Comment devenir auto entrepreneur multiservice ?

Comment devenir auto entrepreneur multiservice ?

L’auto entrepreneur multiservice, ou slasher, est une personne qui dispose du statut d’auto entrepreneur et exerce différentes activités. Afin de devenir auto entrepreneur multiservice, il est nécessaire d’accomplir certaines démarches.

En outre, l’auto entrepreneur multiservice dispose d’un code APE particulier, d’un statut social et d’un régime fiscal propres aux auto entrepreneurs.

Toutefois, au-delà de ces spécificités, l’auto entrepreneur multiservice a l’opportunité d’exercer différentes activités et ainsi d’avoir plusieurs métiers.

 

Qu’est-ce qu’un auto-entrepreneur multiservice ?

Un auto entrepreneur multiservice, qu’on appelle aussi un slasher, est un auto entrepreneur qui cumule différentes activités. Il peut alors disposer d’un complément de revenus en plus de son activité classique, souvent salariée par ailleurs. Ce complément de revenus peut être particulièrement important en fonction du tarif horaire qui est pratiqué dans le domaine d’activité de l’entrepreneur.

En conséquence, l’auto entrepreneur multiservice tire de la souplesse du régime d’auto entrepreneur la possibilité d’exercer différentes activités et, ainsi, d’augmenter ses revenus. La création et le développement récent du statut d’auto entrepreneur ont permis le développement des activités multiservice.

Il n’est possible d’obtenir qu’une seule immatriculation d’auto entrepreneur. Ainsi, l’auto entrepreneur multiservice ne doit s’immatriculer qu’une seule fois et disposera, ainsi, d’un seul SIRET. Toutefois, au moment de l’immatriculation, il est possible de déclarer deux activités.

 

Comment devenir un auto-entrepreneur multiservice en 2018 ?

Avant de faire le choix de devenir auto entrepreneur multiservice, il convient de prendre certaines précautions. Ces dernières permettent de ne pas être mis en difficulté au moment de développer son activité.

Pour les personnes exerçant une activité salariée, il est nécessaire de vérifier les stipulations du contrat de travail pour veiller à ce que rien n’empêche le cumul de l’activité salarié avec l’activité d’entrepreneur.

De même, pour les personnes fonctionnaires, il est nécessaire de vérifier le règlement du ministère dont elles dépendent afin de s’assurer qu’aucune restriction à l’exercice d’une activité complémentaire n’existe.

Enfin, pour les personnes exerçant déjà en tant qu’auto entrepreneur, il est nécessaire de bien s’assurer que les clients pour qui elles travaillent pourront toujours bénéficier du même niveau de prestation après le développement d’une nouvelle activité.

Une fois ces vérifications faites, il est possible d’effectuer une déclaration d’auto entrepreneur grâce au formulaire P0 AE. Cette déclaration se fait entièrement en ligne et ne requiert que quelques minutes pour être finalisée.

Au moment de faire cette déclaration, il est possible de déclarer deux activités : une activité principale et une activité secondaire. Dans le cas d’un auto entrepreneur multiservice, l’activité principale correspond à celle rapportant le chiffre d’affaires le plus important.

A noter : le tarif horaire peut varier entre deux activités. L’activité principale n’est donc pas forcément celle sur laquelle l’entrepreneur passe le plus de temps.

Il est nécessaire d’accompagner cette déclaration d’une photocopie ou d’un scan d’une pièce d’identité accompagné de la mention suivante : « je certifie sur l’honneur l’exactitude de cette pièce justificative d’identité », suivie de la date et du lieu ainsi que d’une signature.

Pour certaines activités particulières, l’auto entrepreneur doit aussi effectuer une demande d’immatriculation au registre du commerce et des sociétés (RCS) et obtenir un extrait de K-bis afin de pouvoir commencer à exercer sa profession.

Pour finir, il faut bien prendre en compte qu’il est parfois nécessaire de justifier de ses compétences avant de pouvoir obtenir le statut d’auto entrepreneur.

Ainsi, pour obtenir le statut d’auto entrepreneur en étant maçon ou électricien, par exemple, il faut pouvoir justifier d’un certain niveau d’études spécialisées ou d’un certain nombre d’années d’expérience pour pouvoir obtenir le statut d’auto entrepreneur.

Une fois ces démarches effectuées, l’auto entrepreneur multiservice recevra un SIRET ainsi qu’un avis de situation concernant la fiscalité de son activité. Cet avis sera accompagné des coordonnées des interlocuteurs fiscaux du centre des impôts dont il dépend afin que l’entrepreneur puisse les contacter au besoin.

Une fois en possession de ces éléments, l’entrepreneur pourra commencer à exercer son activité et à percevoir une rémunération de ses clients.

 

Le code APE de l’auto-entrepreneur multiservice

Un code APE est constitué de lettres et de chiffres. Il s’agit d’un code créé par l’INSEE et permet d’identifier l’activité principale exercée par un entrepreneur. Il existe 732 codes APE correspondant à la nomenclature NAF. Toutefois, il n’existe pas de code APE spécialement dédié aux auto entrepreneurs multiservice.

Pour choisir le bon code APE au moment de sa déclaration d’auto entrepreneur, il faut effectuer la même démarche que celle décrite précédemment choisir l’activité qui rapporte le chiffre d’affaires le plus important.

 

Statut social de l’auto-entrepreneur multiservice

D’abord, le statut social de l’auto entrepreneur permet à chacun d’exercer plusieurs activités. Le statut de l’auto entrepreneur multiservice fait donc le bonheur des slasher qui ont ainsi l’opportunité d’exercer différents métiers au travers d’une structure qui leur est propre.

Ainsi, le statut social de l’auto entrepreneur ne diffère pas réellement du statut social de l’ensemble des auto entrepreneurs. L’auto entrepreneur multiservice bénéficie ainsi de l’ensemble des avantages des auto entrepreneurs. La principale différence entre l’auto entrepreneur multiservice et les autres auto entrepreneurs se situe davantage au niveau fiscal.

 

Le régime fiscal de l’auto-entrepreneur multi-services

Le régime fiscal de l’auto entrepreneur multiservice dépend de l’activité générant le chiffre d’affaires le plus important. Cet élément est déterminant car le montant des cotisations sociales et le taux de cotisation pour la formation professionnelle varient grandement en fonction de l’activité principale.

Ainsi, un auto entrepreneur multiservice dont l’activité principale est la vente de marchandises doit, par exemple, payer 12,9% de cotisations sociales sur son chiffre d’affaires.

De son côté, le auto entrepreneur multi services dont l’activité principale est la prestation de services artisanaux devra s’acquitter de 22,3% de cotisations sociales. De facto, les auto entrepreneurs multiservice ayant une activité principale libérale ou commerciale payeront 22,2% de cotisations sociales.

Si la différence peut sembler anecdotique dans les derniers cas cités, il y a tout de même écart important entre la vente de marchandises et le reste des activités.

De telles variations entre les taux de cotisations sociales peuvent générer des incertitudes et des risques financiers importants pour les auto entrepreneurs multiservice.

La même règle s’applique en ce qui concerne les plafonds de franchise de TVA et les plafonds d’auto entrepreneur. Le plafond appliqué à l’auto entrepreneur est celui de l’activité principale de ce dernier. Ainsi :

  • Si l’auto entrepreneur multiservice exerce une activité principale dans le domaine commercial ou dans le cadre d’une activité d’hébergement (hôtel, chambre d’hôtes, gîte rural classé meublé de tourisme, meublé de tourisme), le plafond sera de 170.000€;
  • En revanche, dans le cas d’une prestation de services ou d’une activité libérale, le plafond est de 70.000€.
Cet article vous a-t-il été utile ?