Skip to content

Comment trouver et reprendre une entreprise ?

Comment trouver et reprendre une entreprise ?

La reprise d’entreprise est une façon de se lancer à son compte en bénéficiant d’un passé, mais parfois d’un passif. Créer son entreprise (ouverture d’un commerce, ouverture d’un restaurant ou ouverture d’un bar) sans partir de zéro peut être une bonne idée. Comment donc reprendre une entreprise ? En respectant toutes les bonnes étapes et en utilisant les aides offertes.

 

Qu’est-ce que la reprise d’entreprise ?

Reprendre une entreprise consiste à devenir entrepreneur en poursuivant l’activité d’une structure existante. C’est souvent une idée plus sécurisante que la création d’entreprise(création d’une entreprise de transport de colis, par exemple). En effet, devenir le chef d’une entreprise existante permet d’avoir déjà des clients, des salariés éventuellement, des fournisseurs, des partenaires.

L’investissement de départ est important mais les financements sont plus faciles à obtenir : une banque prête plus facilement lorsqu’on lui présente plusieurs bilans et comptes de résultat, lorsqu’elle peut garantir son prêt sur des biens de l’entreprise, lorsqu’un projet de restructuration et de développement tient la route.

Ainsi la pérennité à 5 ans des entreprises reprises est nettement supérieure à celle des entreprises créées à partir du néant. Mais trouver la bonne entreprise à reprendre est un processus long. En outre, la reprise implique de fédérer les anciens salariés autour d’un nouveau projet, de créer un climat de confiance avec les clients, de parvenir à faire évoluer les habitudes et les personnes pour retrouver une bonne gestion d’entreprise.

La reprise d’entreprise en France en quelques chiffres : 60 000 entreprises à reprendre circulent chaque année dans différents réseaux. 90% des entreprises comptent moins de 50 salariés. Le délai moyen pour boucler une reprise est de 14 mois.

Bon à savoir : les modalités de création et reprise d’une auto-entreprise sont relativement similaires. Il faut prendre en considération des notions tels que l’apport en nature ou l’apport en industrie ainsi que la raison sociale de l’entreprise.

 

Comment reprendre une entreprise étape par étape ?

La reprise d’entreprise, tout comme la création d’entreprise, se prépare minutieusement. Le succès n’est jamais dû au hasard. Plus le dossier est préparé en amont, plus les différentes options sont anticipées, plus la reprise a des chances d’aboutir et de conduire à une structure pérenne et bénéficiaire.

Etape 1 : Définir son projet personnel

L’étape préliminaire consiste à définir son projet personnel, affiner sa formation, affiner le secteur d’activité, le lieu et la taille de la structure désirée. Des solutions d’accompagnements existent en fonction de sa situation : demandeur d’emploi, retraité, senior, femme. Il faut définir en amont les statuts juridiques d’entreprise possibles en fonction de sa situation : création d’une SARL ou création d’une SAS n’ont pas les mêmes conséquences par exemple. Notez qu’il est toutefois toujours possible de modifier la forme en transformant une SARL en SAS si le besoin s’en ressent pour une raison quelconque.

A noter : on peut créer son entreprise en étant retraité, en suivant certaines conditions.

Etape 2 : Trouver l’entreprise à reprendre

Pour cela, le repreneur peut utiliser ses réseaux personnels et professionnels, surtout s’il reste dans un secteur d’activité similaire. Il peut chercher des annonces de reprise sur les sites spécialisés, sur les bourses d’opportunités, utiliser un intermédiaire ou approcher directement les entreprises.

Etape 3 : Auditer l’entreprise potentielle

Un diagnostic précis de l’existant et du potentiel doit être effectué dans les domaines financiers, juridiques, humains. L’évaluation financière se fait selon plusieurs méthodes :

  • Patrimoniale : évaluation sur les biens de l’entreprise ;
  • Comparative : évaluation en fonction des concurrents ;
  • Economique : évaluation en fonction du potentiel de business.

Etape 4 : Créer son plan de reprise

Au-delà d’un business plan classique, le repreneur doit envisager le montage juridique, la gestion des ressources matérielles et humaines existantes, le timing de la reprise.

Etape 5 : Financer la reprise d’entreprise

Comme pour la création d’entreprise, plusieurs sources de financement peuvent se cumuler : love money, fonds personnels, crowdfunding, prêts bancaires, subventions et aides publiques, investisseurs…

Etape 6 : Conclure la reprise d’entreprise

Après négociation sur le montant, le protocole d’accord est rédigé minutieusement en reprenant tous les points abordés. L’acte de cession de l’entreprise formalise juridiquement la vente de l’entreprise.

Des formalités particulières sont parfois nécessaires : nomination du nouveau président de SAS, nomination du nouveau gérant de SARL, augmentation de capital.

Dès la signature, le repreneur doit mettre en œuvre sa nouvelle vision de l’entreprise et la faire adopter par les salariés, les clients, les partenaires. Un suivi précis de l’activité est nécessaire pour coller au plan de reprise imaginé.

 

Quelles sont les aides à la reprise d’entreprise ?

Aide à la création ou à la reprise d’entreprise (ACRE)

Depuis le 1er janvier 2019, ce dispositif se substitue à l’ACCRE et est élargi à tous les créateurs et repreneurs d’entreprise. Il permet une exonération de cotisations sociales pendant 1 an. Il faut avoir le contrôle effectif de l’entreprise reprise et ne pas avoir bénéficié de l’ACCRE dans les 3 années précédentes.

Pour les reprises d’entreprise réalisée depuis le 1er janvier 2019, aucune formalité n’est requise : l’exonération sera automatique, avec un contrôle a posteriori possible de l’URSSAF.

Aide à la reprise et à la création d’entreprise (ARCE)

Gérée par Pôle emploi, cette aide concerne les demandeurs d’emploi bénéficiant de l’ARE, l’allocation de retour à l’emploi. En reprenant une entreprise, le demandeur d’emploi choisit entre continuer à percevoir partiellement ses allocations ou obtenir un capital égal à 45% du montant des allocations restantes.

Il faut être éligible à l’ACCRE pour obtenir l’ARCE. Le versement du capital s’effectue en deux fois : la moitié à la date de la reprise, l’autre moitié 6 mois après le premier versement sur demande.

Nouvel accompagnement pour la création ou la reprise d’entreprise (NACRE)

Ce dispositif offre un accompagnement pendant 3 ans maximum autour de 3 axes :

  • Aide au montage : par exemple, monter un dossier de présentation du projet de reprise. Une durée maximale 6 mois en reprise d’entreprise est prévue.
  • Un accompagnement du développement de l’entreprise : pendant 3 ans, cela permet d’anticiper les difficultés financières, de maîtriser des tableaux de suivi d’activités, d’échanger sur la pertinence des développements projetés.
  • Une aide à la structuration financière : par exemple, élaboration d’un business plan, soutien dans la recherche de financements, obtention de financements spécifiques pour une durée de 6 mois.

Le NACRE est ouvert aux personnes suivantes :

  • Demandeurs d’emploi, indemnisés ou non ;
  • Jeunes entre 18 et 25 ans ;
  • Salarié ou licencié d’une entreprise en sauvegarde de justice, une entreprise en redressement judiciare ou en liquidation judiciaire ;
  • Sans emploi titulaire d’un CAPE (contrat d’appui au projet d’entreprise) ;
  • Repreneur d’entreprise dans un quartier prioritaire de la politique de la ville (QPPV).

 

Comment trouver une entreprise à reprendre ?

Le marché de la reprise d’entreprise est en réalité déséquilibré : un grand nombre de fonds de commerce sont à céder dans les campagnes alors que les repreneurs potentiels sont concentrés dans les grandes villes. La plupart des entreprises sont des TPE de moins de 5 salariés alors que les repreneurs visent plutôt des PME. Autre problème : beaucoup de chefs d’entreprise ne veulent pas ébruiter leur futur départ de peur de perdre la confiance de leurs partenaires.

Trouver une entreprise à reprendre n’est pas si simple et le repreneur doit mener une prospection dynamique :

  • Chambre de commerce, fédération professionnelle, expert-comptable, boutique de gestion : pour reprendre une TPE
  • Cabinet d’expertise, club de repreneurs, commissaire aux comptes, cabinet d’avocats d’affaires : pour reprendre une PME

Les sites internet des bourses d’opportunité permettent de présélectionner un grand nombre de dossiers. La sélection se fait par élimination : se déplacer dans les locaux de l’entreprise est un bon moyen de voir l’ambiance générale, rencontrer le chef d’entreprise cédant, supprimer les dossiers en dehors du budget.

Plusieurs candidats potentiels doivent être conservés pour procéder à une analyse fine au niveau financier, juridique, humain.

Racheter une entreprise pour 1 euro est possible ! La reprise d’une entreprise en difficultés et endettée coûte en réalité beaucoup plus qu’un euro : on ajoute les investissements indispensables pour relancer l’activité, le besoin en fonds de roulement… Il est possible de reprendre une entreprise dans le cadre d’une procédure collective comme le redressement judiciaire, la liquidation judiciaire, la sauvegarde ou la conciliation. Reprendre une structure après son dépôt de bilan est toujours plus risqué et se fait dans une ambiance généralement dégradée

Samuel est co-fondateur de LegalPlace et responsable du contenu éditorial. L'ambition est de rendre accessible le savoir-faire juridique au plus grand nombre grâce à un contenu simple et de qualité. Samuel est diplômé de Supelec et de HEC Paris

S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments