Devenir auto-entrepreneur plombier

Devenir auto-entrepreneur plombier

Les plombiers sont des experts de toutes sortes d’installations sanitaires, tels que les robinets, les tuyauteries, les compteurs ou encore les chauffe-eaux. Un plombier auto-entrepreneur doit pouvoir être disponible à toute heure de la journée pour répondre à tous types d’intervention. Il doit ainsi être flexible, mais aussi avoir une bonne forme physique.

Il est également important pour un plombier auto-entrepreneur de savoir fidéliser sa clientèle, et donc de faire preuve d’un bon relationnel. De nombreux plombiers exercent leur activité en ayant le statut d’auto-entrepreneur, leur assurant plus de flexibilité que leurs collègues salariés.

 

Les démarches pour devenir plombier auto-entrepreneur

En tant que plombier, il est possible de devenir auto-entrepreneur. L’acquisition de ce statut permet au plombier d’être plus indépendant, mais aussi d’exercer son activité en dehors des heures réglementaires qu’il aurait eu en tant que salarié.

A l’instar de leurs collègues :

la CFE, ou Cotisation Foncière des Entreprises, des plombiers auto-entrepreneurs est la Chambre des Métiers et de l’Artisanat.

Avant de se lancer dans une activité auto-entrepreneuriale, il est important de connaître les codes APE (ou codes d’Activité Principale Exercée) référencés à son activité. Ainsi, les codes APE de références à l’activité de plombier sont les suivants :

  • 22 A : Travaux d’installation d’eau et de gaz en tous locaux ;
  • 22 B : Travaux d’installation d’équipements thermiques et de climatisation.

Les démarches à accomplir pour accéder au statut de plombier auto-entrepreneur sont les mêmes que pour l’ensemble des personnes souhaitant accéder au statut d’auto-entrepreneur. Il suffit de remplir la déclaration de statut d’auto-entrepreneur à l’aide du formulaire P0 AE disponible en ligne gratuitement. La plomberie étant une activité réglementée, il devra faire montre de ses compétences et de son expérience. Il est nécessaire d’accompagner cette déclaration d’une copie d’une pièce d’identité signée et comportant la mention « je certifie sur l’honneur l’exactitude de cette pièce justificative d’identité » accompagnée de la date et du lieu de signature.

À l’issue de cette procédure, le plombier auto-entrepreneur reçoit son numéro de SIRET, une notification quant à son régime d’imposition ainsi que les coordonnées des différents interlocuteurs fiscaux vers lesquels il est possible de se tourner en cas de difficultés. Le plombier auto-entrepreneur devra également effectuer une demande d’immatriculation au Registre du Commerce et des Sociétés (RCS) afin d’obtenir un extrait de K-Bis.

 

Peut-on devenir plombier auto-entrepreneur sans diplôme ?

Pour pouvoir exercer le métier de plombier, même en tant qu’auto-entrepreneur, il faut pouvoir justifier d’une certaine expertise du métier.

Un plombier auto-entrepreneur doit donc être titulaire d’au moins un des diplômes suivants :

  • Un CAP, ou Certificat d’Aptitude Professionnelle, Plombier Monteur en Installations Sanitaires ;
  • Un BEP, ou Brevet d’Etudes Professionnelles, Techniques des Installations Sanitaires et Thermiques ;
  • Un diplôme ou un titre de niveau égal ou supérieur homologué ou enregistré lors de sa délivrance au répertoire national des certification professionnelles (RNCP) et délivré pour l’exercice du métier.

Bien qu’il soit plus facile et préférable de justifier d’une expertise du métier de plombier en étant titulaire d’un diplôme, il est cependant possible de devenir plombier auto-entrepreneur sans diplôme, à la condition de pouvoir justifier d’une expérience professionnelle de 3 ans au minimum, en tant que travailleur indépendant ou salarié d’une entreprise de plomberie.

Attention ! Le plombier auto-entrepreneur étant un professionnel qui exerce une activité artisanale, il est donc obligatoire, à ce titre, de participer à un stage de préparation à l’installation. Il s’agit d’une formation à la gestion d’une entreprise, permettant ainsi au plombier auto-entrepreneur de, entre autres, se former aux différentes réglementations, de se familiariser aux études de marché et d’assimiler les informations relatives à la couverture sociale de l’auto-entrepreneur.

À noter : ce stage est payant. Le prix peut varier en fonction des régions dans lesquelles il est effectué. Néanmoins, certaines situations peuvent permettre d’être dispensé de ce stage.

 

Le salaire d’un plombier auto-entrepreneur

Le prix ou tarif d’une prestation d’un plombier auto-entrepreneur peut varier selon la zone géographique. En effet, les tarifs sont souvent plus élevés dans les métropoles et zones urbaines, car le coût de la vie y est généralement plus cher. De même, les tarifs peuvent varier selon le moment de la prestation et peuvent ainsi doubler les week-ends ou en soirée.

Les tarifs des plombiers sont le plus souvent fixés à l’heure, mais les prestations les plus courantes peuvent aussi être forfaitaires. Les plombiers auto-entrepreneurs établissent souvent leurs devis ou factures sur la base d’un tarif horaire car cela leur permet de compter leur temps réel de présence et de réduire leur risque d’erreur. Dans ce cas, le coût des équipements est le plus souvent facturé au client en plus de la prestation.

En revanche, certains plombiers auto-entrepreneurs appliquent aussi des tarifs forfaitaire pour des prestations courantes afin de rassurer les potentiels clients en leur offrant une plus grande transparence sur les interventions facturés, et de renforcer ainsi leur image professionnelle.

Le tarif horaire d’un plombier peut varier entre 30€ et 60€, en moyenne. A cela s’ajoute le prix du déplacement, qui se situe en moyenne entre 20€ et 40€.

Les tarifs au forfait dépendent des prestations effectuées. Il faut compter en moyenne 250€ pour la réparation ou la pose de WC, 200€ pour l’installation d’un évier, 400€ pour une intervention après une inondation. L’installation d’une douche italienne peut s’élever à 900€.

Le plombier auto-entrepreneur doit informer ses clients de ses tarifs avant toute intervention et ce, par la remise d’une liste tarifaire ou par la remise d’un devis. Les clients doivent ainsi être informés à l’avance des tarifs du plombier, mais aussi du mode de décompte du temps passé (heure entamée due, ou non) et des éventuels coûts du déplacement et du devis auto-entrepreneur.

Il est obligatoire pour un plombier auto-entrepreneur de faire un devis lorsque le montant de l’intervention dépasse 150€. Il est également obligatoire de remettre une facture aux clients.

À noter : le plombier auto-entrepreneur est limité à un chiffre d’affaires annuel de 70.000€.

Attention ! Le plombier auto-entrepreneur doit réaliser ses déclarations de revenus de manière mensuelle ou trimestrielle, selon ses préférences, et ce même si son chiffre d’affaires est nul sur la période concernée.

 

Plombier auto-entrepreneur : droits et obligations

Tous les plombiers auto-entrepreneurs doivent obligatoirement contracter une assurance décennale. Cette assurance auto-entrepreneur décennale, ou assurance responsabilité professionnelle, permet en effet de garantir la réparation des dommages qui peuvent affecter un ouvrage jusqu’à 10 ans après la date officielle de la fin des travaux.

Depuis la loi Pinel du 18 juin 2014, tout plombier auto-entrepreneur est obligé d’inscrire sur ses devis, ainsi que sur ses factures, les mentions légales suivantes :

  • Nom de l’assurance souscrite au titre de l’activité ;
  • Coordonnées de l’assureur :
  • Coordonnées du garant ;
  • Couverture géographique de la garantie.

Enfin, il est important de rappeler que le chiffre d’affaire qui apparaît sur la déclaration auto-entrepreneur d’un plombier qui a une auto-entreprise est plafonné ne peut excéder 70.000€ HT annuellement. Si le chiffre d’affaires dépasse ce plafond, le plombier auto-entrepreneur se verra alors passer automatiquement vers le statut de l’EURL (Entreprise Unipersonnelle à Responsabilité Limitée) deux ans après la date à laquelle le plafond autorisé a été dépassé.

Avantages et inconvénients du statut d’auto-entrepreneur plombier

Avant tout, rappelons que le statut d’auto-entrepreneur permet aux plombiers de bénéficier de plus d’indépendance et de flexibilité en leur permettant de travailler en dehors des horaires que doivent respecter certains plombiers salariés.

Un des principaux avantages des plombiers auto-entrepreneurs est l’avantage concurrentiel pour les travaux réalisés aux particuliers et dont ils bénéficient grâce à la déduction de TVA qui n’est pas prélevée sur les prestations qu’ils facturent. Ceci leur permettant ainsi de proposer des tarifs plus attractifs que les entreprises soumises à la TVA.

En revanche, et de la même manière, les plombiers auto-entrepreneurs ne peuvent récupérer la TVA sur leurs achats.

En outre, le régime d’auto-entrepreneur permet de ne payer des charges sociales, ainsi que la participation à la formation professionnelle, qu’à partir d’un certain montant de chiffre d’affaires réalisé. Il peut donc être intéressant d’estimer à l’avance son chiffre d’affaires avant de se lancer dans l’auto-entrepreneuriat.

Pour en savoir plus sur les différents métiers artisanaux exerçables en tant qu’auto-entrepreneur :

Cet article vous a-t-il été utile ?