Skip to content

Créer une entreprise avec l’aide du microcrédit

Dernière mise à jour le 16/03/2021

Créer une entreprise de microcrédit est une alternative intéressante qui s’offre aux entrepreneurs qui n’ont pas accès aux prêts bancaires classiques. Des dizaines de milliers de personnes optent pour cette solution tous les ans pour démarrer une activité qui ne nécessite pas une somme trop importante. Elle s’utilise également pour développer tout simplement les affaires, financer un projet ou acquérir un véhicule. Il s’agit d’un système de financement mondial.

Qu’est-ce qu’un microcrédit professionnel ?

Il s’agit d’un outil de développement social et économique qui donne aux personnes ayant un faible revenu la possibilité de concrétiser leur projet à l’aide d’un crédit que le système bancaire classique ne leur accorde pas. En effet, il consiste à octroyer un prêt de faible montant à des repreneurs et créateurs d’entreprise qui ne peuvent en obtenir auprès d’une banque. À la différence du microcrédit personnel, qui sert à accéder à un service ou à acquérir des biens de consommation, il est attribué dans le cadre du développement ou de la création d’une activité professionnelle.

Quelles sont les caractéristiques du microcrédit ?

Il se distingue par le fait qu’il ne s’obtient pas auprès d’un établissement bancaire, mais auprès d’un organisme de microcrédit. Ce dernier propose généralement de prêter quelques milliers d’euros pour permettre à l’intéressé de se lancer dans une aventure entrepreneuriale ou de développer une activité déjà existante.

Bon à savoir : le microcrédit convient surtout à la réalisation d’un projet peu risqué et qui ne nécessite pas des fonds importants.

Qui peut en bénéficier ?

Le microcrédit professionnel s’adresse surtout aux entrepreneurs et créateurs d’entreprise exerçant leur activité en France et qui ne peuvent pas accéder au financement bancaire traditionnel. Ils peuvent compter sur ce dispositif, peu importe le secteur dans lequel ils évoluent et quel que soit leur statut (SARL, SASU, etc.).

Parmi eux, on retrouve des personnes morales ou physiques à faibles revenus, mais qui présentent quand même des capacités de remboursement estimées suffisantes. Cependant, le microcrédit pour indépendant cible non seulement ceux qui sont en situation d’interdit bancaire, mais également les chômeurs et allocataires de minima sociaux qui rêvent d’entreprendre. Il permet alors de les sortir d’une situation financière délicate et de leur donner la possibilité de mettre à profit leurs compétences même s’ils ne possèdent aucune épargne ou sont confrontés à un problème d’argent.

En outre, il n’est pas rare que les organismes de microcrédit octroient également des crédits :

  • Renouvelables ;
  • Pour le financement d’opérations ponctuelles.

Comment obtenir son microcrédit ?

Afin de créer une entreprise avec l’aide du microcrédit, il faut en faire la demande auprès d’un établissement agréé. Les démarches d’obtention sont assez simples. Et il est possible d’avoir la liste des organismes de microcrédit professionnel les plus proches de chez soi auprès de la chambre de métiers (CM) ou de la chambre de commerce (CC).

Les principaux organismes de microcrédit

Parmi les acteurs majeurs dans le microcrédit professionnel, on distingue l’Association pour le droit à l’initiative économique (ADIE). Crea-Sol se retrouve également dans la liste des plateformes locales proposant le dispositif. Enfin, France Active ou Bpifrance comptent aussi parmi les organismes agréés en France.

Les conditions d’obtention

Pour pouvoir créer une entreprise à l’aide du microcrédit, il faut que l’intéressé ait obtenu plusieurs refus de prêts auprès des banques. Souvent, son besoin de financement ne dépasse pas 10 000 euros. D’autre part, il est nécessaire de trouver une personne qui peut se porter caution à hauteur de 50 % de la somme accordée.

Si la demande n’est pas effectuée pour financer la création d’une entreprise, il faut que la société gérée par l’emprunteur ait moins de cinq ans d’existence. Au sujet des motifs de l’emprunt, il peut servir à améliorer la trésorerie ou à louer un local. Parfois, il est également utilisé pour acquérir :

  • Du stock ;
  • Un véhicule ;
  • Du matériel.

Lors de la présentation du dossier de l’emprunteur, l’agent de crédit se penchera sur :

  • Le devis ;
  • La viabilité du projet ;
  • Les informations sur l’activité.
À noter : le microcrédit n’est octroyé que lorsque le bénéficiaire présente de réelles garanties de solvabilité.

Les conditions financières et ses modalités de remboursement

Le microcrédit professionnel est un prêt rémunéré par un intérêt, souvent supérieur à 5 %. Certains organismes proposent par exemple :

  • 6,48 % pour un emprunt entre 6 001 euros et 10 000 euros.
  • 7,48 % pour un emprunt allant jusqu’à 6 000 euros.

Aussi, le taux d’intérêt est assez élevé et le montant empruntable permet uniquement de concrétiser de petits projets. D’autre part, il convient aussi de savoir que le microcrédit se rembourse souvent en 60 mois maximum. Selon les organismes, il est possible de demander un différé de remboursement.

Quelles différences avec un crédit bancaire classique ?

Dans le cadre d’un projet de création d’entreprise, le choix d’un prêt s’effectue selon la situation, le profil et les besoins de l’emprunteur. Comme cité précédemment, le microcrédit professionnel est une autre forme de crédit. Il se distingue surtout du crédit bancaire par :

  • Un montant faible ;
  • La cible.

Il peut être considéré comme une forme de prêt à vocation solidaire. Certes, il faut reconnaître qu’il conserve à peu près toutes les caractéristiques du crédit bancaire. De la même manière que la banque, l’organisme de microcrédit procède :

  • À l’évaluation du projet ;
  • Au calcul du ratio de risques ;
  • À l’élaboration d’un système de garantie ;
  • À l’échelonnage de la dette.

FAQ

Comment créer un organisme de crédit ?

Pour monter un organisme de crédit, il faut créer une SARL dans le secteur d’activité intermédiaire en opération bancaire. Ensuite, il est nécessaire d’obtenir :

  • Des mandats de banques régionales, locales et nationales ;
  • Une assurance pro spécialisée dans le courtage de crédit.

Pour réussir un tel projet, il est tout aussi important de nouer des partenariats avec un :

  • Avocat ;
  • Notaire ;
  • Agent immobilier.

Quels sont les avantages du microcrédit ?

Simple d’accès, le microcrédit présente un certain nombre d’avantages. Pour l’État, il permet l’émergence de ressources en matière d’entrées sociales et fiscales, en plus d’activités génératrices d’emplois. D’autre part, il réduit le taux de criminalité, tout en renforçant la cohésion sociale. Pour les personnes qui en sont bénéficiaires, le microcrédit permet d’accéder à un financement de leurs activités, tout en bénéficiant généralement d’un accompagnement et d’une formation. Ils sauront ainsi mieux utiliser les fonds qui leur sont octroyés.

Quelles sont les limites du microcrédit ?

Outre le taux d’intérêt du microcrédit qui est très élevé, la somme accordée ne suffit généralement pas à créer convenablement une entreprise, les frais engagés dans la démarche étant assez nombreux. Aussi, ce type d’emprunt convient surtout aux sociétés qui ne nécessitent pas beaucoup d’investissements. En outre, il peut également être une entrave à la diminution de la pauvreté, étant donné qu’il peut entraîner un risque élevé d’endettement.

Quels sont les projets adaptés au microcrédit ?

Le microcrédit permet de financer divers projets :

  • Commerciaux ;
  • Artisanaux ;
  • Libéraux ;
  • Agricoles ;
  • Artistiques.

Il donne alors aux entrepreneurs la possibilité d’évoluer dans différents secteurs :

  • De la vente en ligne ;
  • Du bâtiment ;
  • De la coiffure.

Parmi les emprunteurs, on retrouve ainsi des :

  • Couturiers ;
  • Vendeurs d’objets artisanaux ;
  • Diététiciens, réflexologues ou encore naturopathes.

Créez votre entrepriseCréez votre entreprise

Samuel est co-fondateur de LegalPlace et responsable du contenu éditorial. L’ambition est de rendre accessible le savoir-faire juridique au plus grand nombre grâce à un contenu simple et de qualité. Samuel est diplômé de Supelec et de HEC Paris

Dernière mise à jour le 16/03/2021

S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments

Rédigé par

Samuel est co-fondateur de LegalPlace et responsable du contenu éditorial. L'ambition est de rendre accessible le savoir-faire juridique au plus grand nombre grâce à un contenu simple et de qualité. Samuel est diplômé de Supelec et de HEC Paris