Skip to content

Devenir livreur Uber Eats auto-entrepreneur

Devenir livreur Uber Eats auto-entrepreneur

Travailler en tant que livreur Uber Eats avec le statut d’auto-entrepreneur constitue une opportunité intéressante qui séduit un grand nombre de jeunes en quête de sources de revenus additionnels. Le statut d’auto-entrepreneur, simple à adopter et flexible, et donc très adapté à ce type d’activité. Il convient simplement d’effectuer les démarches requises pour créer une micro-entreprise. Tour d’horizon de l’activité d’auto-entrepreneur coursier Uber Eats.

À propos d’Uber Eats

Première entreprise de livraison de repas à domicile en France, Uber Eats est implanté dans toutes les grandes villes de l’Hexagone. Attirant de plus en plus de personnes souhaitant exercer en tant que livreur, cette structure présente l’avantage d’offrir une grande liberté à ses livreurs, généralement auto-entrepreneurs, notamment sur le choix des horaires de travail ou du véhicule à utiliser.

Attention : Pour exercer légalement en tant que coursier indépendant, il est nécessaire d’avoir préalablement créé son entreprise c’est pourquoi généralement les candidats adoptent le statut d’auto-entrepreneur en créant leur micro-entreprise sur Internet sur le site du CFE ou en passant par un site spécialisé comme LegalPlace.

Ayant vu le jour en 2014, l’entreprise américaine Uber Eats était auparavant connue sous le nom d’Uber Fresh. À ses débuts, cette structure proposait uniquement la livraison de quelques articles par jour. Pour faire face à la concurrence, l’entreprise a décidé de renforcer sa rapidité et d’assurer un délai de livraison égal ou moins de 10 minutes.

Devenue Uber Eats en 2015, la structure est aujourd’hui implantée dans plusieurs grandes villes à travers le monde. Elle est notamment installée dans plus de 70 villes françaises.

Le principe d’Uber Eats

Comme la plupart des plateformes de mise en relation, le service se base sur la livraison des commandes de repas en allant les chercher dans des restaurants, puis en les livrant chez les clients.

Ces derniers n’ont qu’à passer leur commande dans un restaurant en utilisant l’application d’Uber Eats via leur smartphone. La commande est automatiquement envoyée au restaurant concerné. Le coursier le plus proche de l’établissement reçoit une notification pour récupérer le repas et assurer la livraison dans les plus brefs délais.

Des horaires flexibles

L’un des avantages de travailler en tant que livreur pour Uber Eats repose sur la flexibilité de l’horaire. Pour être rémunérés, il suffit de se connecter à l’application de l’entreprise aux créneaux horaires où vous souhaitez travailler.

Les coursiers, aussi bien à vélo qu’en véhicule motorisé, peuvent choisir librement leurs horaires de travail. Néanmoins, le salaire n’est pas fixe : il varie en fonction du nombre d’heures travaillées et dépend de nombreux critères.

Salaire moyen d’un livreur Uber Eats

En moyenne, un coursier gagne 4 € à 9 € par course. N’étant pas fixe, le salaire d’un coursier d’Uber Eats varie en fonction de différents paramètres :

  • le nombre d’heures travaillées ;
  • l’heure de la journée et les conditions météo ;
  • la ville où il travaille ;
  • le nombre de livreurs actifs (concurrence) ;
  • les bonus et primes exceptionnelles ;
  • les pourboires reçus.

Voici la rémunération en vigueur depuis le 25 septembre 2019 :

Rémunération
Paris3,00 € / course + 0,85€ / km parcouru
Autres villes3,00 € / course + 0,80€ / km parcouru
Frais de service Uber Eats5%

Dans le cas où le coursier travaille à des heures particulières (11 h à 15 h ou 19 h à 23 h) ou en cas de conditions météorologiques défavorables (pluie ou neige > 0,2 mm/h), un bonus lui est accordé. Dans ce cas, le livreur perçoit un bonus de 15 € nets/créneau. Une condition est toutefois à respecter, à savoir remplir au moins 3 h de connexion par créneau et faire au moins 3 livraisons par créneau.

Des pourboires, des primes ponctuelles ainsi que des bonus en fonction des zones (rémunération brute x 1,1 à 1,7) peuvent aussi lui être versés.

Qui peut devenir coursier Uber Eats ?

Avec l’avènement des plateformes de livraison de repas, l’activité de livraison à domicile connaît aujourd’hui un essor considérable. Ce métier attire de plus en plus d’étudiants qui peuvent s’organiser facilement en fonction des horaires de leurs cours. Le statut de coursier auto-entrepreneur n’est pas ouvert à tous et n’est accessible que sous certaines conditions.

Conditions générales du statut d’auto-entrepreneur

L’un des principaux avantages du statut d’auto-entrepreneur réside dans son accessibilité. En effet, peu importe la situation de la personne intéressée, la création d’une auto-entreprise peut s’effectuer facilement. À titre d’exemple, le statut d’auto-entrepreneur peut être cumulé avec une activité étudiante ou salariée.

À noter : ce régime est ouvert à tous les citoyens français. Pour devenir auto-entrepreneur, les conditions suivantes sont à respecter :

  • être majeur ou mineur émancipé ;
  • ne pas être placé sous tutelle ou sous curatelle ;
  • avoir une adresse en France ;
  • être titulaire d’une carte de séjour temporaire pour les ressortissants d’un pays hors Union-Européenne.

Ce dernier document doit autoriser l’ouverture d’une micro-entreprise dans l’Hexagone. Pour en savoir davantage, il est recommandé de se renseigner auprès de la préfecture.

À noter : le régime de la micro-entreprise ne peut pas être adopté par les chefs d’entreprise relevant de la Sécurité sociale des indépendants (SSI ou ex-RSI). Ainsi, les gérants majoritaires d’une EURL ou d’une SARL par exemple ne peuvent pas exercer d’activité sous le régime de l’auto-entrepreneuriat.

En outre, un auto-entrepreneur exerçant déjà une autre activité ne peut pas se lancer dans la création d’une nouvelle micro-entreprise pour son activité de coursier. En revanche, il peut changer d’activité ou procéder à l’ajout d’une nouvelle activité. La création d’une nouvelle structure est ainsi inutile.

Conditions spécifiques aux livreurs motorisés

L’activité « services des coursiers urbains indépendants » concerne aussi bien les livreurs à vélo que ceux utilisant une motocyclette, un scooter, une moto ou encore une voiture. Les conditions sont toutefois différentes en fonction du type de véhicule utilisé.

Avoir une attestation de capacité de transport de marchandises

Si aucune qualification particulière n’est demandée pour devenir coursier micro-entrepreneur à vélo, l’utilisation d’un véhicule motorisé requiert obligatoirement la détention d’une attestation de capacité de transport de marchandises. Le suivi d’une formation de 105 h est nécessaire. Sa validation s’effectue grâce à un examen final pouvant être effectué en présentiel ou en ligne.

L’obtention de cette attestation de capacité de transport n’est pas nécessaire pour s’inscrire sur certaines plateformes et pour livrer des repas. Cela ne dispense toutefois pas de cette capacité. En effet, l’auto-entrepreneur est tenu de s’assurer d’avoir les autorisations nécessaires pour exercer son activité.

Être immatriculé au Registre national des Transporteurs

De plus, l’utilisation d’un véhicule à moteur nécessite une immatriculation au Registre National des Transporteurs dépendant du préfet de région. La gestion de ce registre est assurée par la Direction Régionale de l’Environnement, de l’Aménagement et du Logement (DREAL) ou la Direction Régionale et Interdépartementale de l’Équipement et de l’Aménagement (DRIEA).

Gratuite et indispensable, cette démarche permet d’obtenir une autorisation d’exercer ainsi qu’une licence de transport.

Conditions pour devenir livreur avec Uber Eats en France

Pour devenir coursier chez Uber Eats en France, d’autres conditions doivent être respectées.

Être micro-entrepreneur ou avoir une entreprise

Le candidat doit obligatoirement avoir sa propre entreprise. N’étant pas un salarié permanent de cette structure, mais un prestataire de service, il doit créer une micro-entreprise sous la forme juridique d’une entreprise individuelle. En effet, ce régime garantit une grande simplicité que ce soit en matière de création ou de fonctionnement.

Avoir un casier judiciaire vierge

Exigé uniquement dans certaines villes françaises, un casier judiciaire vierge est réclamé par Uber Eats. Les postulants doivent en fournir un extrait datant de moins de 3 mois. Pour obtenir un extrait de casier judiciaire, il est possible d’effectuer une demande en ligne sur le site du ministère de la Justice, direction des affaires criminelles et des grâces.

Être inscrit sur le site d’Uber Eats

Autre condition à remplir : avoir un smartphone et d’être inscrit sur cette plateforme de mise en relation. Pour ce faire, la procédure à suivre est relativement simple et rapide, celle-ci est détaillée plus loin.

Quelle réglementation pour les coursiers à vélo ?

L’assurance

Au cours de l’exercice de l’activité de coursier à vélo, des accidents comme une mauvaise chute peuvent survenir. Pour être couvert en cas d’hospitalisation, la souscription d’un contrat d’assurance « auto-entrepreneur » ou d’une mutuelle est conseillée.

Il faut préciser que des garanties dédiées spécifiquement aux coursiers sont proposées par certaines compagnies. Outre la prise en charge en cas de blessure lors des horaires de travail, le remboursement en cas de vol du vélo peut être inclus dans ces contrats d’assurance. Une assurance sur-mesure est même parois proposée aux livreurs par certaines plateformes de mise en relation.

Si son activité peut causer des préjudices à lui-même, le coursier indépendant à vélo peut aussi être responsable de dommages causés à des tiers (préjudice matériel ou corporel). Dans ce cas, la souscription d’une assurance responsabilité civile professionnelle est fortement recommandée. Cette assurance permet de bénéficier d’une couverture en cas d’obligation d’indemnisation.

À noter : le véhicule utilisé dans le cadre de l’activité de livreur indépendant peut aussi subir des dommages. Facultative pour un vélo, une assurance est en revanche obligatoire pour les véhicules motorisés.

L’indépendance

En tant qu’indépendant, le coursier doit s’assurer qu’il n’y ait aucun lien de subordination entre lui et la plateforme ou avec un quelconque restaurant. En effet, un tel lien engendrerait une requalification de la relation en contrat de travail.

À noter : cette indépendance se traduit notamment par l’exercice de l’activité auprès de plusieurs clients ou la possibilité d’organiser son agenda en fonction de ses besoins.

Les obligations sanitaires

Dans le cadre de son activité, le coursier est aussi tenu de respecter certaines obligations sanitaires. En effet, il doit s’engager à livrer les repas dans les meilleures conditions. Pour cela, il est tenu de respecter la chaîne du froid et doit éviter de mélanger les préparations froides aux préparations chaudes afin de ne pas altérer les commandes des clients.

L’accessibilité aux non-diplômés

Aucune formation spécifique n’est nécessaire pour devenir coursier indépendant. En effet, il suffit d’être majeur et travailler à son compte. Les auto-entrepreneurs doivent remplir les conditions requises par ce régime.

Les démarches pour devenir livreur Uber Eats

  1. Déclarer son début d’activité
  2. Choisir l’Aide aux Créateurs et Repreneurs d’Entreprises (ACRE)
  3. Obtenir un extrait Kbis
  4. Ouvrir un compte bancaire dédié (facultatif)
  5. S’inscrire sur la plateforme Uber Eats

1. Déclarer son début d’activité

Pour devenir auto-entrepreneur livreur, les étapes à suivre sont les mêmes que pour les autres micro-entrepreneurs. La première étape consiste à déclarer son activité. Pour ce faire, différentes démarches peuvent être effectuées.

Option A : déclarer son début d’activité sur le site officiel du CFE

Il est possible de procéder aux formalités de création en ligne sur le site officiel de l’état. Pour cela, il faut :

  • créer un compte sur le site ;
  • se déclarer en tant que micro-entrepreneur (des informations relatives au type d’activité sont notamment demandées) ;
  • remplir le formulaire P0 auto-entrepreneur adapté (pour un coursier, exerçant une activité de prestations de services commerciales, il s’agit du formulaire P0 CMB).

Outre le formulaire de déclaration d’activité, d’autres documents doivent être fournis, à savoir un scan ou une copie d’une pièce d’identité avec la mention d’attestation sur l’honneur « J’atteste sur l’honneur que cette pièce est conforme à l’original… Fait à (lieu), le (date) ».

La déclaration d’activité est ensuite transmise au CFE ou Centre de Formalités des Entreprises compétent, à savoir la Chambre de Commerce et d’Industrie (CCI) pour les activités de prestations de services.

Option B : confier la création de sa micro-entreprise à un site spécialisé

Pour gagner du temps vous pouvez aussi faire appel à une société spécialisée comme LegalPlace qui se chargera de la création du statut de micro-entrepreneur à votre place en quelques minutes. Cette démarche permet de démarrer la nouvelle activité dans un délai particulièrement réduit.

Option C : se déplacer physiquement

Il est également possible de se rendre directement auprès du CFE compétent, soit la CCI ou Chambre de Commerce et d’Industrie. Il convient de prendre un rendez-vous pour effectuer toutes les formalités nécessaires. Le CFE se chargera de guider le micro-entrepreneur dans les démarches à réaliser.

Une fois le dossier complet déposé, le micro-entrepreneur peut démarrer rapidement son activité.

2. Choisir l’Aide aux Créateurs et Repreneurs d’Entreprises (ACRE)

Le choix de l’ACRE (ex-ACCRE) figure parmi les étapes de la finalisation de la déclaration de début d’activité.

À noter : depuis le 1er janvier 2019, cette aide est disponible pour tous les créateurs ou repreneurs d’entreprise.

Ce dispositif permet de bénéficier d’une exonération partielle ou totale des cotisations sociales pendant 3 ans. Certaines conditions sont toutefois à respecter :

  • avoir un chiffre d’affaires n’excédant pas 40 000 € au cours de la première année d’activité ;
  • ne pas avoir été bénéficiaire de l’ancien dispositif ACCRE au cours des trois dernières années.

Dans le cas où l’auto-entrepreneur a fermé une entreprise par le passé, l’ouverture d’une nouvelle structure avec la même activité ne lui permet pas de bénéficier de l’ACRE.

3. Obtenir un extrait Kbis

Au moment de s’inscrire sur la plateforme d’Uber Eats, différents documents seront demandés au coursier auto-entrepreneur, notamment le numéro SIREN. Cette information est disponible sur le relevé INSEE envoyé au moment de l’inscription de la micro-entreprise.

Un extrait Kbis micro-entrepreneur est également demandé lors de l’inscription sur la plateforme de mise en relation. Pour obtenir ce document, le micro-entrepreneur doit être inscrit au Registre du Commerce et des Sociétés (RCS).

Cette inscription s’effectue de manière automatique au moment de la création d’une micro-entreprise. Dans le cas où le micro-entrepreneur souhaite obtenir un document actualisé, l’extrait Kbis peut être téléchargé sur le site d’Infogreffe moyennant le paiement de 3,70 € de frais.

Dans le cas où un problème est survenu lors de cette inscription entraînant sa non-réalisation, le micro-entrepreneur est tenu de réaliser les démarches manuellement dans un délai de 15 jours au maximum à compter de la date de début d’activité.

4. Ouvrir un compte bancaire dédié (facultatif)

Suivant la loi de financement de la sécurité sociale du 22 décembre 2014, l’ouverture d’un compte bancaire pour l’auto-entrepreneur dédié à l’activité du micro-entrepreneur est obligatoire. Toutefois, avec la mise en application de la loi PACTE depuis le début de l’année 2019, cette démarche est devenue facultative pour les auto-entrepreneurs ayant un chiffre d’affaires annuel inférieur à 5 000 €.

Bien que cette étape soit facultative pour certains, elle est recommandée pour éviter de mélanger le compte personnel et les revenus d’activité.

5. S’inscrire sur la plateforme Uber Eats

Une fois la micro-entreprise créée, il faut s’inscrire sur la plateforme de mise en relation :

  1. aller sur la page dédiée aux inscriptions ;
  2. créer un compte en tant que coursier ;
  3. mettre en ligne les documents demandés : pièce d’identité, extrait KBIS ou relevé INSEE et photo de profil ;
  4. activer votre compte.

Une fois la demande d’inscription validée, le postulant reçoit un courrier d’invitation à se rendre dans les locaux de la structure de sa ville de résidence où il sera briefé et recevra son matériel de travail (tenue de travail, armband pour smartphone, sac isotherme…).

Par ailleurs, il doit également préparer ses équipements :

  • smartphone avec géolocalisation pour recevoir ses missions ;
  • un scooter ou vélo pourvu de bons éclairages, d’un porte-bagages et adapté à l’environnement urbain ;
  • un casque ;
  • un kit de réparation ;
  • un antivol de qualité ;
  • un support pour fixer le smartphone.

Autres informations à connaître

Avant de se lancer dans la création d’une auto-entreprise, il convient de connaître diverses informations et les impacts de ce régime sur la situation du livreur. Lors de la déclaration de début d’activité, le micro-entrepreneur reçoit le certificat d’inscription au Répertoire des Entreprises et des Etablissements remis par l’INSEE.

Ce document mentionne différents renseignements relatifs à la micro-entreprise, notamment le numéro SIRET de l’entreprise et le code APE de l’auto-entrepreneur. Généralement, ce code est le 53.20-Z pour « Autres activités de poste et de coursier ». Cela correspond à une activité dite de « prestations de services commerciales ».

Charges sociales

S’il exerce en tant qu’auto-entrepreneur, le coursier Uber Eats bénéficie du régime micro-social simplifié. Ainsi, ses charges sociales sont calculées en appliquant un taux forfaitaire sur le montant du chiffre d’affaires mensuel ou trimestriel. Exerçant une activité de prestation de services commerciales, le taux applicable dans ce cas est de 22 %.

À noter : le micro-entrepreneur ne doit pas omettre de déclarer ses revenus et de payer ses cotisations chaque mois ou chaque trimestre. En effet, il est possible qu’une attestation de vigilance, document URSSAF attestant que le micro-entrepreneur est en règle vis-à-vis des charges, soit vérifiée périodiquement.

Fiscalité de l’auto-entrepreneur

Le bénéfice imposable du micro-entrepreneur est de 50 % de son chiffre d’affaires. Pour procéder au calcul, l’administration fiscale applique un abattement forfaitaire de 50 % sur le chiffre d’affaires encaissé par le micro-entrepreneur. Le paiement de l’impôt sur le revenu sur les recettes encaissées peut s’effectuer de manière mensuelle ou trimestrielle au taux après abattement de 1,7 % pour les activités de prestation de services.

À noter : au moment de remplir le formulaire P0 CMB, il est demandé à l’auto-entrepreneur s’il souhaite bénéficier du versement fiscal libératoire ou non. Dans ce cas, le prélèvement de l’IR s’effectue en même temps avec celui des charges sociales. Cette option ne se révèle avantageuse que dans la mesure où le micro-entrepreneur dégage un chiffre d’affaires conséquent.

Obligations et déclarations

La simplicité de son fonctionnement figure parmi les principaux avantages de la micro-entreprise. En effet, le statut auto-entrepreneur bénéficie d’une exonération de TVA sous conditions. Par ailleurs, il n’a pas besoin de tenir une comptabilité détaillée. Ses obligations se limitent à la conservation des factures et autres pièces justificatives et à la tenue d’un livre des recettes et d’un registre des dépenses.

L’auto-entrepreneur doit néanmoins procéder, mensuellement ou trimestriellement, à la déclaration en ligne de son chiffre d’affaires. Cette déclaration doit être réalisée même si le chiffre d’affaires est nul. Pour continuer à bénéficier de la franchise en base de TVA, son chiffre d’affaires annuel ne doit pas être supérieur à 33 200 €.

Par ailleurs, pour bénéficier du régime fiscal et social avantageux de ce régime, le coursier auto-entrepreneur ne doit pas dépasser un chiffre d’affaires de 70 000 € par an.

Quelles qualités requises pour devenir livreur indépendant ?

Afin d’assurer une qualité optimale et un maximum de sécurité lors des livraisons, les auto-entrepreneurs souhaitant devenir coursiers pour Uber Eats doivent avoir certaines qualités.

Avoir une conduite sûre

  • Être apte à rouler à bonne vitesse tout en assurant sa sécurité et celle des autres ;
  • Ne jamais utiliser son téléphone lors de la conduite ;
  • Disposer d’un véhicule répondant aux normes et parfaitement entretenu.

Faire preuve de professionnalisme

Peu importe les circonstances, les coursiers d’Uber Eats doivent rester professionnels en toute circonstance avec les restaurants, les clients ou encore les autres usagers de la route.

Autres qualités

  • Être rigoureux ;
  • Faire preuve de réactivité ;
  • Être autonome ;
  • Avoir une excellente condition physique et ne pas craindre les intempéries pour ceux utilisant le vélo comme moyen de locomotion.

Pour en savoir plus sur les différentes prestations de services exerçables en tant qu’auto-entrepreneur :

Dernière mise à jour le

Samuel est co-fondateur de LegalPlace et responsable du contenu éditorial. L'ambition est de rendre accessible le savoir-faire juridique au plus grand nombre grâce à un contenu simple et de qualité. Samuel est diplômé de Supelec et de HEC Paris

6
Laisser un commentaire

avatar
4 Fils de commentaires
2 Réponses de fil
0 Abonnés
 
Commentaire avec le plus de réactions
Le plus populaire des commentaires
6 Auteurs du commentaire
ZIDOUNESalimElisaLegalPlace SASEklektic Wilfried Auteurs de commentaires récents
  S’abonner  
le plus récent le plus ancien
Notifier de
Bernadette FABRE
Invité
Bernadette FABRE

Je suis dans une situation étrange, mon fils exerce cette activité pr UBE en vélo depuis quelques mois , il vient d’obtenir son Attestation de Transport car il veut poursuivre en scooter. Hors pour s’inscrire au registre des transports de Toulouse on lui demande d’avoir un Expert comptable donc il ne peut pas rester au régime des Micro entrepreneur il doit modifier son statut et passer en Entreprise normle TVA etc!!! La DREAL de Toulouse est formelle, incompatible de rester en Micro entrepreneur, obligation d’avoir un expert comptable modifier le statut. Est-il possible que certains départements ou régions fonctionnent différemment… Lire la suite »

Elisa
Éditeur
Elisa

Bonjour,
Merci pour votre question. C’est un sujet délicat en l’occurrence, nous vous conseillons de contacter un avocat qui saura vous renseigner sur les subtilités de chaque département.
L’équipe LegalPlace
https://www.legalplace.fr/question-pour-avocat/formulaire/

Eklektic Wilfried
Invité
Eklektic Wilfried

bonjour,je voudrai remplir ma declaration fonciere,mais je comprend pas ;j ai calculer mon chiffre d affaire pour l annee 2019,j ai donc aditionner chaque mois pour avoir mon chiffre d affaire et mis ds la case ,la case d apres med it de multiplier par 12 ce chiifre mais je ne comprend pouvez vous m aider ?

LegalPlace SAS
Invité
LegalPlace SAS

Bonjour, Dans le cadre B1  » Renseignements pour l’ensemble de l’entreprise », vous devez, à la ligne 6, indiquer le chiffre d’affaires que vous estimez avoir réalisé au cours de l’année 2019. Sur la ligne suivante (Ligne 6 * 12), il faudra indiquer le nombre de mois entre le début d’activité et le mois de décembre 2019. Ce sera donc par exemple 4 si vous avez débuté votre activité en Septembre 2019. Ensuite, il faudra multiplier le montant du chiffre d’affaires que vous avez indiqué à la ligne 6 par 12, et diviser le résultat obtenu par le nombre de mois… Lire la suite »

Salim
Invité
Salim

Bonjour Samuel merci pour toutes ces informations très précieuses nous sommes en dev pour notre Startup et tt ces info nous oriente parfaitement sur le sujet des livreurs auto-entrepreneur que nous allons recruter sur notre plateforme
bravo pour le contenu

ZIDOUNE
Invité
ZIDOUNE

je suis un auto-entrepreneur et je souhaite déclaré un salarier livreur uber je dois faire comment?