Comment devenir auto entrepreneur sans diplôme ?

Comment devenir auto entrepreneur sans diplôme ?

Se déclarer auto-entrepreneur permet d’exercer en tant qu’auto-entrepreneur une activité libérale, artisanale ou commerciale avec une micro-entreprise. Pour la plupart des activités, il est possible de se lancer sans diplôme. On peut notamment créer son entreprise de batiment sans diplome.

En effet, le statut juridique d’auto-entrepreneur n’est pas très difficile à obtenir et présente des avantages fiscaux mais aussi en termes de souplesse de gestion et d’horaires. Vous pouvez ainsi entamer une activité professionnelle à titre principal ou complémentaire sans avoir de qualifications académiques particulières.

 

Les activités commerciales sont accessibles la plupart du temps sans diplôme

Il s’agit sans doute du type d’activité le plus simple à réaliser sans certification.

Effectivement, la majorité des activités commerciales sont accessibles sans diplôme telles que :

  • L’auto-entrepreneur en vente ou revente directe de biens (bijoux et objets divers) ou services (prestations de voyages, assurances, etc.) ;
  • La téléprospection ou le télédémarchage ;
  • La vente à emporter de biens alimentaires sans préparation préalables.

Avec le statut d’auto-entrepreneur, vous pourrez également devenir coursier indépendant, chauffeur de VTC, ou encore photographe.

Si vous optez pour de la vente en magasin, il n’est pas sûr que le statut d’auto-entrepreneur soit idéal. En effet, il est impossible de récupérer la TVA sur les marchandises ou matières premières que vous achetez et que vous devrez déduire à la déclaration de votre chiffre d’affaires à l’instar des frais liés à la gestion de la boutique tels que le loyer, le chauffage, etc.

Attention ! Sont exclues des activités commerciales réalisables par un auto-entrepreneur, les transactions immobilières. Si vous souhaitez devenir agent immobilier (ou agent commercial), il vous faudra une qualification et un statut d’indépendant.

 

Les activités libérales sont accessibles sans diplôme si elles sont non réglementées

Si vous souhaitez vous lancer comme profession libérale, sachez que la plupart des activités sont non règlementées. Ce sont en général des activités à visée thérapeutiques ou liées à un art ou à du coaching, du développement personnel ou de conseil, etc.

En profession libérale, la liste des activités pour devenir ou redevenir auto-entrepreneur sans diplôme est longue. A titre d’exemple :

  • Organisation de foires et salons ;
  • Relations presse ;
  • Rédacteur web ;
  • Sophrologue ;
  • Naturopathe ;
  • Musicothérapeute ;
  • Masseur bien-être ;
  • Joueur professionnel ;
  • Prothésiste ongulaire sans prestation de manucure ;
  • Coach de vie (pour devenir coach sportif, il faut obligatoirement un diplôme et un enregistrement auprès du ministère de la jeunesse et des sports).

Toutefois, si certains métiers sont possibles à exercer sans diplôme, il vaut mieux pour attirer davantage de clientèle et améliorer sa notoriété, témoigner d’une qualification notamment pour les professions thérapeutiques.

Les activités liées à l’artisanat ne nécessitent pas toutes un diplôme

La plupart des activités artisanales sont soumises à un diplôme comme un CAP ou un BEP ou une validation d’acquis d’expériences acceptées par les Chambres de Commerces. Ces qualifications sont obligatoires pour des raisons de sécurité des clients mais aussi des entrepreneurs eux même. En effet, tout le monde ne peut pas s’improviser auto-entrepreneur en maçonnerie, serrurier, électricien ou encore plombier. S’il est impossible de se mettre à son compte dans le bâtiment sans diplôme, il est impossible aussi de faire des métiers liés au corps humain tels que prothésiste, coiffeur ou prestataire de soins de beauté.

Toutefois, en 2018, certaines professions relevant de l’artisanat sont accessibles sans diplôme requis :

Sachez que les obligations de qualification professionnelle évoluent chaque année en ce qui concerne l’artisanat évoluent régulièrement. Regardez donc bien les requis avant de vous lancer. De manière générale avant de créer votre structure de micro-entreprise, pensez bien à mesurer les avantages et les inconvénients que le statut comporte ainsi que les éléments nécessaires à votre installation.

Si les diplômes ne sont pas forcément nécessaires, il convient cependant de respecter certaines normes liées à l’hygiène, à la sécurité (dans les métiers de la restauration, par exemple) ou des permis comme le permis B pour des métiers de chauffeur ayant un statut auto-entrepreneur VTC. Pour certaines professions, comme quelques activités de services à la personne, un agrément préfectoral valable sur une durée de cinq ans sera requis. Pour le renouveler, il suffira juste d’en faire une demande en ligne sur le site de l’agence nationale des services à la personne.

Par ailleurs, si vous souhaitez vous installer en tant qu’artisan, la loi impose un Stage de Préparation à l’Installation (STI). Ces stages sont proposés par les Chambres des Métiers et de l’Artisanat (CMA). Ils sont payants, leurs prix oscillent entre 170 et 400€. Ils durent environ une semaine et permettent d’apprendre les bases de la gestion d’entreprise et de la comptabilité auto-entrepreneur. Sans ce stage, votre immatriculation ne sera pas permise.

 

Est-il possible d’exercer plusieurs activités sans diplôme avec un statut d’auto-entrepreneur ?

Il est bien entendu possible de créer sa structure de micro-entreprise sans diplôme et d’exercer en son sein plusieurs activités diverses non réglementées. Simplement, lors de la création de votre entreprise multiservice, il vous faudra déclarer comme activité principale, celle dans laquelle vous compter le plus travailler.

Par exemple, vous pouvez ainsi devenir « homme toute main » auto-entrepreneur. Le code APE pour cette profession n’existant pas, il vous faudra déclarer l’activité avec le code APE (activité principale exercée) le plus proche de vos compétences. Ensuite, il vous sera enfin possible de pratiquer de nombreux services sans diplôme à conditions que les travaux que vous réalisez n’impliquent pas de qualifications. Il s’agira alors de pouvoir effectuer grâce à une micro-entreprise, des travaux de bricolage divers et variés.

Est-il possible de lancer sa structure lorsque l’on est au chômage et sans diplôme ?

Pour les personnes qui seraient sans emploi et sans diplôme, il est évidemment possible de créer une micro-entreprise. Cela peut vous permettre de générer un complément de revenus.

Vous pourrez continuer à toucher les indemnités dues par Pôle emploi ou encore les revenus sociaux comme le RSA. Par ailleurs, il sera possible de bénéficier de l’aide aux demandeurs d’emploi créant ou reprenant une entreprise (ACCRE). Cette aide s’appellera dès janvier 2019 « exonération de début d’activité » et permet de payer moins de taxes de cotisation sociales sur le chiffre d’affaires les premières années de création ou de reprise d’activité.

Attention ! la demande d’ACCRE doit automatiquement être faite dans un délai 45 jours après la déclaration d’entreprise auprès du Centre de Formalités des Entreprises (CFE) dont vous dépendez. Il conviendra de remplir et de renvoyer le formulaire Cerfa n°13584*02 et les autres pièces justificatives. Sans cela, la totalité des charges seront dues.

 

Comment se protéger au niveau légal lorsque l’on est auto-entrepreneur ?

Un auto-entrepreneur est considéré au regard de la loi comme un chef d’entreprise.  Il engage donc sa responsabilité lorsqu’il exerce son activité à titre professionnel. Personne n’est à l’abri d’une négligence ou d’une erreur. C’est pourquoi, il est d’autant plus important de vous protéger lorsque vous vous lancez sans diplôme, en cas de poursuites judiciaires.

En tant que professionnel, il est donc important de souscrire à une assurance à responsabilité civile professionnelle notamment si vous utilisez un véhicule ou recevez des clients dans vos bureaux. Elle vous offrira une protection en cas de dommages corporels, matériels et/ou immatériels causés à un tiers lors de l’exercice de votre activité.

En outre, il vous faudra aussi vérifier que votre profession ne nécessite pas une assurance spécifique.