Skip to content

Créer un business plan complet et convaincant

Créer un business plan complet et convaincant

Créer un business plan complet et convaincant est un impératif dans le cadre d’une création d’entreprise ou d’une reprise d’entreprise. Ce document à présenter aux investisseurs et futurs collaborateurs permet d’emblée de partager l’idée d’entreprise. Il s’agit aussi d’un outil de gestion et d’aide à la décision efficace. Selon le modèle utilisé, il comporte plusieurs éléments, notamment :

  • Une synthèse du projet ;
  • Une présentation des produits ou des services ;
  • Les objectifs.

Pourquoi créer un business plan ?

Le business plan est un document-cadre qui conduit un projet entrepreneurial. S’il s’adresse principalement aux investisseurs, il s’avère également intéressant pour les futurs collaborateurs.

Bon à savoir : indispensable pour l’entrepreneur qui veut réussir, le business plan s’adresse en premier lieu à l’apporteur de projet. Il lui permet d’en avoir une description plus objective. Il s’agit donc d’un outil essentiel dans les prises de décision.

Clarifier le modèle économique du projet

Le modèle économique (ou business model) est souvent confondu avec le business plan. Si le premier peut être défini comme l’idée principale qui génère des bénéfices, le second en est une déclinaison plus tangible qui traite l’ensemble du volet opérationnel. Le modèle économique est un prérequis indispensable pour la réussite du projet.

Dans le détail, l’entrepreneur doit procéder avec méthode et débuter par une réflexion axée autour d’une vision centrale, point de départ de l’entreprise. Le modèle économique répond à plusieurs interrogations :

  • Quel est le produit ?
  • Qui sont les clients ?
  • Quel est le prix de vente ?
  • Qui sont les partenaires ?
  • Quels sont les canaux de distribution ?

Il s’agit de décrire les liens entre le produit et les revenus qu’il générera pour l’entreprise. Une fois que le modèle économique est posé, le business plan le formalise pour la mise en œuvre.

Bon à savoir : une fois le business plan conçu, il n’est pas exclu que le porteur du projet décide de ne pas donner suite ou qu’il soit amené à changer de modèle économique.

Délimiter les rôles des fondateurs et l’activité de l’entreprise

Le business plan est un excellent outil de pilotage. En effet, il permet de déterminer les différentes composantes (humaines, financières ou matérielles) ainsi que les besoins pour finaliser le projet. Il évalue la cohérence du projet, la pertinence de l’activité de l’entreprise ainsi que la rentabilité. En fonction de ces données, il est possible de délimiter les domaines d’activité de l’entreprise.

Dans ce contexte, l’identification de l’activité centrale ainsi que des objectifs finaux est un fil conducteur pour décider des attributions de chacun dans l’entreprise (les fondateurs, les collaborateurs…).

À noter : le business plan est un document stratégique et comme tel, il doit être mis à jour au fur et à mesure de l’avancement du projet et des résultats obtenus.

Convaincre de futurs partenaires et investisseurs

Le business plan comprend une évaluation des financements nécessaires pour démarrer le projet et pour l’exploitation de l’activité. Au-delà d’un simple plan de financement, il comprend une projection financière sur plusieurs années. Celle-ci englobe les situations financières prévues ainsi que les résultats.

À ce titre, le business plan s’impose comme un moyen de communiquer avec les partenaires éventuels de l’entreprise. Lors des négociations, disposer d’un business plan correctement rédigé est assurément un atout pour convaincre les investisseurs.

Le plan de financement doit comprendre des données prévisionnelles sur au moins 3 années. Parmi celles-ci, on compte :

  • Le bilan prévisionnel ;
  • Le compte de résultat prévisionnel ;
  • Le tableau de financement ;
  • Le plan de trésorerie.

Comment commencer un business plan ?

Créer un business plan requiert de la rigueur et le respect d’un certain formalisme. En effet, d’une grande importance pour la réussite d’un projet, le business plan est un document formel qui peut influencer les décisions des partenaires. Il comporte plusieurs éléments qui visent principalement à donner les détails du projet (synthèse, équipe, idée d’entreprise…).

Décrire le projet de création d’entreprise

Le business plan s’adresse avant tout à des personnes qui ne connaissent pas le projet. Il est par conséquent essentiel qu’il débute par une description de l’idée de départ, à l’origine du projet de création d’entreprise. Il ne s’agit pas de convaincre, mais de susciter l’intérêt dès les premières lignes. L’objectif étant que les interlocuteurs aient une vision claire du projet.

Bon à savoir : pour la qualité de l’argumentation, il peut être utile de formuler cette partie en dernier, après la rédaction du business plan. Par ailleurs, pour améliorer la confiance des investisseurs, il faut envisager d’inclure une description de toutes les démarches déjà réalisées.

Présenter l’équipe à son origine et ses motivations

La présentation des porteurs du projet est essentielle pour convaincre les tiers. Souvent, la réussite d’un projet dépend du profil de l’équipe. De ce fait, il faut apporter toutes les preuves possibles pour démontrer que cette dernière dispose des compétences nécessaires pour la réussite du projet.

Le porteur du projet peut se lancer seul, comme il peut créer une entreprise à deux ou à plusieurs. L’important est de présenter les profils des personnes (associés, conseillers, salariés…) qui participeront au projet. Formations, expériences, objectifs… ce sont autant d’arguments à avancer lors de cette étape. L’objectif est de démontrer qu’il existe une certaine complémentarité dans l’équipe.

Il faut aussi mettre en avant les motivations des membres de l’équipe. Cette démarche aura certainement un effet positif auprès de l’auditoire, car elle montre l’implication de chacun. Enfin, dans la mesure du possible, il est préférable d’associer des compétences à des visages en insérant des photos dans la présentation.

Bon à savoir : dans le cas où l’équipe ne disposerait pas de l’expertise nécessaire, il est recommandé de plaider en faveur d’un éventuel recrutement.

Insister sur les motivations de l’équipe

Pour convaincre les plus sceptiques, insister sur les motivations de l’équipe peut être salutaire. Ainsi, le degré d’implication de chacun des membres peut être utilisé comme argument afin de prouver l’engagement et la détermination de chacun.

Comment aborder l’angle économique et logistique d’un plan d’affaires ?

L’élément central du business plan est celui qui porte sur le potentiel du projet. Ainsi, le document doit pouvoir apporter les éléments qui démontrent que l’entreprise est rentable et que le projet est viable.

Étudier le marché ciblé

Pour qu’un projet soit rentable, il doit impliquer des produits et services qui répondent aux besoins d’un marché. Ainsi, dans la phase de préparation, il est indispensable d’identifier le marché ciblé et les clients potentiels. L’objectif principal est de prouver que le marché est favorable à la création et l’implantation de l’entreprise.

Les questions essentielles doivent notamment porter sur :

  • L’existence d’une demande ;
  • L’environnement concurrentiel ;
  • L’identification des clients ciblés.

Cette étude du marché est importante pour évaluer le potentiel de développement de l’entreprise. Elle comprendra des données chiffrées qui permettront d’avoir une vision globale de la situation et qui faciliteront les projections.

À noter : l’utilisation de graphiques est à privilégier dans cette étape.

Souligner les opportunités et amorcer l’offre proposée

Une fois l’étude de marché effectuée, il est question de mettre en avant les opportunités qu’il offre. La bonne connaissance du marché ciblé permettra de souligner tous les potentiels à exploiter. Une fois la taille du marché estimé, il faudra déterminer l’offre à proposer aux clients ciblés.

L’offre est l’élément-clé de la réussite d’une entreprise. Toutes les stratégies, les mécanismes de production ou encore les prévisions de vente sont édifiés autour d’elle. Sans offre, l’idée de l’entreprise n’existerait pas. Il est de ce fait primordial qu’elle soit clairement délimitée, mais surtout, qu’elle réponde à une opportunité commerciale réelle.

Bon à savoir : une analyse poussée de la concurrence est vitale pour pouvoir proposer une offre compétitive.

Expliquer le modèle économique et le process

Durant cette étape, il s’avère nécessaire d’aborder la partie qui explique en détail le modèle économique choisi ainsi que le process. Il faut démontrer qu’il existe une opportunité commerciale que l’entreprise peut exploiter. Ce volet a pour visée d’exposer le montage du projet : étude de marché, stratégie commerciale, processus de production ou encore mode de distribution.

Néanmoins, ce qui intéresse le plus les investisseurs dans le business plan, c’est le modèle économique. Il s’agit donc de mettre en évidence l’envergure de l’activité et la croissance à venir.

Comment introduire la valeur ajoutée du projet et ses ambitions ?

Créer un business plan, c’est disposer d’un moyen pour promouvoir un projet et montrer qu’il est pertinent et rentable. Aborder le sujet de la valeur ajoutée créée par l’entreprise est un argument idéal pour convaincre et pour motiver les différents acteurs du projet.

À cela s’ajoute l’exposé des objectifs de croissance (à l’échelle régionale, nationale…) démontrant les ambitions de l’entreprise et des porteurs du projet. Ces éléments-clés seront abordés dans le document en prenant soin de détailler certains aspects essentiels comme l’avantage concurrentiel ou les stratégies.

À noter : au-delà de la valeur ajoutée, mettre en avant le potentiel de croissance d’une entreprise est également un atout pour rallier les différents acteurs autour du projet.

Effectuer un comparatif et illustrer l’avantage concurrentiel

La pérennité d’une entreprise est un point important qui intéresse autant les investisseurs que les collaborateurs. Ici, mettre l’accent sur l’avantage concurrentiel, qui est un facteur-clé de succès, permet d’argumenter en faveur d’un développement certain et durable des activités.

Pour mettre en évidence cet avantage concurrentiel, l’analyse de l’environnement est indispensable. Pour ce faire, il faut chercher les éléments qui constituent un avantage par rapport à ce qui existe déjà sur le marché. Ce comparatif permettra de déterminer si l’offre de l’entreprise est avantageuse ou non. Il pourra porter sur deux points :

  • L’avantage en termes de coûts (production, distribution…) ;
  • Ce que l’offre apporte de plus ou de différent aux clients.

Définir la stratégie marketing (mix-marketing) adoptée

Le lancement commercial de l’offre est vital pour l’entreprise. Pour le réussir, il faut monter une stratégie marketing efficace en prenant soin d’intégrer certains éléments :

  • Quel est le produit ou le service proposé aux clients ciblés ?
  • Quel est le prix auquel l’offre sera lancée ?
  • Quels canaux de distribution seront adoptés pour vendre l’offre ?
  • Quels moyens seront utilisés pour faire connaître l’offre auprès des clients ciblés ?

Dans cette partie du business plan, il est question de trouver un modèle commercial cohérent qui permettra d’atteindre les objectifs de vente et de développement.

Indiquer le statut juridique, le capital et le début d’activité envisagés

Dans le business plan, le volet juridique est incontournable. Il décrit la structure choisie et comprendra les informations suivantes :

  • Statut juridique de l’entreprise (société ou entreprise individuelle). Il dépend de plusieurs facteurs tels que le nombre d’associés ou encore l’ampleur du projet ;
  • Capital social (le montant et la répartition) ;
  • Régime d’imposition des bénéfices ;
  • Calendrier de création ;
  • Modalités de direction ;
  • Modalités de sortie.

La partie portant sur le juridique revêt une importance particulière, car elle peut impacter le volet financier du projet (bilan et résultat prévisionnel, notamment).

Comment réaliser les prévisions financières d’un business plan ?

Pour créer un business plan, il est indispensable d’y inclure les prévisions financières du projet. Ces données servent à mesure le potentiel de l’entreprise et la rentabilité des activités. Cette partie du document est également un moyen d’anticiper les charges, les revenus ou encore les investissements.

Ces éléments sont nécessaires pour dresser les tableaux financiers (plan de financement, compte de résultat prévisionnel…), le plan de trésorerie ou encore le compte de résultat prévisionnel.

Bon à savoir : pour l’entrepreneur, les prévisions financières servent particulièrement à évaluer les besoins en financement.

Estimer le chiffre d’affaires prévisionnel

Le chiffre d’affaires prévisionnel peut être calculé sur la base des informations recueillies lors de l’étude de marché. Il équivaut aux ventes prévues sur une période de 12 mois d’activité, sans considération des taxes.

Dans les prévisions du chiffre d’affaires, il est possible d’utiliser d’autres informations qui peuvent aider à affiner les estimations. À titre d’exemple, il est possible de considérer le chiffre d’affaires des concurrents directs. Les plus prudents, pour leur part, préféreront dresser différentes prévisions (optimiste, pessimiste…) et recourir aux données moyennes.

À noter : il est possible de demander l’avis d’un expert-comptable pour valider le chiffre d’affaires prévisionnel et avoir son avis de professionnel.

Fournir un plan de financement et présenter les investissements

Le plan de financement est établi sur le moyen terme (3 ans). Souvent présenté sous forme de tableau, il fait la différence entre les ressources disponibles (capital, emprunt…) et les besoins financiers.

Le plan de financement regroupe les éléments à financer, à savoir les :

  • Dépenses d’établissement ;
  • Besoins en fonds de roulement (BFR) ;
  • Capacité d’autofinancement (CAF) ;
  • Trésorerie ;
  • Investissements.

La liste n’est pas exhaustive. Les investissements représentent les dépenses initiales engagées et qui procureront des avantages économiques à moyen terme.

Calculer le seuil de rentabilité et le point mort

Le seuil de rentabilité est aussi un indicateur intéressant. C’est le chiffre d’affaires minimum pour que l’entreprise puisse être rentable. Pour le calculer, il faut prendre en compte le chiffre d’affaires prévisionnel, les charges fixes et variables. Quant au « point mort », c’est le nombre de jours d’activité nécessaire pour que l’activité soit rentable.

Bon à savoir : le plan de financement prévisionnel doit permettre à l’entreprise de fonctionner jusqu’à l’atteinte du seuil de rentabilité.

Donner un compte de résultat sur 3 ans

Le business plan à créer doit comporter le compte de résultat prévisionnel établi sur 3 ans. Celui-ci permet d’avoir une synthèse des charges et des produits prévisionnels de l’activité de l’entreprise. Il permet aussi d’anticiper les éventuels bénéfices ou pertes engendrés sur les 3 années à venir. En somme, il sert à mettre en évidence la rentabilité de l’entreprise.

À noter : si le résultat prévisionnel est négatif, l’entrepreneur doit songer à revoir son projet avant de le présenter aux investisseurs, car le modèle économique choisi n’est pas rentable.

Comment présenter un dossier de business plan ?

Le business plan est la carte de visite d’un projet. Outil de communication par excellence, il doit répondre à certaines attentes de l’entreprise, autant au niveau du fond que de la forme.

Présentation et volume de pages

Pour créer un business plan, il faut suivre certaines règles de présentation, mais dans la pratique, il n’existe pas de véritables normes. Dans tous les cas, le document doit être soigné pour inciter à la lecture. Concernant le nombre de pages, la moyenne se situe entre 10 et 20.

Exhaustivité et accessibilité des informations

Le business plan doit contenir des informations pertinentes et transparentes, l’objectif étant d’aider à la prise de décision des investisseurs et des autres collaborateurs. Dans cette optique, il faut éviter de dissimuler ou de modifier des informations importantes. En effet, l’intégrité de l’apporteur de projet est un élément décisif dans la décision des investisseurs.

Cohérence du déroulé du dossier et justesse des propos

Le business plan, dans sa forme et son contenu, doit être cohérent. Ainsi, il est essentiel que le déroulé de la présentation suive une certaine logique pour une compréhension plus facile du projet. Il n’existe pas de plan prédéfini pour rédiger un business plan. Toutefois, certaines parties sont obligatoires. Tel est notamment le cas de la synthèse à placer au début du document. Il en va de même pour la présentation du projet et de l’équipe.

Valorisation des arguments par les visuels, le gras et le soulignement

Il faut susciter l’intérêt du lecteur. Pour ce faire, il est recommandé de privilégier les visuels, car ils inciteront à poursuivre la lecture. Par ailleurs, l’utilisation de graphiques, de schémas ou de tableaux peut faciliter la compréhension générale.

Pour les blocs de texte, il est indispensable de mettre en avant certains arguments en utilisant le gras ou le soulignement. Ces mises en forme aident à focaliser la lecture sur les points les plus importants.

Lire aussi : Le business plan pour l’auto-entrepreneur

Samuel est co-fondateur de LegalPlace et responsable du contenu éditorial. L'ambition est de rendre accessible le savoir-faire juridique au plus grand nombre grâce à un contenu simple et de qualité. Samuel est diplômé de Supelec et de HEC Paris

S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments