Devenir freelance : le guide complet pour se lancer

Devenir freelance :  le guide complet pour se lancer

A propos de LegalPlace

LegalPlace propose une bibliothèque de documents juridiques (contrats et lettres) personnalisables, qui s’adaptent à la situation du client, en immobilier, social, corporate etc.

Créez votre contrat de travailCréez votre contrat de travail

Dans une économie où décrocher un contrat de travail peut s’avérer très difficile, de plus en plus de professionnels choisissent de devenir freelance : de cette manière, le travailleur peut exercer son activité de façon autonome en proposant des contrats de prestation de service. Il suffit, pour devenir freelance, de :

  • Etre une personne physique majeure ;
  • Etre citoyen européen ou disposer d’une carte professionnelle lui permettant d’exercer cette activité ;
  • Etre légalement capable.

Tout le monde peut ainsi devenir freelance dans n’importe quel métier. Le nouveau travailleur freelance doit cependant structurer son activité, notamment en choisissant un statut juridique pour son entreprise tel que l’EURL, la SASU ou le statut d’auto-entrepreneur, et anticiper des questions pragmatiques : rémunération, gestion de la comptabilité, démarchage de clients…

 

C’est quoi un freelance (travailleur indépendant) ?

Depuis près d’une décennie, le monde du travail se métamorphose : le nombre d’employés sous CDI baisse et les employeurs augmentent moins la masse salariale. Face à de tels changements, beaucoup de travailleurs optent pour le statut de freelance. On en dénombre près d’un million en France, et le rythme de croissance annuelle avoisine les 10%. Ce statut intéresse donc beaucoup de personnes. Mais qu’est-ce que c’est ?

Que désigne le terme freelance ?

Il n’existe pas de définition officielle au terme de freelance. Il n’en existe pas non plus d’un point de vue juridique. Toutefois, employé dans le langage courant, il sert à désigner une personne qui accomplit une activité professionnelle en tant que travailleur indépendant. C’est dire qu’une personne qui devient freelance travaille sans avoir de contrat classique à long terme ou à court terme. Son statut s’oppose donc à celui des salariés en CDI ou CDD, ce qui donne l’opportunité même à un étudiant de devenir freelance.

Travailler en freelance implique donc l’accomplissement d’activités professionnelles suivant une longue période, ou de façon ponctuelle, avec des clients. Dans la plupart des cas, les travailleurs en freelance exercent seuls. D’ailleurs, dans un langage courant, on les désigne par le terme « travailleur à son propre compte », et leurs activités accomplies sont des « missions ». Une entreprise fait un recrutement freelance et, après la prestation, les travailleurs établissent une facture. Pour autant, un travailleur indépendant n’a-t-il pas de contrat de travail ?

Le travailleur indépendant peut-il avoir un contrat de travail ?

Dans une certaine mesure, le statut de freelance offre une certaine souplesse. De ce fait, le travailleur indépendant est libre de conclure ou non un contrat avec son client. Certains exigent la signature d’un contrat écrit, d’autres s’en tiennent à un accord verbal. Aussi, alors que certains réclament une estimation écrite et un versement partiel lié au temps de travail, d’autres jugent cela inutile. Tout dépend donc du travailleur qui devient freelance.

Par ailleurs, si certains professionnels optent pour ce statut des années durant, d’autres l’exercent de façon hybride : ils cumulent plusieurs formes de travail. Ils peuvent exercer en tant que freelance chez un client, avoir un contrat CDI avec un autre, CDD avec un dernier, etc. Par exemple, un graphiste peut être graphiste freelance avec un client A, mais signer un CDI ou un CDD avec un client B. Ce genre de contexte, encadré par le portage salarial, est rendu possible par cette ordonnance.

 

Qu’est-ce que le travail en freelance ?

Comme le terme freelance, il n’existe pas de définition classique de la notion de travail en freelance. Néanmoins, les professionnels estiment que sa clarification provient de la compréhension de son noyau : freelance.

Que signifie le travail en freelance?

Le travail en freelance inclut la notion de liberté et d’autonomie. Pour tout dire, travailler en freelance, c’est exercer son activité sous le statut de travailleur indépendant. C’est quoi alors un travailleur indépendant ?

Un travailleur indépendant est une personne physique qui est à la fois un entrepreneur et son propre employé. Il s’occupe de son entreprise, des relations commerciales, de la gestion de la clientèle, de la comptabilité, des questions juridiques et administratives, etc. Il peut aussi être un développeur. Dans ce cas, il devient un freelance web. En somme, le travailleur qui devient un freelance est polyvalent dans la mesure de ses compétences, et exerce sous son propre chef. Combien gagne-t-il ?

Combien gagne un travailleur en freelance ?

Qu’il soit un illustrateur freelance ou un traducteur freelance, la rémunération du travailleur indépendant est variable. Le plus souvent, il fixe un forfait suivant la mission à accomplir ou définit sa facture à la journée. Tout dépend du travailleur… mais aussi du client. Par exemple, s’il s’agit d’une grande entreprise, la politique interne de celle-ci peut définir la rémunération du travailleur en freelance. Il demeure cependant que ce statut offre bien des avantages.

Quels sont les avantages du travail en freelance ?

Le statut de freelance garantit de nombreux avantages à son bénéficiaire. D’abord, il profite de l’autonomie qui y est liée. Il n’est soumis ni à une hiérarchie ni à des limites en matière de créativité. C’est d’ailleurs en raison de cette liberté que beaucoup de personnes, y compris des infographistes, deviennent freelances.

Le travailleur en freelance peut aussi cumuler plusieurs activités, et donc diversifier ses compétences et spécialités. Dans le même ordre d’idées, il définit lui-même ses horaires de travail et la quantité de missions qu’il souhaite exécuter. Aussi, une personne qui devient freelance trouve aisément un meilleur équilibre entre ses activités professionnelles et sa vie privée, ce que ne garantit pas toujours le statut de salarié.

Un autre avantage qu’offre le choix d’être freelance, c’est que le travailleur peut opter pour son lieu de travail : chez un ami, chez le client, dans un espace réservé au co-working, etc. Il peut aussi travailler en étant à domicile.

Y a-t-il des inconvénients à être travailleur en freelance ?

Quoiqu’en étant freelance, on bénéficie de nombreux avantages, mais on est également soumis à des contraintes.

D’abord, la diversité des tâches. Un travailleur en freelance doit exécuter plusieurs fonctions : communication, prospection, gestion de la trésorerie, des impayés, des contrats… Par la même, il devient un commercial freelance qui doit aussi s’occuper de la clientèle.

Ensuite, la contrainte du temps. Un freelance doit exécuter ses missions dans le temps imparti. Autrement, il perdrait sa clientèle. Or, un travailleur indépendant ne peut prétendre aux allocations chômage.

Par ailleurs, étant donné que la rémunération du travailleur en freelance dépend de ses clients, il y a une incertitude de travail et une variation de revenus. Donc, lorsqu’un freelance n’est pas sollicité par un client, il peut manquer de fonds.

Que l’on soit un professionnel chevronné ou non, on peut devenir freelance. Cela étant, devenir freelance, est-ce possible pour tout le monde ?

 

Qui peut devenir freelance ?

Le statut de freelance n’est pas accessible à tous les métiers. Pour tout dire, certaines conditions sont à remplir pour en bénéficier.

Quelles conditions remplir pour devenir freelance ?

Dans la majorité des livres pour devenir freelance, on regroupe en trois catégories les conditions à remplir : les conditions liées à la personne, les conditions relatives à la nationalité et les conditions se rapportant à l’activité.

Les conditions liées à la personne

Toute personne qui envisage d’exercer en freelance doit avoir au moins 18 ans et jouir de ses droits civils. En outre, il doit être un majeur capable : il ne doit pas faire l’objet d’une interdiction d’exercice d’activité ou être placé sous tutelle d’un administrateur provisoire.

Les conditions relatives à la nationalité

En France, un consultant freelance, ou n’importe quel professionnel qui envisage de l’être, doit avoir la nationalité française, ou être un ressortissant d’un État membre de l’UE. À défaut, il doit détenir une carte professionnelle lui permettant de bénéficier de ce statut.

Les conditions se rapportant à l’activité

Qu’il s’agisse d’une société commerciale ou non, on peut devenir freelance. Seulement, les conditions varient. Pour une société commerciale, il faut prouver ses capacités d’entreprendre, notamment en ayant les connaissances de base de la profession. S’il s’agit d’un métier réglementé, ou d’une société non commerciale, il faut être enregistré.

Devenir freelance : pour quels métiers ?

On dénombre plusieurs travailleurs en freelance dans les métiers d’économie de marché : commerce, élevage, agriculture, professions libérales, artisanat, etc. Mais on, retrouve souvent: le freelance marketing, en communication (d’entreprise), dans les fonctions d’attaché de presse ou de relations publiques, le graphisme, les métiers de la santé. On retrouve également des journalistes en freelance.

Quel que soit le corps de métier, on peut être freelance.

 

Comment devenir freelance étape par étape ?

Des livres expliquent comment devenir freelance. Que l’on envisage de devenir graphiste freelance ou d’exercer avec un autre métier, il convient de se conformer aux étapes suivantes :

  • Trouver l’activité à exercer : elle doit figurer dans le lot des métiers accessibles au statut ;
  • Choisir le statut d’entreprise adapté ;
  • Ouvrir un compte pour son entreprise ;
  • Déclarer légalement son activité pour devenir freelance ;
  • S’équiper des outils indispensables ;
  • Vulgariser son activité en créant une plateforme web et communiquer sur les sites professionnels.

Si certaines de ces étapes sont plus ou moins aisées à comprendre, d’autres suscitent des questionnements. Par exemple, quel statut pour devenir freelance ? Qu’implique l’ouverture de compte ?

Quel statut choisir pour devenir freelance ?

Le statut de freelance ne se repose pas sur une base juridique. L’entrepreneur doit donc opérer un choix de forme juridique pour son entreprise :

  • Entreprise individuelle : la société est soumise à l’impôt sur le revenu et son patrimoine incorpore celui de l’entrepreneur ;
  • Autoentrepreneuriat: il se caractérise par une simplification des démarches administratives et fiscales. Il est bénéfique, surtout pour les activités générant un faible chiffre d’affaires ;
  • EURL : l’entrepreneur est un travailleur non-salarié et son entreprise est soumise à l’impôt sur le revenu ;
  • SASU : l’entrepreneur est un assimilé salarié et, comme avec l’EURL, sa société est redevable de l’impôt sur le revenu.

Le choix de l’un ou l’autre de ces statuts dépend des besoins de l’entreprise, et donc de l’activité exercée. D’où l’importance de bien choisir son activité, comme le suggèrent des livres en PDF pour devenir freelance.

L’ouverture de compte

Lorsqu’on envisage de devenir freelance, il est recommandé d’ouvrir un compte bancaire pour son activité, surtout lorsqu’on opte pour l’autoentrepreneuriat. De cette façon, les fonds de l’entreprise seront différenciés de ceux de l’entrepreneur. D’ailleurs, pour les sociétés, c’est une étape obligatoire, puisque le dépôt du capital social permet leur immatriculation.

À propos de l’immatriculation de la société, quelle que soit son activité, elle doit exercer légalement. Pour ce faire, s’il s’agit d’une :

  • Société commerciale, elle doit se faire enregistrer au CFE ;
  • Société non commerciale, elle doit s’inscrire au RCS ;
  • Activité artisanale, elle doit s’enregistrer au Répertoire des métiers.

L’observation de toutes ces étapes permet à l’entreprise en freelance d’exercer en toute légalité. Mais une fois l’entreprise créée, comment la gérer ? Voici nos conseils.

 

Quelques conseils pour devenir freelance

De la création à la gestion de l’activité, un certain nombre de choses sont à effectuer.

Ayez une idée précise de votre activité

Pour exercer en tant que freelance, il faut d’abord avoir une idée précise de l’activité à développer. Cela suppose de considérer ses compétences. Par exemple, un photographe freelance devra avoir le matériel nécessaire, un graphiste freelance doit au préalable maîtriser Photoshop, un journaliste freelance Word, et un traducteur freelance avoir un solide background sur les langues.

Réunissez les fonds nécessaires

Devenir freelance implique d’avoir un capital pour lancer son activité. Si vous n’en disposez pas, nous vous conseillons de continuer à travailler en tant qu’employé(e) quelque temps pour économiser. Bien sûr, vous pouvez solliciter un prêt auprès de vos amis ou des institutions. Seulement, il vous faudra prévoir les intérêts. Autant prendre le temps de mesurer ses capacités.

Définissez un plan marketing

Sans plan véritable, même la meilleure des activités ne pourrait prospérer sur le long terme. Vous devriez donc étudier votre stratégie de marketing avant de vous lancer. Vous pourriez par exemple prévoir la création d’un site web. Devenir un freelance web vous permettra d’atteindre une large audience, à condition que votre plateforme ait du contenu de qualité. Dans tous les cas, pour développer votre plan, vous devriez étudier le marché au préalable.

Une fois l’étude du marché effectuée et les fonds réunis, n’hésitez plus : démarrez votre activité. Pour ce qui est de sa gestion, vous pouvez vous servir de certains outils.

 

La boîte à outils du freelance : outils gratuits d’aide à la gestion de votre activité

Pour beaucoup de professionnels, la gestion d’une activité n’est pas aisée. Qui plus est, lorsqu’elle est faite par un entrepreneur devenu freelance. Pourtant, il existe des outils pratiques, notamment des applications, pour se simplifier la tâche.

Forest, pour une gestion efficace de son temps de travail

Forest, disponible sur iOS et Android, permet de gérer efficacement son temps de travail. C’est un outil ludique qui concilie travail et plaisir. Il vous présente un arbre virtuel qui fleurit lorsque vous accomplissez vos tâches, mais meurt lorsque ceux-ci ne sont pas effectués. C’est un moyen de rester concentré sur sa mission en freelance.

Trouver un local de coworking avec NomadList

Travailler en coworking peut permettre de se motiver à la tâche. Pour ce faire, NomadList épaule le travailleur dans sa quête de locaux disponibles. Ces espaces servent de creuset d’échanges entre les travailleurs freelances. Au contact d’autres travailleurs, on peut aussi y apprendre davantage sur sa profession. Un illustrateur graphiste freelance peut par exemple découvrir de nouvelles techniques de recherche de clients.

Gérer sa comptabilité avec Time Æ

La gestion de la comptabilité peut paraître complexe pour un freelance. Bien sûr, on peut se servir d’un logiciel tel qu’Excel, mais les fonctionnalités disponibles pourraient ne pas être suffisantes. On peut alors avoir recours à Time Æ. Non seulement cet outil permet à l’entrepreneur devenu freelance de gérer sa comptabilité, mais en plus, il permet d’établir sa facturation, de calculer ses plafonds et d’estimer ses charges trimestrielles.

En somme, l’ensemble des données exposées dans ce dossier permet de mieux comprendre le concept de freelance.

A propos de LegalPlace

LegalPlace propose une bibliothèque de documents juridiques (contrats et lettres) personnalisables, qui s’adaptent à la situation du client, en immobilier, social, corporate etc.

Créez votre contrat de travailCréez votre contrat de travail