Skip to content

Comptabilité de l’auto-entrepreneur

Dernière mise à jour le 05/11/2021

La comptabilité de l’auto-entrepreneur (AE) est obligatoire puisqu’elle participe au bon fonctionnement de l’entreprise. Les obligations comptables du régime de la micro-entreprise sont allégées et relativement simples. Il est important de savoir comment effectuer cette comptabilité afin d’appréhender au mieux la gestion de sa micro-entreprise.

Quelles sont les obligations comptables de l’auto-entrepreneur ?

La comptabilité d’un auto-entrepreneur est allégée, mais nécessite tout de même une tenue régulière et claire.

L’auto-entrepreneur doit s’assurer de la tenue d’un livre de recettes, d’un registre des achats (dans certains cas), et de la conservation des justificatifs appuyant les enregistrements effectués. Le micro-entrepreneur est soumis à ​d’autres obligations telles que la délivrance de factures conformes à ses clients.

La tenue d’un livre de recettes

Les auto-entrepreneurs doivent tenir à jour un livre de recettes.

Le livre des recettes désigne un cahier dans lequel un auto-entrepreneur enregistre de façon chronologique toutes les recettes encaissées au cours d’une année comptable.
Ce livre permet de référencer toutes les sommes perçues et contient des informations essentielles pour veiller au respect des lois. Le livre de recettes doit impérativement mentionner les éléments suivants :

  • La date de l’encaissement de la recette
  • Le montant de la recette
  • Le nom du client
  • La nature de la recette
  • Le mode de règlement utilisé par le client
  • La référence du document justificatif (n° de facture)
À noter : Le livre de recettes se tient sous forme de tableau regroupant toutes les informations.

La tenue d’un registre des achats

En parallèle du livre de recettes, le registre des achats est obligatoire lorsque l’activité de l’auto-entrepreneur consiste principalement à vendre des marchandises, fournitures et denrées à consommer sur place ou à emporter ou à fournir des prestations d’hébergement.

Ce registre récapitule l’ensemble des achats et dépenses effectuées dans le cadre de l’activité d’auto-entrepreneur. Il doit récapituler, année par année et dans l’ordre chronologique, les dépenses de la micro-entreprise. Comme pour le ​livre de recettes​, il doit être présenté chronologiquement et indiquer :

  • La date de l’encaissement de la recette
  • Le montant de la recette
  • Le nom du fournisseur
  • La nature de la recette
  • Le mode de règlement utilisé par le client
  • La référence du document justificatif (n° de facture)

Les justificatifs associés à chaque vente ou achat doivent être conservés car ils seront demandés en cas de contrôle fiscal.

Il est possible de tenir ses livres de comptes sur un livre comptable papier acheté dans le commerce, sur les modèles officiels à imprimer mis à disposition par l’Urssaf ou encore d’utiliser un logiciel de comptabilité adapté au régime de l’auto-entreprise.

Bon à savoir : La loi PACTE, entrée en vigueur le 23 mai 2019, a supprimé l’obligation d’ouvrir un compte bancaire dédié pour certaines micro-entreprises. Ainsi, l’obligation ne concerne que les micro-entreprises qui encaissent plus de 10 000 euros de recettes par an pendant au moins deux années civiles consécutives.

L’obligation de facturation

Parmi les obligations comptables du micro-entrepreneur il y a notamment celle d’émettre des factures. L’émission d’une facture doit respecter des règles strictes afin d’en assurer la conformité et la valeur légale.

Les règles générales de facturation

Comme pour tout professionnel, l’auto-entrepreneur, en tant que professionnel doit remettre à ses clients une facture lors de chaque vente ou prestation, selon les règles communes de la facturation.

Lorsqu’il émet une ​facture​, il doit la fournir à son client mais également en conserver un exemplaire, pour son suivi comptable et pour permettre à l’administration fiscale d’effectuer ses contrôles.

Les factures d’un auto-entrepreneur ​sont soumises à des règles de formes strictes comportant certaines mentions obligatoires, notamment :

  • Identité de l’auto-entrepreneur
  • Adresse
  • Numéro de la facture et mention “facture” (séquence chronologique)
  • Date d’émission de la facture
  • Identité et adresse de l’acheteur
  • Somme totale à payer
  • Prix unitaire
  • Désignation du produit ou de la prestation
  • Quantité des produits ou services rendus, ainsi que date de livraison
  • Réduction / rabais
  • Mention “TVA non applicable, art. 293B du CGI”, tant que la micro-entreprise n’est pas assujetti à la TVA

S’il s’agit d’une facture à un professionnel, des mentions supplémentaires sont à ajouter :

  • Date limite de paiement
  • Taux des pénalités de retard
  • Indemnité forfaitaire pour frais de recouvrement

La prestation fournie ou la vente réalisée par l’auto-entrepreneur est donc facturée hors taxe (HT).

La facturation en cas d’assujettissement de l’entrepreneur à la TVA

Il existe des seuils pour bénéficier de la franchise en base de TVA que la micro-entreprise ne doit pas dépasser, auquel cas il sera assujettis à la TVA.

Les seuils de chiffres d’affaires et de franchise de la TVA pour 2021 sont les suivants :

Nature de l’activité Plafond de Chiffre d’Affaires 2021 Plafond de franchise de TVA 2021
Activités libérales 72 600 € 34 400 €
Prestations de services 72 600 € 34 400 €
Activités commerciales 176 200 € 85 800 €
Activités de logement 176 200 € 85 800 €

Ainsi, lorsque l’auto-entrepreneur ne bénéficie pas de la franchise en base de TVA, les mentions de facturations resteront les mêmes sauf pour :

  • La mention sur la franchise de TVA à l’article 293B du CGI qui ne devra par figurer sur la facture ;
  • Le numéro de TVA intracommunautaire qui sera à renseigner
  • L’application du/des taux de TVA qui sera applicable
À noter : Il existe 4 taux de TVA différents (20%, 10%, 5,5% et 2,1%).

Comment tenir la comptabilité de sa micro-entreprise ?

Bien qu’il ne soit pas nécessaire de réaliser de bilan à chaque fin d’année comptable, ni de nommer un expert-comptable contrairement aux entreprises classiques, il faut tout de même faire preuve de rigueur et d’organisation afin que la comptabilité ne devienne pas compliquée à gérer ​et qu’elle ne soit pas inexacte en cas de contrôle fiscal.

🔎 Zoom : Cependant, il peut s’avérer complexe pour un auto-entrepreneur de tenir sa comptabilité seul. Il vous est donc possible de confier la gestion de votre comptabilité à LegalPlace. Nous nous chargeons ainsi de la production de vos documents comptables, pour un prix réduit. Un expert-comptable est également à votre disposition pour répondre à vos questions.

Pour tenir correctement une compatibilité il faut :

1. Tenir sa comptabilité avec ou sans outil

La loi antifraude entrée en vigueur le 1er janvier 2018 a instauré l’obligation pour les commerçants et autres professionnels assujettis à la TVA d’enregistrer les paiements de leurs clients au moyen d’un ​logiciel de comptabilité. Cette obligation ne s’applique pas aux auto-entrepreneurs qui peuvent tenir leur comptabilité sans logiciel spécifique.

Néanmoins, cela peut être très pratique. En effet, centraliser sa comptabilité au sein d’un logiciel de facturation ou de comptabilité, comme Excel, permettra d’assurer la bonne mise en place et tenue des devis, factures et suivis de paiements.

2. Avoir des copies des documents (duplicatas)

Il arrive parfois de perdre un document, une facture ou un devis auto-entrepreneur. Cela peut causer une incohérence de comptabilité, il est donc nécessaire d’avoir des copies des documents (factures clients, preuves d’achats) en version papier ou numérisée​.

3. Enregistrer ses documents comptables

Il est recommandé d’enregistrer les documents comptables sur des solutions de stockage distants dans la mesure où toute facture produite doit être ​conservée dix ans après sa date d’émission. Ces précautions permettent de pouvoir retrouver les documents comptables facilement avec le temps.

Enfin, il est important de conserver les ​preuves d’achats professionnels, ​même si la micro-entreprise n’est pas redevable de la TVA. En effet, cela permettra de justifier certaines dépenses afin de récupérer la TVA en cas de ​dépassement du seuil de franchise.

4. Suivre sa comptabilité de façon régulière

Il ne faut pas attendre le dernier moment pour mettre de l’ordre dans ses documents comptables. ​Il faut régulièrement effectuer les calculs lors de l’émission de vos factures ou de la déclaration du chiffre d’affaires (CA) qui s’effectue mensuellement ou trimestriellement. ​Une organisation régulière permettra d’éviter les oublis ou les erreurs​, qui pourraient porter préjudice à l’entreprise par la suite.

5. Anticiper les recettes et les dépenses (activités de stocks)

Afin de ne pas perdre de ne pas se retrouver en difficulté, il est important d’anticiper les décalages de flux de trésorerie et de calculer le besoin en fonds de roulement aussi appelé ​BFR.
Le besoin en fonds de roulement résulte du décalage entre tout ce que l’entreprise doit payer et l’argent qu’elle doit récupérer du fait de son activité.
Cet indicateur permet d’estimer les besoins de financement à court terme et de s’assurer de toujours ​avoir les fonds nécessaires entre les encaissements et les décaissements. Cela concerne notamment les entreprises qui gèrent des stocks.

Comptabilité de l'auto-entrepreneur

Quels avantages à tenir correctement la comptabilité de sa micro-entreprise ?

Une comptabilité bien tenue est une des clés de la réussite et de la pérennité de l’auto-entreprise.

Une protection pour l’auto-entrepreneur

Lorsque la comptabilité est régulièrement et correctement tenue, cela permet à l’entreprise de se protéger dans différents domaines :

  • En matière juridique, la compatibilité est ​un moyen de preuve recevable en justice en cas de litige
  • En matière fiscale, elle permet ​à l’auto entrepreneur d’être assuré de pouvoir être imposé sur la base du régime micro-fiscal (respect des seuils)

Un gain de visibilité sur la situation de l’auto-entreprise

Elle présente également un intérêt non négligeable pour l’entrepreneur car elle permet d’avoir une visibilité sur les finances et la gestion de son entreprise. Elle permet effectivement de visualiser rapidement sa rentabilité, ses faiblesses et les éventuelles améliorations de trésorerie.

Une concordance entre la tenue de comptabilité et les déclarations fiscales

La tenue de la compatibilité de l’auto-entrepreneur est aussi un moyen pour l’administration fiscale de vérifier les comptes d’une entreprise afin de s’assurer de la justesse des déclarations qui ont été réalisées (déclarations de CA). ​La tenue de la comptabilité joue donc un rôle dans le calcul des impôts et dans l’établissement des documents comptables reflétant la santé de l’auto-entreprise.

FAQ

Quelle comptabilité pour l’auto-entrepreneur ?

La comptabilité de l’auto-entrepreneur se limite à la tenue d’un livre de recettes, d’un registre des achats (dans certains cas), et à la conservation des justificatifs appuyant les enregistrements qui y sont préinscrits. Le micro-entrepreneur doit également délivrer des factures conformes à ses clients à l’occasion de chaque vente ou prestation réalisée et détenir un compte bancaire dédié à son activité.

Quel livre de compte pour le micro-entrepreneur ?

Le livre-journal des recettes et le registre des achats sont les deux livres obligatoires pour le micro-entrepreneur.

Est-il obligatoire d’utiliser un logiciel de facturation ?

Non, il n'est pas obligatoire d'utiliser un logiciel de facturation.

Comment remplir le livre de recette de l'auto-entrepreneur ?

Il faut renseigner différentes informations telles que :la date de l'encaissement (et non de la facturation), le numéro de la facture correspondant à cette recette, le nom du client, la nature de la prestation rendue, le montant encaissé, le mode de paiement du client : chèque, espèces, carte bancaire...

Créez votre micro-entrepriseCréez votre micro-entreprise

Samuel est co-fondateur de LegalPlace et responsable du contenu éditorial. L’ambition est de rendre accessible le savoir-faire juridique au plus grand nombre grâce à un contenu simple et de qualité. Samuel est diplômé de Supelec et de HEC Paris

Dernière mise à jour le 05/11/2021

S’abonner
Notifier de
guest
2 Commentaires
le plus ancien
le plus récent
Inline Feedbacks
View all comments
ALIBERT Nadège
ALIBERT Nadège
août 11, 2021 6:40

Bonjour, Je cherche à louer une maison et je lis qu’il faut présenter en justificatif de revenus “les deux derniers bilans ou à défaut, une attestation de ressources pour l’exercice en cours délivrées par un comptable” lorsqu’on constitue un dossier de location. Je suis psychologue en libéral au statut micro-entreprise, de ce fait, je gère moi-même ma comptabilité vu qu’il n’est pas obligatoire d’en avoir un avec ce statut. Mais je me retrouve coincée, quel type de document je dois présenter pour étayer mon dossier de location? Puis-je rédiger quelque chose moi-même? Si oui, sous quel format et quelles informations… Lire la suite »

Matthew Pike
novembre 26, 2021 5:12

Bonjour, Article très détaillé et réponses intéressantes, merci beaucoup ! J’ai une question à ajouter concernant la procédure pour commencer à récupérer la TVA en tant qu’autoentrepreneur. Dans mon cas, j’opte pour récupérer la TVA (je ne dépasse pas encore les seuils, mais l’année prochaine surement. Je n’ai que des clients B2B, et cela me permettra de faire des achats importants et récupérer la TVA dessus). Alors, j’ai créé et activé mon compte en ligne aux impôts des entreprises, j’ai mon numéro de TVA, et maintenant quoi… Faire la première déclaration ? Ne dois-je pas informer quelqu’un de mon souhait… Lire la suite »

Rédigé par

Samuel est co-fondateur de LegalPlace et responsable du contenu éditorial. L'ambition est de rendre accessible le savoir-faire juridique au plus grand nombre grâce à un contenu simple et de qualité. Samuel est diplômé de Supelec et de HEC Paris