Skip to content

Le compte de résultat prévisionnel

Dernière mise à jour le 09/03/2022

Le compte de résultat prévisionnel est un document stratégique de premier plan au sein d’une entreprise, quelle que soit sa forme juridique. Il donne une vision plus claire des recettes probables et des charges à supporter à partir de l’année N+1, ce qui peut inciter à redoubler d’ingéniosité pour améliorer les résultats. Toutefois, son établissement n’est pas à la portée de tout le monde. Le respect d’une méthodologie de comptabilité budgétaire s’impose pour ne pas fausser son contenu.

Le compte de résultat prévisionnel : qu’est-ce que c’est ?

Ce tableau comptable fait apparaître :

  • Le chiffre d’affaires prévisionnel ;
  • Toutes les recettes encaissables ;
  • Les dépenses prévisionnelles.

Pour le second point, il se concentre davantage sur les :

  • Charges d’exploitation ;
  • Charges externes ;
  • Impôts et taxes ;
  • Dotations aux amortissements.

Ce compte ne s’intéresse pas uniquement aux résultats de l’année N+1. Souvent, il livre les chiffres prévisionnels pour les 3 à 5 périodes. Au besoin, il peut faire l’objet d’une révision annuelle afin de mieux refléter la réalité.

Toujours est-il que ce tableau s’attarde souvent sur trois éléments, à savoir :

De cette façon, il aborde tous les aspects des finances de l’entreprise. Une donnée précieuse pour ceux qui se chargent de la gestion financière de la structure. En se servant des informations fournies, le cabinet comptable peut apprécier la rentabilité de la société.

À noter : Le résultat opérationnel compte parmi ces indicateurs économiques et représente la part la plus importante du résultat globale de l’activité.

À quoi sert un compte de résultat prévisionnel ?

Le compte de résultat prévisionnel oriente le plan de financement de l’entreprise. Comme cité précédemment, il récapitule les charges à supporter au cours des 3 prochaines années. Ce tableau indique donc les besoins en financement de la structure indépendamment de son chiffre d’affaires.

À cet effet, sa production est essentielle en début d’activité. D’ailleurs, ce document sera présenté aux partenaires financiers y compris les banques. Pour obtenir un crédit ou susciter l’intérêt d’un investisseur, il convient de fournir des états prévisionnels réalistes et cohérents.

Pour le dirigeant et le chargé des affaires financières, les informations livrées permettent également d’adopter une stratégie adéquate pour exploiter les pleins potentiels de la structure. Dans ce contexte, le tableau définit indirectement les axes stratégiques à privilégier pour que l’entreprise puisse optimiser ses résultats.

Que contient-il ?

Le plan comptable général n’impose aucun formalisme précis pour l’établissement de ce tableau. À ce titre, chacun est libre d’ajouter les rubriques qui l’intéressent. Toutefois, il est courant de présenter :

  • Chiffre d’affaires généré pour chaque exercice ;
  • Charges d’exploitation ;
  • Charges financières ;
  • Montants dus à l’administration fiscale.

Avant tout, il est nécessaire de faire apparaître les charges ou les résultats qu’il est possible d’estimer plus ou moins avec précision. Il faut alors faire l’impasse sur les recettes et les charges exceptionnelles qui sont difficiles à évaluer. D’ailleurs, elles n’ont que peu d’incidence sur le résultat final.

Comment construire un compte de résultat prévisionnel ?

La méthodologie adoptée pour établir le compte de résultat prévisionnel est bien plus importante que les chiffres eux-mêmes. En effet, la méthode employée pour calculer les différents éléments du tableau influera sur la pertinence des prévisions. Il faut donc respecter certaines règles afin d’établir un état prévisionnel cohérent.  

Calcul du chiffre d’affaires prévisionnel

Le chiffre d’affaires prévisionnel correspond aux recettes dégagées de la vente de ses produits ou de ses prestations de service. Plusieurs solutions permettent de le calculer.

Pour le cas d’une entreprise en cours de création, le porteur de projet peut réaliser une étude de marché pour dégager le chiffre d’affaires prévisionnel en se penchant sur les activités de ses concurrents.

Le dirigeant a aussi la possibilité d’effectuer ce calcul en estimant le nombre de ventes effectuées chaque jour ou chaque semaine. Il suffira par la suite de le multiplier par le montant moyen dépensé par un client lors de ses achats. Ces données pourront être obtenues après analyse des comptes de résultat des années précédentes.

D’autre part, ce calcul peut également s’appuyer sur les marges dégagées par la structure. Il s’agira alors d’estimer les ventes réalisées pour atteindre la marge moyenne en tenant compte de toutes les charges à supporter.

Estimation des charges prévisionnelles

Cet exercice oblige l’entreprise à considérer 6 principaux postes de dépense, à savoir :

  • Frais généraux ;
  • Rémunération du personnel ;
  • Dotations aux amortissements ;
  • Charges financières ;
  • Prélèvements obligatoires ;
  • Charges exceptionnelles.

Le premier élément concerne :

  • Tous les achats ;
  • Les crédits-bails ;
  • La sous-traitance ;
  • Les primes d’assurance.

D’une manière générale, il faut s’appuyer sur les frais engagés au cours des périodes précédentes. En principe, il est difficile de détailler les frais généraux à la première année d’activité.

L’estimation des charges liées à la rémunération du personnel part d’une analyse des besoins de l’entreprise en personnel. Il est nécessaire de calculer la rémunération hors taxes des salariés pour ensuite les additionner pour obtenir la masse salariale brute.

L’acquisition de matériels ou de biens d’une valeur supérieure à 500 € donne lieu à la mise en place d’un amortissement comptable. Les dotations aux amortissements traduisent la perte de valeur des biens acquis. Elles doivent répondre aux modalités prévues par le plan comptable.

Les charges financières regroupent les dépenses liées au remboursement d’un prêt ou au règlement des créances dues à un associé. Elles sont relativement simples à évaluer en présence d’un contrat de crédit ou d’un effet de commerce.

Les montants dus à l’administration fiscale sont pour la plupart proportionnels au chiffre d’affaires de l’entreprise. Il suffit d’estimer la base imposable, à multiplier par la suite par le taux applicable. Cela dit, les immobilisations et l’achat de certains équipements peuvent aussi faire l’objet d’une imposition. En outre, il ne faut pas perdre de vue sa situation par rapport au règlement de la TVA.

Il convient également de savoir que les comptables prennent rarement en compte les charges exceptionnelles. Toutefois, il pourrait être intéressant d’indiquer un montant forfaitaire afin d’apporter plus de cohérence au compte de résultat prévisionnel.

Calcul des agrégats du compte de résultat prévisionnel

Les éléments qui doivent apparaître sur le tableau permettent de dégager certains agrégats reflétant la situation financière de l’entreprise. Il est conseillé d’afficher sur ce document :

  • Résultat d’exploitation ;
  • Résultat financier ;
  • Résultat exceptionnel ;
  • Résultat courant ;
  • Résultat net.

Pour les 3 premiers éléments, il s’agira de soustraire les produits aux charges correspondantes.

Par ailleurs, le résultat courant se calcule en additionnant :

  • Résultat d’exploitation ;
  • Résultat financier ;
  • Résultat exceptionnel.

Le résultat net s’obtient en soustrayant au résultat courant et au résultat exceptionnel la rémunération du personnel ainsi que les impôts dus à l’administration.

Comment analyser un compte de résultat prévisionnel ?

Cet état financier donne les moyens de s’assurer que le chiffre d’affaires de l’entreprise est en mesure de couvrir les principaux postes de dépenses. Il permet également :

  • D’apprécier la rentabilité des activités ;
  • D’évaluer sa rémunération après avoir retranché celle du personnel.

Après avoir soustrait la rémunération du dirigeant, le responsable constate dans le meilleur des cas un certain équilibre financier. Autrement, il lui faut prendre les décisions nécessaires pour garantir la stabilité financière de l’établissement. Idéalement, il devra trouver d’autres sources de financement.

Il est aussi important de savoir qu’élaborer une stratégie commerciale ambitieuse permet de remédier à cette situation. Toutefois, il est particulièrement difficile d’évaluer les résultats d’une telle approche et en cas d’échec, les problèmes financiers auxquels l’entreprise fait face pourront s’aggraver.

Quels sont les ratios qui en découlent ?

L’établissement du tableau prévisionnel ne vise pas uniquement à déterminer si les recettes dégagées couvrent les charges. Il faut également dégager certains indicateurs clés afin de mieux cerner les activités de l’entreprise.

Marge opérationnelle

La marge opérationnelle, également appelée marge d’exploitation, exprime en pourcentage les bénéfices dégagés après avoir pris en compte les dépenses de fonctionnement. Elle se calcule en faisant le rapport entre le résultat opérationnel sur le chiffre d’affaires et les charges d’exploitation, le tout multiplié par 100.

Capacité d’autofinancement

La capacité d’autofinancement est l’un des indicateurs qui traduisent la santé financière d’une entreprise. Elle correspond au montant total que l’entreprise peut décaisser pour financer de nouveaux investissements. Pour calculer ce montant, il suffit d’additionner l’excédent brut d’exploitation aux :

  • Produits encaissables ;
  • Charges décaissables.

Coût d’acquisition client

Le coût d’acquisition client correspond au montant à dépenser pour acquérir un nouveau client. Cet indicateur permet au dirigeant de connaître la somme à mobiliser pour élargir la clientèle. Il est particulièrement utile si le gérant entend développer son chiffre d’affaires à l’aide d’une vaste campagne publicitaire.

Exemple de compte de résultat prévisionnel

Établir un compte de résultat prévisionnel peut être une opération délicate. En accomplissant cette tâche, il est plus facile de s’appuyer sur le bilan de l’entreprise ou d’autres états comptables établis au cours de l’année passée. Voici un exemple de la pièce à produire.

Désignations Année N Mode de calcul Année N+1 Année N+2
Ventes de marchandises 350 000      
Prestations de service      
Chiffre d’affaires 350 000
Produits d’exploitation 350 000
Achats de marchandises 120 000
Variations de stock -1 000
Achats consommables 5 000
Services extérieurs 30 000
Charges externes 35 000 Achats consommables + Services extérieurs
Impôts et taxes 1 000
Rémunération des salariés 20 000
Charges sociales (salariés) 2 500
CICE -900
Charges de personnel 22 600 Impôts et taxes + Rémunération salarié + Charges sociales + CICE
Dotations 15 000
Charges d’exploitation 72 600 Charges externes + Charges de personnel + Dotations aux amortissements
Résultat d’exploitation 277 400 Produits d’exploitation – Charges d’exploitation
Instruments financiers
Charges financières prévisionnelles 5 000
Résultat financier -5 000 Produits financiers – Charges financières
Résultat courant 272 400 Résultat d’exploitation + Résultat financier
Impôt annuel sur les bénéfices 60 000
Résultat net 212 400 Résultat courant – Impôt sur les bénéfices

FAQ

Qu’est-ce que le compte de résultat prévisionnel ?

Le compte de résultat prévisionnel permet d’estimer les recettes et les dépenses effectuées par l’entreprise au cours du prochain exercice comptable. Sous forme de tableau, ce document permet de lire facilement les informations concernant l’ensemble des produits et des charges. En prenant connaissance des éléments qui y figurent, le dirigeant peut savoir si le chiffre d’affaires couvrira toutes les charges. En cas contraire, il aura le temps nécessaire pour établir une stratégie pour y remédier.

Comment établir un compte de résultat prévisionnel ?

Cette démarche a pour finalité de dégager le résultat des futurs exercices. Pour ce faire, il faut préalablement calculer le résultat courant pour y soustraire l’impôt sur les bénéfices. Pour estimer ce résultat courant, il sera cependant nécessaire de détailler les recettes et les dépenses de l’entreprise. Il est alors conseillé de confier cette tâche à un expert-comptable. Il saura prendre les bonnes précautions pour éviter toute erreur de calcul.

Quand établir le compte de résultat prévisionnel ?

Idéalement, il faudrait se pencher sur la question dès lors que l’on a établi son bilan à la clôture des comptes. À cette occasion, le comptable dispose de tous les éléments pour évaluer ou réévaluer :

● Les principaux postes de dépenses ;

● Le chiffre d’affaires prévisionnel.

Il suffit donc de saisir les nouvelles entrées afin d’obtenir le résultat prévisionnel. En s’y prenant assez tôt, la direction pourra prendre les mesures adéquates afin de pallier les éventuels déficits.

À quoi le compte de résultat prévisionnel sert-il ?

Il s’agit d’une précieuse source d’informations. Grâce à ce document, le dirigeant saura l’effort financier à déployer pour atteindre ses objectifs de vente. Il est possible d’établir un lien entre les dépenses engagées et le chiffre d’affaires à travers le coût d’acquisition de la clientèle. Le gérant pourra également dégager d’autres indicateurs, dont la capacité d’autofinancement de la structure. Tout cela l’aidera à accélérer la croissance des activités ou à préserver la rentabilité.

Devis d'expertise comptableDevis d’expertise comptable

Samuel est co-fondateur de LegalPlace et responsable du contenu éditorial. L’ambition est de rendre accessible le savoir-faire juridique au plus grand nombre grâce à un contenu simple et de qualité. Samuel est diplômé de Supelec et de HEC Paris

Dernière mise à jour le 09/03/2022

S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments

Rédigé par

Samuel est co-fondateur de LegalPlace et responsable du contenu éditorial. L'ambition est de rendre accessible le savoir-faire juridique au plus grand nombre grâce à un contenu simple et de qualité. Samuel est diplômé de Supelec et de HEC Paris