Skip to content

Calcul de l’indemnité d’éviction dans un bail commercial ?

Dernière mise à jour le 06/07/2021

L’indemnité d’éviction est une contrepartie financière versée au locataire par le bailleur qui a refusé le renouvellement du bail commercial. Le montant de l’indemnité d’éviction dépend de plusieurs facteurs mais doit couvrir l’intégralité du préjudice subi par le locataire.

 

Qu’est-ce que l’indemnité d’éviction dans un bail commercial ?

Le locataire d’un bail commercial bénéficie de la propriété commerciale. À ce titre, le locataire dispose d’un droit au renouvellement du contrat de bail commercial. Pour ce faire, il doit manifester au bailleur sa volonté de renouveler le bail commercial pour la même durée. Pour rappel, la durée légale du bail commercial est de neuf ans.

Généralement, le renouvellement du bail commercial donne lieu à la modification de certaines clauses du bail initial (révision du loyer notamment) et donc à la rédaction d’un avenant au renouvellement du bail commercial.

Bien entendu, le bailleur peut accepter ou refuser l’offre de renouvellement du locataire. Toutefois, s’il refuse, il devra verser au locataire une indemnité d’éviction en contrepartie du préjudice subi. Les modalités de calcul de l’indemnité d’éviction dépendent de plusieurs facteurs. En particulier, l’indemnité d’éviction versée au locataire est tenue de réparer en totalité le préjudice subi par le locataire. Ce principe est consacré par l’article L145-14 du Code de commerce.

Bon à savoir : Le locataire d’un bail commercial peut demander le versement d’une indemnité d’éviction dans un délai de deux ans à compter de la date de notification du congé du bailleur ou de la réception du refus de renouvellement du bail. Depuis la loi n°2008-776 du 4 août 2008 relative à la modernisation de l’économie, ce délai est un délai de prescription et non plus de forclusion. Pour rappel, le délai de prescription se rapporte à une action générale alors que le délai de forclusion vise une action spécifique uniquement.

 

Calcul de l’indemnité d’éviction due au locataire du bail commercial : les paramètres pris en compte

Il n’existe aucun texte législatif fixant précisément les modalités de calcul du montant de l’indemnité d’éviction due au locataire.

En particulier, une jurisprudence constante a fixé le principe selon lequel l’indemnité d’éviction doit être calculée selon les facteurs suivants :

  • La valeur du fonds de commerce exploité dans les locaux loués si le refus du renouvellement a donné lieu à la perte du fonds de commerce ou, le cas échéant, les frais engendrés par le transfert du fonds de commerce ;

Bon à savoir : La différence entre la perte ou le transfert du fonds de commerce est apprécié selon la perte ou non de la clientèle.

  • Le pas de porte ou droit au bail, c’est-à-dire la somme d’argent versée par le futur locataire au bailleur en début de contrat ;
  • Les indemnités dites accessoires comprenant notamment les frais de déménagement et de réinstallation, les éventuelles indemnités de licenciement dues aux salariés si le refus de renouvellement du bail entraîne leur licenciement, les indemnités pour perte de logement dans le cas où le bail était mixte et comportait aussi des locaux à usage d’habitation ou encore la perte d’une licence éventuelle (tabac ou alcool par exemple).

 

Date d’évaluation du montant de l’indemnité d’éviction du bail commercial

Outre les différents facteurs évoqués ci-dessus, la date d’évaluation du préjudice subi par le locataire compte également dans la fixation du montant de l’indemnité d’éviction.

En particulier, le préjudice du locataire doit être évalué soit au jour exact du départ du locataire des locaux loués, soit à la date de décision du juge.

 

Qui fixe le montant de l’indemnité d’éviction du bail commercial ?

En principe, le montant de l’indemnité d’éviction peut être fixé à l’amiable entre les parties au contrat de bail commercial. Néanmoins, dans la pratique, étant donné que le calcul du montant de l’indemnité d’éviction est complexe, il est fréquent de faire appel à un expert.

En cas de désaccord entre les parties, le montant de l’indemnité d’éviction pourra être fixé judiciairement par le Tribunal de Grande Instance du lieu de situation des locaux loués. À ce titre, il convient de rappeler que le juge du fond est souverain en ce qui concerne la fixation du montant de l’indemnité d’éviction.

Bon à savoir : Après le versement de l’indemnité d’éviction au locataire, ce dernier est tenu de quitter les locaux loués dans un délai de trois mois. En revanche, sauf stipulation conventionnelle contraire, le locataire ne peut en aucun cas être sommé de quitter les lieux avant le versement de l’indemnité d’éviction.

 

Délai de paiement de l’indemnité d’éviction du bail commercial

Dès que les deux parties se sont mis d’accord sur le montant de l’indemnité d’éviction, il ne reste plus qu’à procéder au versement de celle-ci. Il convient néanmoins de noter que le bailleur dispose d’un délai de quinze jours pour se rétracter, soit en ce qui concerne le montant de l’indemnité d’éviction, soit en ce qui concerne le renouvellement du contrat de bail commercial.

Une fois ce délai écoulé, le bailleur est tenu au versement de l’indemnité d’éviction dans un délai de trois mois à compter de la signification d’un commandement de payer délivré par un huissier de justice.

🔎 Zoom : afin de conclure sereinement votre nouveau contrat de location, LegalPlace met à votre disposition, un modèle de bail commercial, disponible directement en ligne. Conçu par des professionnels du droit, ce modèle est à jour des nouvelles règlementations en vigueur.

Indemnité d’éviction du bail commercial et régime d’imposition

L’indemnité d’éviction versée au locataire en cas de refus de renouvellement du bail est soumise à l’impôt.

Si le locataire est soumis à l’impôt sur le revenu (IR), alors dès lors que l’indemnité d’éviction a pour visée de réparer un actif immobilier tel que le pas de porte, elle sera soumise au régime des plus-values professionnelles. En revanche, si l’indemnité sert à compenser une perte (frais de déménagement par exemple), elle est comprise dans le résultat global soumis à l’Impôt sur le Revenu.

Si le locataire est soumis à l’impôt sur les sociétés (IS), alors, quel que soit le motif du préjudice, l’indemnité d’éviction sera prise en compte dans le résultat global et imposable au taux normal.

 

Les cas où le bailleur est dispensé du versement de l’indemnité d’éviction du bail commercial

Dans certaines situations spécifiques, le locataire peut être déchu de la propriété commerciale. Dans ce cas, le bailleur n’est plus tenu au versement d’une indemnité d’éviction lors du refus du renouvellement du contrat de bail. Ce principe est consacré par l’article L145-17 du Code de commerce. D’après la lettre de cet article, ces cas sont les suivants :

  • Le contrat est un bail dérogatoire, c’est-à-dire un bail commercial de courte durée (36 mois maximum, renouvellements éventuels compris) ;
  • Le bailleur peut justifier d’un motif légitime et sérieux : il peut s’agir, notamment, du fait que le locataire ne répond pas aux conditions d’exigibilité pour conclure un bail commercial (être inscrit au Registre du Commerce et des Sociétés ou au Répertoire des Métiers). Les impayés de loyer et/ou des charges locatives peuvent également constituer, aux yeux de la loi, un motif légitime et sérieux ;
  • L’immeuble dans lequel se trouvent les locaux loués est dans un état insalubre, voire dangereux : cela est le cas par exemple lorsque l’immeuble est voué à être démoli ou qu’il ne peut plus être occupé en raison de son état. Dans ce cas, l’état d’insalubrité du logement doit être reconnu par l’autorité administrative compétente.

Bon à savoir : En cas de reconstruction de l’immeuble par le propriétaire ou un de ses ayants droits, alors l’ancien locataire des locaux démolis aura un droit de priorité pour louer dans l’immeuble reconstruit une fois les travaux achevés.Modèle de bail commercialModèle de bail commercial

Samuel est co-fondateur de LegalPlace et responsable du contenu éditorial. L’ambition est de rendre accessible le savoir-faire juridique au plus grand nombre grâce à un contenu simple et de qualité. Samuel est diplômé de Supelec et de HEC Paris

Dernière mise à jour le 06/07/2021

S’abonner
Notifier de
guest
12 Commentaires
le plus ancien
le plus récent
Inline Feedbacks
View all comments
GONTHIER Marie Renée
GONTHIER Marie Renée
juillet 17, 2020 8:02

Bonjour M. GOLDSTEIN,
Pouvez-vous me dire si une indemnité d’éviction d’un montant de 21532€ réclamé par le locataire, pour un appartement de 35m2, en fin de contrat de 9 ans, et dont le loyer était fixé à 4165€/an, est normal et justifié, svp ?
Merci pour votre réponse,

Fatna
Fatna
juin 30, 2021 4:08

Bonjour, L’indemnité d’éviction d’un bail commercial s’évalue en fonction du dommage subi par le locataire. Afin d’évaluer le montant d’une indemnité d’éviction, il est tout d’abord impératif d’apprécier si le fonds de commerce est amené à disparaitre ou à être transféré. En effet, si le locataire est amené à perdre sa clientèle, le bailleur devra alors verser une indemnité de remplacement. Le locataire est alors indemnisé sur la valeur du fonds de commerce. A l’inverse, si le locataire conserve sa clientèle, le propriétaire devra verser une indemnité de transfert. Celle-ci correspond à la valeur du bail. Pour plus d’informations, nous… Lire la suite »

Shawn
Shawn
février 13, 2022 1:37
Reply to  Fatna

Bonjour ,

Je suis pratiquement dans le même cas de figure que Marie-Renée, mon bail est terminé .
Mon bailleur continu a percevoir le loyer sachant que j’ai fais des travaux considérables avec son accord, aujourd’hui il a décidé de vendre sa propriété à un promoteur.
Il prétend que je suis un occupant sans titre, les loyers perçus tous les mois c’est des indemnités d’occupation ..

Louise
Administrateur
Louise
mars 31, 2022 2:14
Reply to  Shawn

Bonjour,

Votre situation est complexe et nécessite l’avis d’un professionnel.
Nous vous invitons à prendre contact avec un avocat afin de bénéficier de conseils adaptés à votre situation personnelle.
En vous souhaitant une belle journée,
L’équipe LegalPlace

auguste alamitie
auguste alamitie
décembre 3, 2021 3:54

bonjour
pourriez vous me dire le montant d indemnite maximum
pour un locataire dont le loyer est de 350 euros mensuel
occupant ce local depuis 1978
vous en remerciant par avance

Mélie
décembre 7, 2021 4:24

Bonjour,
Le montant des indemnités varient en fonction de plusieurs facteurs autres que le prix du loyer et de la durée d’occupation. En effet, il faut prendre en compte votre situation familiale, la localisation géographique du bien, l’état de vos revenus etc. Il n’existe pas de grille avec un montant maximal et/ou minimal. L’appréciation se fait au cas par cas.
En espérant que notre réponse vous sera utile,
L’équipe LegalPlace.

jim
jim
décembre 27, 2021 4:13

Pourrriez vous me dire le quelle est la maniere de clacul du montant des frais d’eviction d’un gestionnaire en residence de tourisme montagne, dont le le loyer est de 40% du CA hbgt net dont min garanti 13 098 € HT. Pour un appartement qui coute 340k?

Louise
Administrateur
Louise
janvier 3, 2022 10:45
Reply to  jim

Bonjour, Il n’existe aucun texte législatif permettant de fixer précisément les modalités de calcul du montant de l’indemnité d’éviction du au locataire. Mais, il est de jurisprudence constante que l’indemnité d’éviction soit calculée selon les facteurs suivants: – la valeur du fonds de commerce exploitée dans les locaux loués si le refus de renouvellement à donné lieu à la perte du fond de commerce, – le pas de porte ou droit au bail, – les indemnités accessoires (telles que les frais de déménagement). Le montant de l’indemnité peut être fixée à l’amiable entre les parties au contrat de bail commercial.… Lire la suite »

Franck
Franck
janvier 24, 2022 3:32

Bonjour, Dans le cas d’un bail commercial en cours (4 années sur 9 à aujourd’hui), mon bailleur souhaite résilier à l’amiable afin de céder le site (dont le local dans lequel j’exerce fait partie) à un promotteur pour démolition et reconstruction. Il s’agirait d’une indemnité d’éviction sans transfert (remplacement). Sur la base des 3 derniers exercices entiers, la proposition qui m’est faite est de prendre 90% du CA moyen (2018 = 107k, 2019 = 121k, 2020 = 102k) soit 100k€. Sachant que l’activité a été fortement impactée par le covid sur 2020. Est-ce raisonnable sachant que la poursuite de mon… Lire la suite »

Najoie
Najoie
janvier 24, 2022 4:51
Reply to  Franck

Bonjour,

Votre situation est complexe et nécessite l’avis d’un professionnel.
Nous vous invitons à prendre contact avec l’un de nos avocats partenaires, par le biais de notre page contact : https://www.legalplace.fr/contact/
Pour cela, sélectionnez « Parler à un avocat » dans la section « Objet de votre demande », choisissez le produit concerné puis expliquez en détail votre situation dans la partie « Votre message ».
N’oubliez pas de préciser votre numéro de téléphone dans le corps du texte, afin d’être contacté plus rapidement.

En vous souhaitant une belle journée,
L’équipe LegalPlace

Théo
Théo
octobre 17, 2022 11:58

Bonjour,
Je suis dans le cas d’un appartement situé dans un résidence de vacances de 90 lots. Le bail se termine dans 2 ans. Le locataire qui s’occupe de l’ensemble de la résidence me verse environ 2000€ à l’année. Mon appartement n’étant qu’un seul lot sur les 90, à combien environ pourrait monter l’indemnité d’éviction ?
Merci d’avance !

Sadiah
Éditeur
Sadiah
octobre 25, 2022 9:34
Reply to  Théo

Bonjour,

Le calcul de l’indemnité d’éviction est complexe et nécessite l’avis d’un professionnel.
Nous vous invitons à prendre contact avec un avocat, qui saura vous renseigner.

En vous souhaitant une belle journée,
L’équipe LegalPlace

Rédigé par

Samuel est co-fondateur de LegalPlace et responsable du contenu éditorial. L'ambition est de rendre accessible le savoir-faire juridique au plus grand nombre grâce à un contenu simple et de qualité. Samuel est diplômé de Supelec et de HEC Paris