Skip to content

Portage salarial ou SASU : que choisir ?

Portage salarial ou SASU : que choisir ?

Portage salarial ou SASU ? Ces deux formes juridiques comptent parmi celles que l’administration fiscale propose aux porteurs de projets entrepreneuriaux. Le choix du statut constitue une étape cruciale à la création d’une entreprise, y compris en solitaire.

La société par actions simplifiée unipersonnelle (SASU) demeure actuellement la solution la plus convoitée, d’autant plus qu’elle séduit par la liberté qu’elle procure. Davantage de freelances choisissent, tout de même, le portage salarial pour débuter leur activité en raison de l’accompagnement individuel dont ils peuvent bénéficier.

Quelles sont les différences entre la SASU et le salarié porté ?

De nombreux entrepreneurs aspirent à devenir des travailleurs indépendants. De cette façon, ils peuvent fournir leurs services sans aucune contrainte, qu’il soit question de portage salarial ou SASU. Dans tous les cas, la définition et les caractéristiques de chacun de ces statuts méritent d’être connues.

SASU

Celui qui prévoit de gérer sa propre entreprise tout seul peut opter pour la SASU comme forme juridique. Le président tranchera sur les régimes de protection sociale auxquels il souhaite être soumis durant son mandat. Ceux-ci concernent aussi bien la prévoyance que l’assurance santé complémentaire.

Salarié porté

Le salarié porté signe un contrat de travail avec une structure spécialisée dans le portage salarial. Toutefois, il réalise son activité librement : il fixe ses honoraires et choisit les missions qu’il souhaite effectuer. Tel est le point commun entre portage salarial et SASU.

Quels sont les avantages du portage salarial ?

Le choix entre portage salarial et SASU ne concerne plus uniquement les managers qui préparent leur retraite et les cadres supérieurs. La réglementation régissant le premier statut a évolué au point que plus de 750 professions peuvent désormais y avoir recours. Il présente un certain nombre d’avantages.

Pas de démarche de création

La conclusion d’un contrat de travail après l’obtention d’un marché suffit pour exercer une activité en solitaire. Toutes les autres procédures administratives et comptables seront traitées par la société de portage. En voici une liste :

  • Cotisation auprès des unions de recouvrement pour la sécurité sociale et les allocations familiales (URSSAF) ;
  • Déclaration d’impôt et de taxe sur la valeur ajoutée (TVA) ;
  • Facturation des clients.

Protection sociale du salarié

L’employé porté peut prétendre à la même protection sociale que les salariés ordinaires quand il demandera des soins médicaux. Cela concerne les points suivants :

  • Allocation chômage ;
  • Couverture liée à la prévoyance sociale ;
  • Remboursement des soins médicaux ;
  • Pensions de retraite.

Pas d’investissements à prévoir

Le dirigeant de la SASU doit libérer la moitié du capital (au minimum) lors de la création de l’entreprise. Or, le salarié porté ne réalise aucun investissement au départ. De plus, les risques liés à la solvabilité des clients sont transférés à la société de portage.

Le développement de l’activité

Les challenges concernant le développement du chiffre d’affaires préoccupent tout entrepreneur (optant pour le portage salarial ou SASU). Le consultant porté peut y consacrer toute son énergie, sans avoir à gérer les tâches chronophages. Dans cette démarche, il bénéficiera d’une formation continue et des conseils d’experts dans leur domaine.

Pas de compte bancaire à ouvrir

Le professionnel qui a recours au portage salarial n’encaisse pas les factures des clients. Tous les mois, sa rémunération est versée sur son compte courant. En conséquence, il n’est pas tenu de créer un compte bancaire professionnel lorsqu’il débute son activité.

Quelles sont les limites du portage salarial ?

Même si le portage salarial procure une certaine sécurité aux souscripteurs, il comporte des limites, tant du côté des conditions d’éligibilité que sur le plan contractuel. C’est pourquoi le porteur de projet doit préalablement étudier ses besoins. Portage salarial ou SASU : les priorités diffèrent.

Par exemple, seuls les entrepreneurs ne justifiant pas de plusieurs années d’expérience professionnelle dans leur domaine peuvent demander un service de portage salarial. Certaines sociétés exigent des candidats ayant un diplôme et au moins deux ans d’exercice de leur métier.

En outre, l’enseigne cliente peut solliciter l’entreprise de portage salarial uniquement pour des missions ponctuelles. La prestation est d’ailleurs limitée dans le temps, soit à 36 mois plus précisément. Concernant la comptabilité, les restrictions demeurent propres au statut de salarié. L’intéressé n’est pas autorisé à déduire ses dépenses professionnelles.

Quels sont les avantages de la SASU ?

En guise de rappel, le président de la SASU est l’associé unique de sa structure. Ce statut juridique offre de nombreux avantages aussi bien au moment de la fondation de la société que tout le long de sa vie sociale.

Transition vers la SAS facilitée

Lorsque des associés sont prêts à se joindre au chef d’entreprise de manière à augmenter le capital de cette dernière, la SASU se transforme en SAS. Ce changement s’opère facilement, car les deux statuts juridiques présentent énormément de similarités.

Pas de frais de gestion

En principe, le dirigeant de la SASU ne débourse aucuns frais de gestion pour assurer le fonctionnement de son entreprise. Il s’occupe de toutes les tâches administratives et rémunère un expert-comptable certifié.

Indépendance

Le consultant porté doit transmettre mensuellement un compte-rendu d’activités à la société de portage qui l’embauche. Néanmoins, l’actionnaire majoritaire de la SASU s’impose comme le seul maître à bord de son enseigne et prend toutes les décisions.

Quels sont les inconvénients de ces deux statuts ?

Que l’intéressé choisisse le portage salarial ou SASU, des formes juridiques qui gagnent en popularité, il doit aussi tenir compte des failles y afférentes. Certaines d’entre elles concernent les deux statuts juridiques, chacune à leur manière.

 
 SASU 
Portage salarial
Coût Charges onéreuses liées à la réalisation des procédures administratives auprès des établissements publics et des organismes sociaux Dépenses élevées en matière de charges sociales (50 %) et de frais de gestion (10 %) par rapport au chiffre d’affaires
Démarches administratives et business model Procédures lourdes au démarrage et en cours de vie sociale

Procédures longues et fastidieuses au moment de la fermeture de l’entreprise en cas de dissolution anticipée

Rémunération limitée à un seuil établi dans la convention collective malgré la liberté accordée dans le choix des honoraires

 

Bon à savoir : les aspirations les plus profondes et la nature de l’activité doivent guider le contractant dans le choix du statut juridique. Il n’empêche que le portage salarial s’impose comme un excellent compromis entre l’entrepreneuriat et le salariat.

Pour quel statut doit-on opter ?

Les motivations qui incitent les professionnels à sélectionner la solution portage salarial ou SASU peuvent être multiples. Ceux qui préfèrent fonder une SASU sont animés par les besoins suivants :

  • Réalisation d’économies en termes de dépenses de fonctionnement ;
  • Création d’une société;
  • Développement de l’activité au fil des années ;
  • Possibilité de transmission du patrimoine.

Encore faut-il que les porteurs de projets disposent de la patience et du temps nécessaire pour assurer la gestion administrative de l’entreprise.

Dans le même ordre d’idée, les ambitions des consultants portés peuvent expliquer les actions suivantes :

  • Test du projet par rapport au marché ;
  • Acquisition d’un statut provisoire dans le cadre du lancement d’une activité ;
  • Focalisation sur le cœur de métier.

Pour obtenir la sécurité souhaitée, le freelance doit toutefois se montrer prêt à sacrifier une partie de sa liberté.

Bon à savoir :  il est aussi possible de choisir entre le portage salarial ou l’EURL mais également de passer de l’un à l’autre.

FAQ

Quelles sont les démarches administratives nécessaires à la fondation d’une SASU ?

Pour créer une SASU, tout entrepreneur doit passer par les étapes suivantes :

  • Rédaction des statuts régissant l’organisation de l’entreprise ;
  • Déclaration de l’activité dans le journal d’annonces légales ;
  • Apports en numéraire et en nature ;
  • Ouverture d’un compte professionnel au sein d’un établissement financier.

Comment le dirigeant d’une SASU se rémunère-t-il ?

Le président peut être payé de trois façons suivantes :

  • Distribution de dividendes proportionnels au résultat de la société ;
  • Versement de salaire ;
  • Cumul des deux précédentes solutions.

Il arrive également que le chef d’entreprise s’affranchisse de toute rétribution, surtout en début d’activité.

Quels sont les profils éligibles au portage salarial ?

Le portage salarial concerne désormais une diversité de profils :

  • Retraités poursuivant une activité professionnelle ;
  • Anciens employés en reconversion professionnelle ;
  • Demandeurs d’emploi souhaitant percevoir les indemnités et les revenus de son activité ;
  • Dirigeants de société prêts à en déléguer la gestion administrative ;
  • Étudiants ambitieux.

Créez votre entrepriseCréez votre entreprise

Samuel est co-fondateur de LegalPlace et responsable du contenu éditorial. L’ambition est de rendre accessible le savoir-faire juridique au plus grand nombre grâce à un contenu simple et de qualité. Samuel est diplômé de Supelec et de HEC Paris

Dernière mise à jour le 23/06/2021

S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments