un salarié de moins de 18 ans souhaitant suivre ses parents ;
  • Démission justifiée par le déménagement du conjoint ;
  • Démission justifiée par un déménagement pour suivre un enfant handicapé ;
  • Démission d’un salarié subissant des violences conjugales ;
  • Démission justifiée par un déménagement suite à un PACS ou un mariage.

Démission vs rupture conventionnelle

Ne nécessitant pas de préavis et faisant bénéficier d’une indemnité de rupture et du droit aux allocations de chômage, la rupture conventionnelle se montre plus avantageuse que la démission sauf sur un point. Le salarié souhaitant démissionner n’a pas besoin de l’accord de l’employeur, ce qui n’est pas le cas pour une rupture conventionnelle.

L’abandon de poste

L’abandon de poste est une autre alternative à la rupture conventionnelle en cas de refus de l’employeur. Il correspond à une absence injustifiée, répétée et prolongée au travail sans l’autorisation de l’employeur. Le motif d’un abandon de poste est souvent lié au besoin du salarié de quitter rapidement son emploi.

Abandon de poste : fonctionnement

L’abandon de poste permet à un salarié de quitter rapidement son emploi dans une entreprise, et ce, sans effectuer de formalités. Si l’employeur décide de renvoyer le salarié suite à des absences injustifiées et répétées, celui-ci peut recevoir des indemnités de chômage.

Abandon de poste : risques

L’abandon de poste n’est pas sans risque. Il peut être requalifié en démission. Dans ce cas, le salarié n’a pas droit aux allocations de chômage. En cas d’abandon de poste, l’employeur dispose de deux mois pour licencier le salarié. Pendant ce délai, il peut retenir son salaire. Si l’absence prolongée porte préjudice à l’entreprise, celui-ci peut licencier le salarié pour faute grave. Dans ce cas, celui-ci n’a plus droit aux indemnités de licenciement. Un abandon de poste peut ternir la réputation du salarié.

Abandon de poste vs rupture conventionnelle

La rupture conventionnelle permet à un salarié de mettre fin à son contrat de travail sans litige avec l’employeur, ce qui n’est pas toujours le cas pour un abandon de poste. Ces deux solutions permettent de quitter son emploi sans préavis.

Le licenciement

En cas de refus de rupture conventionnelle par le salarié, l’employeur peut procéder à un licenciement. Il peut ainsi rompre le contrat de travail de l’employé pour faute, inaptitude ou insuffisance professionnelle. Si l’entreprise fait face à des soucis financiers, un licenciement économique est aussi possible.

Licenciement : conditions

Le licenciement correspond à la rupture de contrat à l’initiative de l’employeur. Il doit être justifié par un motif sérieux et réel. L’employeur doit tenir le salarié informé sur sa décision.

Licenciement : motifs

L’employeur peut évoquer plusieurs motifs de licenciement afin de rompre le contrat de travail d’un salarié. Il peut procéder à un :

Licenciement vs rupture conventionnelle

La rupture conventionnelle permet de rompre le contrat de travail d’un salarié à l’amiable, si le licenciement relève de la décision unique de l’employeur. Dans la plupart des cas, l’employeur doit verser une indemnité de licenciement à l’employé en plus de son salaire et de ses droits pendant la durée du préavis. La rupture à l’amiable peut alors revenir moins chère.

Les avantages et inconvénients des autres solutions

L’abandon de poste, la démission et le licenciement présentent des avantages et des inconvénients. Avant de refuser la rupture conventionnelle, il est important de comparer ces différentes solutions.

Abandon de poste : avantages et inconvénients

Le principal avantage d’un abandon de poste concerne surtout sa célérité, mais cette solution présente d’énormes risques.

Avantages :

  • Possibilité de quitter rapidement le poste ;
  • Absence de préavis ;
  • Possibilité de bénéficier d’indemnités de chômage dans le cas d’un licenciement après abandon de poste ;
  • Décision unilatérale du salarié.

Inconvénients :

  • Risque de licenciement pour faute grave ;
  • Risque de requalification de l’abandon de poste en démission ;
  • Mise à mal de la réputation du salarié.

Démission : avantages et inconvénients

Le principal inconvénient d’une démission réside dans la perte des allocations de chômage et des indemnités.

Avantages :

  • Décision unilatérale du salarié ;
  • Permet de quitter son emploi en bon terme ;
  • Salaire et droit maintenus pendant la durée du préavis.

Inconvénients :

  • Préavis obligatoire ;
  • Pas d’indemnités ni d’allocations de chômage (sauf démission légitime).

Licenciement : avantages et inconvénients

Le licenciement est surtout avantageux pour le salarié qui perçoit une indemnité de licenciement dans la majorité des cas. Pour l’employeur, cette solution présente des avantages et des inconvénients.

Avantages :

  • Pas d’indemnité de rupture ;
  • Décision unilatérale de l’employeur.

Inconvénients :

  • Obligation de présenter des motifs de licenciement ;
  • Versement d’indemnités de licenciement.

Tableau comparatif des différentes solutions

Avant de refuser ou d’accorder une rupture conventionnelle , il est important de s’informer sur les différentes solutions permettant de mettre fin à un contrat de travail.

Rupture conventionnelle Abandon de poste Démission Licenciement
Initiative de rupture Par accord commun Salarié Salarié Employeur
Présentation de motif Aucun Aucun Aucun Oui
Obligation de passer par un entretien Oui Non Non Oui
Formaliser la rupture Oui (convention de rupture à l’amiable) Non Non (recommandé) Oui (lettre de licenciement)
Préavis Non Non Oui Oui
Indemnités Indemnité de rupture Non Non Indemnité légale de licenciement
Allocations de chômage pour le salarié Oui Selon le cas Non (sauf démission légitime) Oui

Guide rupture conventionnelleGuide rupture conventionnelle

Samuel est co-fondateur de LegalPlace et responsable du contenu éditorial. L’ambition est de rendre accessible le savoir-faire juridique au plus grand nombre grâce à un contenu simple et de qualité. Samuel est diplômé de Supelec et de HEC Paris

Dernière mise à jour le 27/02/2024

S’abonner
Notification pour
guest

18 Commentaires
Le plus ancien
Le plus récent
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Carenio
Carenio
février 7, 2024 4:20 pm

Bonjour
j’ai fait parvenir une demande de rupture conventionnelle et mon directeur m’a dit que c’était mieux un licenciement. A t’il le droit de le licencier suite à ma demande de rupture conventionnelle ?

Amira
Éditeur
Amira
février 9, 2024 5:47 pm
Répondre à  Carenio

Bonjour,

L’employeur peut refuser votre demande de rupture conventionnelle. En effet, ni l’employeur ni le salarié ne peut imposer à l’autre partie ce mode de rupture. Par ailleurs, pour être valide, le licenciement doit être motivé et justifié par une cause réelle et sérieuse. Pour plus de renseignements sur votre situation, nous vous invitons à contacter l’inspection du travail ou un avocat.

En vous souhaitant une agréable journée,

L’équipe LegalPlace

Mickaël
Mickaël
mars 6, 2024 12:44 pm

Bonjour,
Admettons une rupture conventionnelle donnée aujourd’hui 6 mars. 
Si celle-ci se trouve refusée tardivement par exemple 21/3, l’employé devra démissionner. 
S’il démissionne, sa date de préavis pourra-t-elle compter au 6 mars ou au 21 mars?

Amira
Éditeur
Amira
mars 6, 2024 5:18 pm
Répondre à  Mickaël

Bonjour,

En cas de démission, le délai de préavis commence à courir à compter de la date de remise de la lettre de démission à l’employeur.

En vous souhaitant une agréable journée,

L’équipe LegalPlace

Lyse
Lyse
mars 26, 2024 5:59 pm
Répondre à  Amira

Bonjour, j’ai pris rdv avec mon patron pour demander une rupture conventionnelle, il m’a dit de faire un courrier pour le DRH et le comptable. J’ai fait la lettre depuis le 27/02/2024. Et le gérant me dit aujourd’hui le 26/03. Comme quoi ça va coûter très chère à l’entreprise donc il n’accepte pas. Soit je fais une démission de 1 mois de préavis. Je ne suis pas d’accord.

Leroy
Leroy
mars 19, 2024 11:08 pm

Bonjour je souhaiterai effectuer une demande de rupture conventionnelle saif que l’entreprise n’accepte jamais. Mes raisons sont que je souhaite déménager je suis seule et mon enfant aura un dossier MDPH je n’arrive plus a suivre avec les rdv médical suivi ..plus un enfant âgé de trois ans.
Je souhaite par la suite envisager une formation qui serait peu être plus adapté sans horaires atypiques. Et être plus disponible. Est ce que l’entreprise peux quand même refuser malgré les raisons.

Amira
Éditeur
Amira
mars 20, 2024 3:25 pm
Répondre à  Leroy

Bonjour,

Vous pouvez faire une demande de rupture conventionnelle en expliquant votre situation. Toutefois, l’employeur n’est pas obligé de l’accepter. Par ailleurs, en cas de reconversion professionnelle, il est possible, sous réserve de remplir certaines conditions, de démissionner et de bénéficier des allocations chômage.

En vous souhaitant une agréable journée,

L’équipe LegalPlace

Faure
Faure
mars 23, 2024 5:29 pm

Bonjour, Mon patron m a annoncé du jour au lendemain qu il voulait se séparer de moi avec pour motif qu il n y avait plus assez de travail. Il m a proposé une rupture conventionnelle que j’ai refusé, j ai demandé un licenciement économique qu il refuse de son côté en me disant que le Licenciement économique n était pas justifié dans la mesure ou son chiffre d affaire n avait pas baissé. Depuis il m a retiré mon véhicule et mes fonctions, je pars avec des collègues. Quelles sont les possibilités qui s offrent à moi ? Par… Lire la suite »

Mireille
Éditeur
Mireille
juin 11, 2024 4:52 pm
Répondre à  Faure

Bonjour,
Votre situation est complexe et nécessite l’avis d’un professionnel.
Nous vous invitons à prendre contact avec un avocat spécialisé, qui saura vous renseigner.
En vous souhaitant une belle journée,
L’équipe LegalPlace.

Thellier
Thellier
mars 28, 2024 12:45 pm

Bonjour,
Je suis en arrêt maladie depuis fin décembre. J’ai envoyé une demande de rupture conventionnelle à mon employeur le 07/03 en recommandé. Celui-ci a été signé le 08/03. Depuis ce jour, je n’ai aucunes nouvelles de mon employeur.
Je ne sais pas quoi en penser et ce que je dois faire ?

Merci

GUERNION
GUERNION
mai 18, 2024 7:59 pm

Bonjour
Mon employeur a été informé par lettre en AR de la révocation de la rupture conventionnelle dans le délai imparti. Malgré cela il a tout de même transmis la demande d’homologation a la dreccte pensant que l’administration ne ferait pas bien le travail. Que risque mon employeur ?

SieGi
SieGi
mai 21, 2024 1:14 pm

Bonjour, ma fille a donné en mains propres à son employeur une lettre de demande de rupture conventionnelle en date du 25 avril 2024. Sa demande a été refusée par lettre recommandée reçue ce 21 mai 2024. Ma fille va déposer sa lettre de démission, mais à partir de quelle date va démarrer son préavis de 2 mois? Il avait été convenu oralement entre eux qu’en cas de refus de rupture, la démission prendrait effet au 25 avril…. Mais sans preuves écrites qu’en est-il ?

Amira
Éditeur
Amira
mai 22, 2024 11:02 am
Répondre à  SieGi

Bonjour, En principe, lorsque la lettre de démission est notifiée par lettre recommandée avec accusé de réception (LRAR), le point de départ du préavis correspond à la date de première présentation de la lettre par les services de la poste. Par exemple, si la lettre de démission avec AR a été présentée par la poste à l’employeur le 22 mai mais qu’elle a été retirée par l’employeur le 25 mai, le délai de préavis commence à courir le 22 mai, le jour où la lettre a été présentée à l’employeur. Par ailleurs, lorsque la lettre de démission est remise en… Lire la suite »

Demary christelle
Demary christelle
juin 3, 2024 7:52 pm

Bonsoir
J’ai envoyé ma demande de rupture conventionnelle le 24 mai 2024 à ce jour je n’ai toujours pas de nouvelle de mes 2 sociétés.
Je voulais savoir si après avoir reçu ma demande ils avaient un délai pour y répondre ou pas?
Merci de votre réponse

Coutarel
Coutarel
juin 4, 2024 11:09 pm

Bonjour,
Je quitte ma région et donc mon travail pour rejoindre mon concubin, pour un futur mariage. Mon patron refuse la rupture conventionnelle et il est hors de question que je demissionne, sinon pas de chômage le temps de retrouver un emploi. Il veut que je fasse moi même la lettre mais je ne peux pas parler de rupture de contrat ni de démission, ni d’abandon de poste. Comment rédiger une lettre en ce sens ?
Merci

Amira
Éditeur
Amira
juin 7, 2024 2:18 pm
Répondre à  Coutarel

Bonjour,

En principe, en cas de démission pour suivre votre concubin qui déménage pour un motif professionnel, vous pouvez bénéficier, sous certaines conditions, de l’allocation chômage. Voici un modèle de lettre de démission. Pour plus de renseignements, nous vous invitons à vous renseigner auprès d’un conseiller France travail.

En vous souhaitant une agréable journée.

L’équipe LegalPlace

Pascaline
Pascaline
juin 10, 2024 12:41 pm

Bonjour mon employeur refusé ma rupture conventionnelle sans me donner de motifs

Illenna
Illenna
juin 14, 2024 9:20 am

Bonjour, Je vous contacte car je rencontre des difficultés avec l’entreprise (c’est un grand groupe) dans laquelle je travaille depuis un peu plus de 15 mois. Mon employeur m’a convoqué et annoncé qu’il ne voulait plus collaborer avec moi. Lors de cet entretien, il m’a suggéré une rupture conventionnelle de manière subtile. Et, Il m’a demandé d’y réfléchir. Je suis tombée des nus. Je ne m’y attendais pas. Il est vrai qu’il m’est arrivé de faire quelques erreurs (je suis dyslexique, je l’avais prévenu lors de mon entretien d’embauche, et il m’avait assuré que cela ne poserait pas de problèmes)… Lire la suite »

Rédigé par

Samuel est co-fondateur de LegalPlace et responsable du contenu éditorial. L'ambition est de rendre accessible le savoir-faire juridique au plus grand nombre grâce à un contenu simple et de qualité. Samuel est diplômé de Supelec et de HEC Paris

Télécharger notre guide gratuit