Skip to content

Devenir livreur de colis auto-entrepreneur

Devenir livreur de colis auto-entrepreneur

Avec l’augmentation du nombre de plateformes de livraison, l’activité d’auto-entrepreneur coursier avec ou sans voiture est en pleine expansion. La livraison à domicile ou en porte-à-porte étant une activité indépendante, c’est le statut de micro-entrepreneur, ou encore d’auto-entrepreneur, qui est le plus approprié. Des conditions doivent être respectées pour devenir auto-entrepreneur livreur de colis Amazon, Uber Eats ou autre, et pour créer sa micro-entreprise de livraison de colis.

Auto-entreprise : qu’est-ce que c’est ?

L’auto-entreprise ou la micro-entreprise – une forme d’entreprise individuelle – est le statut le plus couramment choisi pour exercer une activité indépendante, et en particulier celle de livreur indépendant de colis. Les attraits de ce statut sont multiples : démarches simplifiées, charges sociales et fiscales allégées

Auto-entreprise : définition

Le statut juridique d’auto-entreprise est une déclinaison de l’entreprise individuelle. Il permet d’exercer une activité en tant qu’indépendant. Ce statut a fusionné avec celui de micro-entreprise lors de la réforme de 2015. De par ses spécificités, c’est le régime qui convient le mieux pour commencer votre activité de livreur coursier indépendant.

Le régime de l’auto-entreprise ou de la micro-entreprise est idéal pour :

Pourquoi choisir le statut d’auto-entreprise ?

Le statut d’auto-entrepreneur est particulièrement attrayant si vous envisagez de vous mettre à votre compte lorsque vous commencez une activité. Ce statut offre divers avantages :

  • comptabilité, formalités de création et de déclaration simplifiées ;
  • pas d’investissement financier lourd pour lancer l’activité ;
  • gestion facile ;
  • fiscalité allégée ;
  • exonération de TVA ;
  • statut compatible avec une autre activité ;
  • possibilité de vous arrêter à tout moment ;
  • vous pouvez exercer le métier de coursier, de livreur de colis ou de repas, d’où des opportunités de missions plus élargies.

De nombreux jeunes actifs ont ainsi décidé de se lancer sous le statut d’auto-entrepreneur. Pour commencer votre activité de coursier livreur indépendant, la micro-entreprise constitue ainsi le choix le mieux approprié.

Devenir un livreur de colis

L’essor du secteur de la livraison à domicile dans les grandes villes est appuyé par l’émergence de nombreuses plateformes spécialisées, telles que Foodora, Uber Eats, Just Eat ou encore Deliveroo. Ces entreprises travaillent avec de nombreux livreurs indépendants qu’elles rémunèrent principalement à la livraison.

Le principe est simple : la plateforme met à disposition de ses clients une application qui leur permet de commander par exemple leur repas dans le restaurant de leur choix. La plateforme contacte le livreur le plus proche du lieu de livraison, toujours via l’appli, pour qu’il récupère le repas dans le restaurant et le livre le plus rapidement possible.

C’est la même démarche pour le livreur de colis. La plateforme contacte un livreur se trouvant dans un secteur donné pour effectuer la livraison d’un colis, avec détermination du lieu de départ et de l’adresse du client à livrer.

Prérequis

Il existe des prérequis pour devenir auto-entrepreneur livreur de colis. Notamment, vous devez posséder certaines qualités telles que, entre autres, l’aptitude à vous déplacer aisément dans la ville tout en respectant le Code de la route, et la maîtrise d’un véhicule de transport.

Vous devez également connaître les itinéraires et les raccourcis possibles afin d’éviter les pertes de temps et de rentabilité.

En fonction de vos besoins et de votre budget de départ, il vous faut aussi un moyen de transport adapté et des équipements adéquats :

  • un véhicule de transport si vous décidez de ne pas vous déplacer à pied ; il peut s’agir d’un vélo, d’un scooter, voire d’une voiture légère ;
  • un casque si vous utilisez un véhicule à deux roues ;
  • des vêtements appropriés.

Bien entendu, être en pleine forme est un prérequis, tout comme être réactif et dynamique. Pour ces raisons, le travail de livreur de colis est surtout destiné aux jeunes, qu’ils soient des étudiants désireux de financer leurs cursus, ou en quête d’un emploi.

Cependant, certaines formalités administratives doivent être remplies avant de devenir livreur de colis.

Les étapes

Pour bien démarrer votre activité de livreur de colis en auto-entreprise, prenez soin de planifier votre projet en établissant une liste des étapes à effectuer :

  • choisir le statut juridique en fonction de vos prévisions de chiffre d’affaires et de vos objectifs d’évolution ;
  • vous informer sur les plateformes spécialistes de la livraison de repas ou de colis ;
  • faire un plan financier afin de savoir si votre projet est rentable ou non ;
  • rassembler les équipements indispensables pour les services de livraison à domicile (véhicule, dispositifs pour le transport des repas ou des marchandises…) ;
  • commencer les démarches de création.

Livreur de colis en auto-entreprise

Outre le choix du statut d’auto-entreprise pour l’exercice de votre activité de livreur de colis, il s’avère judicieux d’en connaître la réglementation, ainsi que le régime fiscal et social qui y est associé. Découvrez également les avantages et les inconvénients de créer une auto-entreprise de livraison de colis.

Statut

S’il est commun de choisir le statut d’auto-entreprise pour commencer une activité indépendante, ce choix dépend avant tout des objectifs de chiffre d’affaires que vous vous fixez. Ainsi, pour devenir livreur en auto-entreprise, les seuils suivants doivent être respectés :

  • Plafond de chiffre d’affaires annuel de 70 000 euros pour rester sous le statut de micro-entrepreneur ;
  • Plafond de chiffre d’affaires annuel de 33 200 euros pour bénéficier de la franchise de TVA en auto-entreprise.

Si vous prévoyez un chiffre d’affaires plus élevé, ou si vous envisagez de vous associer à d’autres livreurs, il vous faut dans ce cas opter pour le statut d’EURL ou de SASU.

Réglementation

Avant de concrétiser votre projet, informez-vous sur les textes et lois appliqués à la création d’une auto-entreprise de livraison de colis ainsi qu’à l’exercice de votre activité. Cette réglementation comporte différents aspects.

Les formalités administratives

Comme pour tout début d’activité, vous devez en premier lieu déclarer votre nouvelle activité commerciale de livreur de colis, en remplissant le formulaire PO CMB micro-entrepreneur que vous transmettrez à la Chambre du Commerce et de l’Industrie de votre département. Vous pouvez aussi vous inscrire directement sur le portail en ligne dédié aux auto-entrepreneurs.

Après l’inscription de votre micro-entreprise au Registre du Commerce et des Sociétés, un numéro SIREN vous sera délivré.

La deuxième démarche consiste à vous inscrire au Registre National des Transporteurs si vous utilisez un véhicule à moteur, qu’il soit équipé de 2, 3 ou 4 roues. Vous obtenez par la suite une licence de transport : la capacité de transport de marchandises légères (moins de 3,5 T).

La troisième étape est relative à la souscription d’une assurance, et plus spécialement l’assurance de responsabilité civile professionnelle (RCP). En effet, vous devez vous prémunir des risques liés à votre activité de coursier livreur tels qu’un accident, une détérioration des marchandises… Cette assurance vous protège en cas de préjudices qui pourraient vous être réclamés.

Si vous vous déplacez à l’aide d’un véhicule motorisé, n’oubliez pas de l’assurer avant toute mise en circulation.

Vous devez aussi, enfin, vous acquitter de la cotisation foncière des entreprises (CFE) payable à la fin de chaque année. Néanmoins, vous êtes exonérés de cette charge la première année d’activité, ou si votre chiffre d’affaires annuel ne dépasse pas 5 000 euros.

Les règles sanitaires et de sécurité

En ce qui concerne les règles relatives à l’activité elle-même, sachez que vous devez aussi respecter certaines obligations.

Si vous livrez des repas, le respect absolu des règles sanitaires fait ainsi partie de vos impératifs. Outre la nécessité de prendre soin des aliments, y compris au niveau sanitaire, vous devez utiliser des équipements spécifiques.

En outre, il est important de vous assurer que les aliments chauds conservent leur température et que les préparations froides restent froides, et aussi de ne pas les mélanger. Prenez soin de préserver au mieux les repas que vous livrez.

La livraison des colis requiert également des précautions. Il s’agit principalement de préserver l’intégrité des produits ou des objets à transporter, afin qu’ils parviennent à leurs destinataires dans leur état d’origine.

Régime fiscal

La fiscalité reste l’un des points forts du statut de micro-entrepreneur. Lorsque vous créez votre micro-entreprise de livraison de colis, vous bénéficiez d’un régime fiscal des plus simplifiés puisque vous êtes soumis au régime de l’impôt sur le revenu.

  • Le calcul de l’IR est basé sur les recettes que vous avez dégagées après votre premier exercice et seulement après un abattement forfaitaire de 50 %.
  • Votre imposition s’élève à hauteur de 1,7 % de vos recettes mensuelles, trimestrielles ou annuelles.
  • Vous effectuez le versement de vos impôts en même temps que vous déclarez votre chiffre d’affaires selon la fréquence qui vous convient.

Une autre option est toutefois possible : le versement libératoire de l’IR. Ce type de fiscalité vous permet de payer vos impôts en même temps que vos cotisations sociales. Le pourcentage de vos cotisations sociales sera ainsi majoré du pourcentage de votre impôt. Le versement libératoire n’est possible que si votre revenu n’excède pas 27 086 euros pour chaque part du quotient familial.

Pour les auto-entrepreneurs exerçant des activités de prestation de services à l’instar du livreur de colis, le pourcentage total du versement libératoire est de 23,7 % du chiffre d’affaires déclaré (22 % de cotisations sociales, 1,7 % d’IR).

La récente réforme du statut de micro-entrepreneur apporte cependant des changements notables au niveau de la fiscalité. Depuis janvier 2019, l’auto-entrepreneur peut ainsi être imposé selon le système du prélèvement à la source.

Concrètement, vous devez verser un acompte mensuel ou trimestriel, dont le montant est calculé par l’administration fiscale en tenant compte de votre chiffre d’affaires de l’année précédente.

Régime social

Pour le statut de micro-entrepreneur, vous bénéficiez du régime social dit « micro social simplifié » du régime des travailleurs indépendants. Une transition progressive vers le régime général est cependant actuellement opérée, et elle concerne aussi les micro-entrepreneurs.

  • Le montant de vos cotisations et contributions est calculé sur le chiffre d’affaires que vous déclarez mensuellement, trimestriellement ou encore annuellement.
  • Le montant est calculé selon un taux forfaitaire de 22 % applicable au chiffre d’affaires d’une auto-entreprise.
À noter : si vous ne réalisez pas de chiffre d’affaires dans l’année, vous êtes exonérés de cotisations sociales.

Avantages et inconvénients

L’activité de livreur de colis sous le statut d’auto-entrepreneur présente une foule d’avantages et séduit de plus en plus de jeunes travailleurs :

  • formalités administratives réduites ;
  • pas de formation obligatoire ni stage de professionnalisation ;
  • indépendance dans le choix des missions et des plateformes de livraison ;
  • comptabilité limitée à la tenue d’un livre des recettes ou à un logiciel simplifié ;
  • possibilité d’exercer une autre activité en parallèle de celle de livreur de colis ;
  • possibilité de bénéficier de l’exonération de début d’activité à condition de ne pas dépasser 40 000 euros de chiffre d’affaires lors de la première année.

Ainsi, devenir livreur sous le statut de micro-entreprise peut vous permettre de commencer une activité professionnelle avec la possibilité de changer de voie à tout moment. C’est également une opportunité pour générer des revenus qui serviront à financer vos études par exemple.

Des inconvénients existent cependant :

  • être livreur est une activité physique qui peut entraîner de la fatigue ;
  • vous devez prendre en charge l’entretien de vos équipements, notamment de votre véhicule de livraison ;
  • avec l’absence de comptabilité, vous ne pouvez pas prétendre à un financement extérieur par manque de crédibilité auprès des banques ;
  • vous ne pouvez pas récupérer la TVA, par exemple lors de l’achat d’un équipement onéreux ;
  • vous êtes dans l’obligation de respecter le seuil de chiffre d’affaires correspondant au statut d’auto-entrepreneur, ce qui par conséquent ne vous permet pas d’augmenter vos revenus sans changer de statut.

Pour en savoir plus sur les différentes prestations de services exerçables en tant qu’auto-entrepreneur :

Dernière mise à jour le

Samuel est co-fondateur de LegalPlace et responsable du contenu éditorial. L'ambition est de rendre accessible le savoir-faire juridique au plus grand nombre grâce à un contenu simple et de qualité. Samuel est diplômé de Supelec et de HEC Paris

3
Laisser un commentaire

avatar
1 Fils de commentaires
2 Réponses de fil
0 Abonnés
 
Commentaire avec le plus de réactions
Le plus populaire des commentaires
3 Auteurs du commentaire
Elisa Lobermanngowreeswaran gnanasundaramfranquin Auteurs de commentaires récents
  S’abonner  
le plus récent le plus ancien
Notifier de
franquin
Invité
franquin

Bonjour je tiend une pizzeria puis je mettre ma compagne en micro entreprise avec la voiture en livraison et lui payer par pizza la commission sur les livraisons genre 2,50 € qui a l’heure sur 18 créneaux de livraison sa ferais 30 € de l’heure avec 4 pizzas minimum par livraison merci

gowreeswaran gnanasundaram
Invité
gowreeswaran gnanasundaram

bonjour s v p contacte par mail

Elisa
Éditeur
Elisa

Bonjour,
Oui cela est possible à condition que votre compagne remplisse les conditions de création d’une micro-entreprise ainsi que les critères propres aux coursiers motorisés à savoir disposer d’une attestation de capacité de transport de marchandises de moins de 3,5 tonnes (délivrée à la suite d’une formation d’une centaine d’heure au prix de 500 euros en e-learning ou 1 000 euros en présentiel) et être immatriculé au Registre national des Transporteurs.
D’autre part, sachez également que bien qu’il n’y ait pas d’obligation, la course est en moyenne plutôt rémunérée entre 4 et 9 euros.
En espérant que cette réponse vous sera utile.
L’équipe LegalPlace